Passées À venir

Vêtements : les indications à repérer sur les étiquettes

Acheter des vêtements est souvent un moment agréable où nous découvrons avec plaisir les couleurs et les matières des futures pièces favorites de notre dressing. Cependant, cet acte n’est pas anodin, et certaines indications qui sont présentées sur les étiquettes sont indispensables pour vous permettre de bien choisir vos vêtements.
Sommaire

Qu’elles soient obligatoires ou non, les étiquettes peuvent vous aider à choisir, si toutefois vous prenez le temps de bien les décrypter. Découvrons ensemble les 6 mentions importantes définies par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) à repérer sur les étiquettes des vêtements.

Vêtements : les indications à repérer sur les étiquettes



Vêtements : les mentions obligatoires

Il y a trois mentions obligatoires qui doivent figurer lors de la vente d’un vêtement. Que ce soit par affichage ou sur l’étiquette, le vendeur ne respecte pas la loi si ces mentions ne sont pas présentes ou fausses.

La composition

Polyester, acrylique, polyamide, élasthanne, coton, laine, la composition d’un vêtement est très importante. Ainsi, elle est la première mention obligatoire sur une étiquette. Ces informations doivent être lisibles, et rédigées en français si les vêtements sont vendus en France.

La DGCCRF précise également que l’étiquette doit être fixée de manière définitive sur le produit. Ce sont les étiquettes cousues à l’intérieur des vêtements.

Pour chaque matière utilisée, le pourcentage correspondant doit être précisé. Dans le cas où le vêtement serait composé de matières à moins de 10 %, il est possible de préciser simplement « autres fibres ».

Ces éléments sont particulièrement utiles aux consommateurs qui sont allergiques à certaines matières. La composition est donc indispensable pour les protéger au même titre que la liste des ingrédients d’un produit alimentaire transformé.

Petite particularité à noter pour les vêtements d'occasion, il n’est pas nécessaire de mentionner la composition.

Le prix

Mention obligatoire, sans surprise, le prix du vêtement doit être indiqué de manière visible.

Chaque consommateur doit pouvoir connaître immédiatement le prix de vente d’un produit, sans avoir à demander au vendeur. Cela concerne toutes les enseignes. À noter, le prix n’est pas nécessairement relié au vêtement avec une étiquette, mais pourra être tout simplement affiché dans le magasin, de façon visible et lisible. Les prix s’entendent TTC.

Pendant les soldes, ces règles s’appliquent aussi. Il est nécessaire de mentionner sur l’étiquette l’ancien et le nouveau prix. Toutefois, si les soldes ou les réductions concernent l’ensemble des articles du magasin, il est possible d’afficher dans le magasin le pourcentage de réduction, par exemple « - 50 % sur tout le magasin ».

L’état

Avec le développement des friperies et ventes d’occasion sur internet, de plus en plus de consommateurs se tournent vers les achats de seconde main, plus écologiques et économiques.

La DGCCRF explique que l’état du vêtement est également une mention obligatoire à présenter sur l’étiquette. Si le vêtement n’est pas neuf, que ce soit en magasin ou sur un site de vente en ligne, il faut le préciser. Dans la mesure du possible, il faut décrire au mieux et avec précision l’état d’usure réelle du vêtement.

Les mentions non obligatoires

Certaines mentions que nous consultons pourtant systématiquement sur un vêtement ne sont pas forcément obligatoires. Cependant, elles sont présentes dans la grande majorité des cas.

La taille

La taille est une indication que nous consultons systématiquement avant d’acheter un vêtement. Pourtant, elle peut être très variable d’un fabricant à un autre. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas une mention obligatoire. Elle est parfois mentionnée en chiffres (38, 40, 42) ou en lettres (tailles américaines) : S pour small, M pour medium et L pour large.

Selon la matière du vêtement et les normes des marques, votre taille peut très bien varier d’une enseigne à une autre. L’idéal est d’essayer un vêtement avant de l’acheter, et pour les achats sur internet, de vérifier les conditions de retour si jamais la taille ne vous convient pas.

L’entretien

Vous connaissez les étiquettes d’entretien des vêtements avec leurs célèbres pictogrammes. On s’y perd d’ailleurs parfois un peu. Cette indication, bien que très utile, n’est pas obligatoire.

Pour vous aider à y voir plus clair, retenez que :

  • le pictogramme en forme de bac représente les indications de lavage, avec la température maximum de lavage ;
  • le triangle barré signifie que vous ne pouvez pas utiliser d’eau de javel ;
  • le carré est lié au séchage : si vous voyez un rond dans le carré, le vêtement pourra être séché à la machine normalement ;
  • le fer à repasser est le plus simple à comprendre, il permet de connaître la température maximum pour le repassage.

N’oubliez pas de laver séparément vos vêtements après leur achat, sinon vous risquez d’avoir de mauvaises surprises.

L’origine

Alors que les consommateurs sont de plus en plus attentifs à l’origine des produits qu'ils achètent, l’indication de l’origine des vêtements n’est pas obligatoire en France. Elle est en réalité très souvent précisée sur les étiquettes des vêtements.

Qu’ils viennent de l’autre bout du monde ou de votre région, il est parfois difficile de s’y retrouver. Est-ce que toute la matière première a été fabriquée dans ce pays ? Ou est-ce le lieu où le produit a été transformé ? La loi précise qu'une marchandise est originaire du pays où a eu lieu la dernière transformation substantielle.

Quoi qu’il en soit, la DGCCRF met en garde les fabricants, ces indications doivent être véridiques : une origine qui serait mensongère peut faire l’objet de sanctions, « au titre de la publicité mensongère ou de la tromperie sur la marchandise ».

Vous avez désormais toutes les clés en main pour bien choisir vos vêtements, en toute connaissance de cause. N’hésitez pas à prendre le temps de bien décrypter les étiquettes lors de vos prochains achats.