Passées À venir

Que faire en cas de bizutage scolaire ?

Lorsque l’on entre dans la vie étudiante, il est d’usage de participer à des soirées d’intégration. Dans certaines d’entre elles, des rituels d’initiation donnent lieu à des dérives. Comment y faire face et se protéger ?

Sous prétexte de faciliter l’intégration des étudiants de 1re année, les plus anciens ont parfois recours au bizutage. Ce rite a longtemps fait partie des us et coutumes français avant qu’il ne soit interdit par la loi. De quoi s’agit-il exactement ? Quels sont les moyens mis en place pour éviter les embuscades ? Que faire si vous en êtes victime ou témoin d’un bizutage étudiant ?

Que faire en cas de bizutage scolaire ?


Qu’est-ce que le bizutage scolaire ?

Il s’agit d’une pratique qui vise à faire endurer quelque chose d’humiliant aux nouveaux élèves qui, en s’exécutant, font ainsi preuve de bonne foi aux yeux des autres.

Ces exercices considérés comme dégradants peuvent aussi s’avérer dangereux. En effet, certains bizuts (élèves de 1re année) ont été victimes de violences, d’autres d’atteintes sexuelles, certains encore ont dû ingérer massivement de l’alcool.

Le bizutage étudiant, un délit puni par la loi

Cette pratique, bien que courante est un délit interdit en France depuis 1998. En effet, les textes de loi précisent que « toute personne amenant autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaires et socio-éducatifs, est punie de 6 mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende ». La peine est doublée si la victime est considérée comme étant une personne vulnérable.

Sachez que les acteurs indirects engagent également leur responsabilité pénale.

Les moyens mis en place pour lutter contre les dérives des soirées d’intégration étudiantes

Afin d’encadrer les soirées étudiantes, un important travail de fond est effectué sur les campus par les associations d’élèves en collaboration avec les chefs d’établissements. Des élèves volontaires vérifient sur le terrain si les mesures de sécurité sont respectées lors des festivités.

Par ailleurs, chaque académie dispose d’une ligne téléphonique spécifique qui permet de trouver une écoute anonyme, du réconfort ou une assistance pour être redirigé vers les administrations compétentes. Cette ligne est ouverte aux élèves, aux familles et toute personne en ayant besoin. Consulter ici la liste des numéros d’appel par académie.



Victime ou témoin d’un bizutage scolaire : que faire ?

Que vous soyez la victime ou le témoin d’un bizutage étudiant avec des menaces ou de la violence, contacter un commissariat de police ou une gendarmerie pour déposer une plainte.

La victime doit ensuite se rapprocher au plus vite du responsable de l’établissement scolaire. Celui-ci doit engager des poursuites disciplinaires contre les auteurs des faits et saisir le procureur de la République.