Passées À venir

Antibiotiques : Une consommation encore trop élevée malgré les progrès

C’est à l’occasion de la semaine mondiale pour un « bon usage des antibiotiques » qu’un rapport sur la consommation d’antibiotiques en France est paru. Celui-ci a pour but d’alerter les Français sur le phénomène d’antibiorésistance. Que ressort-il de ce rapport ?
Sommaire

Selon un rapport paru lundi 18 novembre, il semblerait que la France enregistre une légère baisse de la consommation d’antibiotiques. Bien que les résultats soient encourageants, de nombreux efforts doivent encore être fournis, car les chiffres sont encore trop élevés et l’antibiorésistance constitue une menace majeure.

Antibiotiques : Une consommation encore trop élevée malgré les progrès


Une semaine mondiale de sensibilisation à l’antibiorésistance

Les bactéries sont de plus en plus résistantes aux antibiotiques. La cause de cette antibiorésistance résulte du fait que nous consommons trop d’antibiotiques et surtout, très mal.

Cette résistance engendre non seulement des maladies plus intenses et difficiles à soigner, mais aussi une pollution non négligeable puisque des résidus sont diffusés dans la nature via les urines.

Les autorités sanitaires mondiales tirent la sonnette d’alarme.

Quelques données relatives à la consommation d’antibiotiques en France

Pour cette étude, Santé publique France s’est intéressée à la prescription d’antibiotiques en médecine de ville.

Une consommation stabilisée, voire en baisse

Au vu du premier indicateur, le nombre de doses consommées, il semblerait que la consommation d’antibiotiques se stabilise, après avoir augmenté entre 2014 et 2016. En 2018, la consommation quotidienne d’antibiotiques était de 22,5 doses pour 1 000 habitants, soit 0,2 point de moins qu’en 2009.

Si l’on tient compte du deuxième indicateur, le nombre de prescriptions, il semblerait qu’entre 2009 et 2018 la consommation d’antibiotiques soit passée de 2,81 à 2,31 doses pour 1 000 habitants, par jour. Ce qui représente une baisse de 15 %.

De nombreux efforts à fournir

Pour Bruno Coignard, directeur des maladies infectieuses à Santé publique France, ces résultats sont encourageants, admettant néanmoins qu’« il y a encore beaucoup de chemin à faire ».

En effet, la consommation d’antibiotiques en France, ville et hôpital confondus, s’élèverait à 25,3 doses quotidiennes pour 1 000 habitants alors qu’aux Pays-Bas, elle serait de 9,7 doses pour 1 000 habitants et par jour. « Cela veut dire que l’on consomme trois fois plus d’antibiotiques en France », précise-t-il.

Si la France avait le même niveau de consommation que les Pays-Bas, « l’Assurance Maladie pourrait économiser 400 millions d’euros », est-il indiqué dans l’étude.

Des disparités selon l’âge et la région

Selon le rapport, la consommation d’antibiotique est en hausse chez les personnes âgées de plus de 65 ans qui sont plus fragiles et donc davantage touchées par les infections. En revanche, chez les jeunes enfants de moins de 14 ans, elle a tendance à diminuer.

De même, certaines régions consomment davantage d’antibiotiques que d’autres. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur et les Hauts-de-France sont au-dessus de la moyenne nationale, alors que l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bretagne, ou encore les Pays de la Loire se situent en dessous.

Pourquoi les Français consomment-ils autant d’antibiotiques ?

Selon Bruno Coignard, « la prise en charge repose beaucoup sur un traitement : un patient attend une ordonnance à la sortie d’une consultation » précise-t-il. Pour lui, « l’enjeu n’est pas seulement de prescrire moins, mais mieux ». Il est indispensable de choisir le bon antibiotique et d’adapter la durée du traitement.

Pour son confrère, le docteur Gabriel Birgand, « les habitudes sont difficiles à changer », mettant en avant les facteurs « culturels et émotionnels » des prescriptions d’antibiotiques.