Passées À venir

Étudiants : les repas des restaurants universitaires à 1 €

Le 15 juillet 2020, le Premier ministre Jean Castex a présenté devant l’Assemblée nationale les mesures concernant la rentrée 2020, avec notamment la réduction du tarif des repas universitaires.
Sommaire

La crise sanitaire a un impact important sur les jeunes, qui peinent à trouver les petits boulots nécessaires au financement de leur quotidien. Les milieux associatifs n’ont de cesse d’alerter sur l’augmentation de la précarité des étudiants ces derniers mois. En réaction, le gouvernement a annoncé, en plus de l’augmentation de l’allocation de rentrée, une baisse significative du prix du repas dans les restaurants universitaires. Ainsi, il fait de la jeunesse une priorité et assure son soutien aux étudiants les plus modestes.

Étudiants : les repas des restaurants universitaires à 1 €


Un nouveau prix pour les repas des restaurants universitaires

Les restaurants universitaires sont au cœur de la vie des étudiants, comme lieu de restauration mais aussi de sociabilité. Gérés par le CROUS, ils proposent des menus complets à moindre prix et constituent une aubaine pour de nombreux jeunes dont le budget est serré.

Le tarif du repas des restaurants universitaires a connu des augmentations successives au cours du temps. En 2019, 5 centimes sont ajoutés au prix, le faisant passer de 3,25 euros à 3,30 euros.

À partir de la rentrée 2020, le repas sera accessible pour 1 euros. Un tarif préférentiel limité aux étudiants boursiers.

Une mesure destinée aux étudiants les plus modestes

La fédération des associations générales étudiantes (FAGE) a effectué une enquête, en collaboration avec l’institut Ipsos, sur les conditions de vie des étudiants depuis le confinement. Le résultat est sans appel puisqu’il révèle que 74 % des jeunes de 18 à 25 ans ont souffert de difficultés financières. Par ailleurs, l’alimentation constitue l’une des plus grandes sources de dépenses et de préoccupations. Le repas en restaurant universitaire proposé à 1 euros pour les boursiers permettra donc d’aider les plus modestes. À terme, les syndicats étudiants aimeraient voir cette mesure s’ouvrir à tous les étudiants.

D'autres promesses sont énoncées par le Premier ministre dont la création de 300 000 parcours et contrats d’insertion afin de limiter le décrochage scolaire, ou encore 100 000 places en service civique.