Passées À venir

Grève du 31 janvier : écoles, transports… À quoi faut-il s'attendre ?

L’intersyndicale va organiser le 31 janvier une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Alors, faut-il s’attendre à un mardi noir ?
Sommaire

La grève du 31 janvier sera-t-elle autant suivie que celle du 19 janvier ? C’est la question qui se pose alors que l’intersyndicale qui regroupe la FSU, Solidaires, l’Unsa, la CFDT, la CFTC, FO, la CGT et CFE-CFC a appelé à une nouvelle journée de mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Pour rappel, lors de la précédente mobilisation, 1,12 million de manifestants s’étaient rassemblés selon le ministère de l’Intérieur contre plus de 2 millions selon la CGT.

Grève du 31 janvier : écoles, transports… À quoi faut-il s’attendre ?

Quelle mobilisation dans les écoles le 31 janvier ?

Le fonctionnement des écoles, collèges, lycées et des établissements d’enseignement supérieur risque une nouvelle fois d’être perturbé le 31 janvier. En effet, dans un communiqué commun, SUD éducation, l’UNSA éducation, la SGEN CFD, la FERC-CGT, FSU, la FNEC-FP-FO, SUD recherche EPST, Solidaires étudiant-es, le SNALC, l’UNEF, le MNL et la FAGE demandent aux personnels d’« amplifier la grève (…) pour obtenir le retrait (de la réforme des retraites».

Toutefois, à l’heure actuelle, on ne peut pas encore connaître l’ampleur de la mobilisation dans les écoles. En effet, les enseignants doivent se déclarer grévistes 48 heures à l’avance. De plus, le personnel du second degré, c’est-à-dire ceux qui travaillent dans les collèges et lycées, n’est pas concerné par cette obligation. Ils peuvent donc participer à la mobilisation sans avertir préalablement l’autorité compétente.

Pour rappel, le jeudi 19 janvier, les syndicats avaient annoncé un taux de grévistes de 70 % dans le premier degré (école maternelle et primaire) contre 42,35 % pour le ministère de l’Éducation nationale. Et dans les collèges et lycées, il était de 34,66 % selon le ministère. Les syndicats parlaient quant à eux de 65 % de grévistes.

SNCF : vers un mardi noir ?

Certains TGV, TER, Ouigo et Intercités pourraient être supprimés le 31 janvier. En effet, les 4 organisations syndicales à la SNCF, la CFDT Cheminots, l’Unsa Ferroviaire, Sud Rail et la CGT Cheminots appellent les cheminots à participer « massivement » à cette nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Toutefois, les prévisions de trafic ne seront connues qu’au plus tôt 48 heures à l’avance.

Par ailleurs, les 4 syndicats se réuniront après cette nouvelle journée de grève pour décider de la suite à donner au mouvement. Soulignons également que la CGT-Cheminots a déposé un préavis de grève qui court du mercredi 25 janvier à 19 heures jusqu’au jeudi 2 février à 8 heures.

Quelles perturbations à la RATP ?

À la RATP, la CGT veut faire du mardi 31 janvier 2023 « une forte journée de grèves et de mobilisations ». De plus, le syndicat appelle sur Facebook les salariés à participer à « toutes les initiatives locales ». Sur Twitter, le syndicat Solidaires prévient que « c’est aussi dans la rue que ça se passe ».

Toutefois, là encore, il est trop tôt pour connaître l’ampleur des perturbations. Le 19 janvier dernier, le trafic avait été fortement perturbé sur les lignes du métro et du RER.


Des annulations aussi dans les airs ?

Le trafic aérien pourrait également être touché par cette grève du 31 janvier. En effet, les syndicats de l’aéroport de Paris Charles-de-Gaulle ont voté en faveur d’une journée de mobilisation. De plus, le
syndicat USAC CGT, qui représente notamment les contrôleurs aériens, et la CGT Air France appellent également le personnel à participer à cette mobilisation.

Bon à savoir : le personnel de la compagnie TAP a voté en faveur d’une grève qui court du mercredi 25 janvier au mardi 31 janvier, mais celle-ci n’a pas de rapport avec le projet de réforme des retraites.

Un préavis de grève illimité dans les stations de ski

La CGT et FO, qui sont les deux principales organisations syndicales des salariés des remontées mécaniques, ont déposé un préavis de grève illimité à partir du 31 janvier. Cependant, comme l’expliquent les responsables de ces deux syndicats à RMC, il est « peu probable » que les salariés soient en grève tous les jours. Le but de cette grève illimitée étant de permettre aux saisonniers de participer à la future nouvelle journée de mobilisation contre la réforme qui devrait se faire en février.

Et côté revendications, en plus du retrait de la réforme des retraites, les deux syndicats réclament une augmentation des salaires et une allocation chômage qui soit mieux adaptée aux saisonniers.

Une grève dans les raffineries… dès le 26 janvier

La CGT Pétrole a prévu deux journées de grève : le jeudi 26 janvier et le vendredi 27 janvier. Puis, à partir du lundi 6 février, le syndicat appelle à une grève de 72 heures. De même, il pourrait appeler à participer au mouvement du mardi 31 janvier.

Il pourrait y avoir une situation de pénurie de carburant comme en octobre dernier, « si le gouvernement s’entête à faire passer cette réforme », a prévenu sur Sud Radio, Lionel Arbiol, délégué syndical CGT de la raffinerie de Fos-sur-Mer.

LE DIRECT

 

Le syndicat des travailleurs et travailleuses du jeu vidéo appelle à la grève du 31 janvier au 3 février

Le secteur du jeu vidéo se mobilise également contre la réforme des retraites. En effet, le syndicat des travailleurs et travailleuses du jeu vidéo (STJV) appelle à la grève du 31 janvier au 3 février inclus. « Nous appelons travailleur‧ses, chômeur‧ses, retraité‧es et étudiant·es du jeu vidéo à se mobiliser en entreprise, assemblée générale et manifestation partout en France », écrit-il dans un communiqué.

Grenoble : de fortes perturbations dans les transports en commun

Comme le 19 janvier, les transports en commun risquent d’être fortement perturbés ce mardi 31 janvier. Ainsi, à Grenoble, les voyageurs devront s’armer de patience, la Métropole annonce de fortes perturbations. Toutefois, les détails ne seront communiqués que ce lundi 30 janvier.

Grève du 31 janvier : plusieurs mairies vont fermer leurs portes

À l’instar de Paris (lire plus bas), plusieurs mairies ont également annoncé qu’elle fermerait leurs portes de manière symbolique afin de permettre aux agents de participer à la mobilisation, mais aussi en signe de protestation contre la réforme des retraites. Par exemple, sur Twitter, Denis Öztorun Ömü, le maire de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) a indiqué que ce mardi 31 janvier serait « une journée mairie morte ».

Et en plus de cette fermeture, certains élus locaux vont encore plus loin. À Faches-Thumesnil (Nord), le maire Patrick Proisy a précisé qu’il ne décompterait pas les heures de grève des salaires de ses agents.

Toutefois, ces annonces n’ont pas plu au ministre du Travail. Interrogé à ce sujet sur BFM TV, Olivier Dussopt a répondu que cela posait un problème de « moral ou politique ». « J’ai le sentiment que la maire de Paris confond les services municipaux avec une annexe du Parti socialiste », a-t-il ajouté.

Lille : un défilé aux flambeaux ce jeudi contre la réforme des retraites

En plus de la mobilisation nationale du 31 janvier, des actions locales ont lieu en France. À titre d’exemple, ce jeudi 26 janvier à 18h, le Snes-FSU organise à Lille un défilé aux flambeaux contre la réforme des retraites.

Zéro transport à Montpellier ?

Le 19 janvier, les trams et les bus n’avaient pas circulé à Montpellier. Et la circulation des transports en commun pourrait encore être grandement perturbée le 31 janvier. Dans un communiqué publié ce jeudi 26 janvier, la CGT-TaM et l’UGICT-CGT-TaM appellent à une mobilisation totale. Objectif des syndicats : le « zéro transport » ce mardi 31 janvier.

Grève dans les raffineries : la CGT annonce 100 % de grévistes à Flandres

Selon la CGT, l’appel à la grève de ce jeudi 26 janvier dans les raffineries a été massivement suivi. Ainsi, le syndicat annonce un taux de grévistes de 100 % à Flandres (Nord) et de 80 % à la raffinerie de Normandie. De même, les employés de la bio-raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône) participent également majoritairement au mouvement (60 % de grévistes). Enfin, ils sont la moitié (50 %) à la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) et 30 % à Grandpuits (Seine-et-Marne).

Paris : Anne Hidalgo annonce la fermeture d'une partie de la mairie en solidarité des manifestants

Ce mercredi 25 janvier, Fabien Roussel, le secrétaire national du Parti communiste, a appelé les élus à fermer leurs mairies de manière symbolique durant 2 à 3 heures le 31 janvier, en solidarité des grévistes mais également afin de permettre aux agents de manifester contre la réforme des retraites.

Interrogé sur ce sujet ce jeudi 26 janvier sur France 2, Anne Hidalgo, la maire de Paris, a annoncé que « l’Hôtel de Ville de Paris (serait) mairie solidaire le 31 » janvier, tout en soulignant que des « services publics »  continueront de fonctionner, comme « l’état civil ».

La distribution du courrier également impactée ce 31 janvier ?

La Fédération des activités postales et des télécommunications appelle les salariés du secteur à « remettre une couche le 31 janvier 2023 ». « Faisons des assemblées générales sur nos lieux de travail, rassemblons-nous, débattons de reconduire la grève, bloquons l’économie ! », écrit-elle dans un communiqué. Cela signifie que la distribution du courrier pourrait être impactée ce mardi 31 janvier.

L'intersyndicale appelle à multiplier les actions d'ici le 31 janvier

Après la grève du 19 janvier, l’intersyndicale appelle à « multiplier les actions et initiatives d’ici au 31 janvier partout sur le territoire ». « Rien ne justifie une réforme aussi injuste que brutale », a déclaré Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT lors d’une conférence de presse des représentants des huit principaux syndicats ce mercredi 25 janvier.

Les lycées bloqués le 31 janvier ?

Dans un communiqué publié ce mardi 24 janvier, l’intersyndicale lycéenne, qui regroupe le MNL (Mouvement national lycéen), l’Union syndicale lycéenne, la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), ou encore la Voix Lycéenne, appelle les lycéens à participer à la grève du 31 janvier. « Nous encourageons et soutenons tous les blocage», écrivent-ils, avant d'ajouter : « À partir de cette date, reconduire les blocages chaque jour jusqu'à la victoire sera nécessaire si nous voulons faire plier le gouvernement. »

Voir tout le direct

Où auront lieu les manifestations ce mardi 31 janvier ?

De nombreuses manifestations se dérouleront dans les quatre coins de France ce mardi 31 janvier. Pour connaître les lieux de rassemblement les plus proches de chez vous, direction le site de l’Unsa.

À titre d’exemple : à Paris, le cortège s’élancera à 14h de la Place d’Italie. À Lyon, le départ se fera à la même heure de la Manufacture des Tabacs. En revanche, à Marseille et à Nantes, la manifestation se déroulera à 10h30, départ respectivement du Vieux-Port et du Miroir d’eau. Enfin, à Montpellier, le rendez-vous est fixé à 11h à la Place Zeus.

Sud Rail et la CGT Cheminots appellent à deux nouvelles journées de grève

En plus du 31 janvier, Sud Rail et la CGT Cheminots ont lancé ce mardi 24 janvier un appel à deux nouvelles journées de mobilisation : pour le mardi 7 février et mercredi 8 février. Et si la réforme des retraites n'est toujours pas retirée, les deux organisations syndicales proposent même une grève reconductible dès la mi-février. 

 

Redacteur
Olivier

D’un naturel curieux, aimant écrire et féru d’actualité, je me suis rapidement orienté vers la rédaction web. Après un détour par la PQR (presse quotidienne régionale), me voici désormais sur démarches administratives, avec toujours la même envie : celle de vous informer le mieux possible.