Passées À venir

Vacciner son enfant pour son inscription en collectivité est obligatoire

Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccins sont obligatoires. Tous les enfants doivent-ils être vaccinés de la même manière pour être accueillis à la crèche, la garderie, l’école, l'ACM (accueil collectif des mineurs) ou encore le CLSH (centre de loisirs) ? Existe-t-il des exceptions à la vaccination ?

Pour faire entrer votre enfant en collectivité (crèche, école, sport, colonie...) vous êtes tenus de justifier d’un carnet de santé à jour. La vaccination étant obligatoire, une vérification minutieuse est effectuée lors de son inscription. Toutefois, chaque enfant n’est pas soumis aux mêmes obligations au regard notamment de l’âge. Faisons le point sur les vaccins exigés en collectivité par année de naissance.

Vacciner son enfant pour son inscription en collectivité est obligatoire



Les vaccins obligatoires pour les enfants nés avant 2018

Pour intégrer une structure collective, chaque enfant né avant le 1er janvier 2018 doit être vacciné contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), c’est la seule obligation en métropole. En Guyane, pour enrayer l’épidémie de fièvre jaune, un vaccin est exigé sur les enfants dès l’âge d’un an.

Les immunisations contre la tuberculose, la coqueluche, la rubéole, la rougeole, les oreillons, la varicelle, la grippe, l’hépatite B, le zona, et certaines infections invasives restent recommandées. Aucun justificatif ne peut être exigé à ce sujet.

Les vaccins obligatoires pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018

Les parents des nouveau-nés qui espèrent trouver une place, en crèche par exemple, doivent quant à eux faire vacciner plusieurs fois leurs enfants, au risque de se voir passer la place sous le nez.

En plus du DTP, les vaccins devenus obligatoires au 1er janvier 2018, sont les suivants : la coqueluche, les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b, l’hépatite B, les infections invasives à pneumocoque, le méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons et la rubéole. Les petits Guyanais de plus d’un an devront ajouter le vaccin contre la fièvre jaune.

Notez qu’en l’absence de justificatif à l’arrivée de l’enfant, un accueil provisoire de 3 mois peut être envisagé par le directeur de l’établissement. L’inscription définitive dépendra alors de la vaccination effective de l’enfant durant ce délai.

Les exceptions à la vaccination obligatoire

Les enfants qui ne sont pas vaccinés ne peuvent pas rejoindre un espace collectif sauf ceux qui ne le sont pas pour des raisons de contre-indication médicale.

Il convient de présenter un certificat médical établi par le médecin traitant ou le spécialiste en charge du suivi de l’enfant.