Passées À venir

Les préfets peuvent désormais imposer le port du masque dans les lieux publics ouverts

Depuis vendredi 31 juillet, les préfets peuvent, par arrêté, rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics ouverts.
Sommaire

Un décret publié au Journal officiel le 31 juillet permet aux préfets de rendre obligatoire le port du masque dans les lieux publics ouverts. Une décision que le préfet du Nord a d’ores et déjà prise.

Les préfets peuvent désormais imposer le port du masque dans les lieux publics ouverts

Un arrêté pour rendre obligatoire le port du masque en extérieur

Le ministre de la Santé Olivier Véran l’avait annoncé sur son compte Twitter vendredi 31 juillet : « Pour limiter la circulation du Covid-19, les préfets pourront désormais par arrêté étendre l’obligation de port du masque aux lieux publics ouverts. Cette décision pourra être prise localement, en fonction de l’évolution de l’épidémie dans chaque territoire », avait-il expliqué.

Un décret publié le jour même au Journal officiel est venu officiellement confirmer cette déclaration. Désormais, les préfets ont la compétence, par arrêté, de décréter le port du masque obligatoire dans les espaces publics ouverts.

Cette décision intervient une dizaine de jours après que le port du masque a été rendu obligatoire dans tous les lieux publics clos. En parallèle, plusieurs maires avaient étendu cette obligation aux centres-villes ou autres zones très fréquentées, comme les bords de Loire à Orléans, le centre-ville de Biarritz ou encore les remparts de Saint-Malo.

Le préfet du Nord, Michel Lalande, est le premier à avoir eu recours à ce nouveau dispositif. À partir de ce lundi 3 août, le port du masque est obligatoire dans tous les lieux publics de la métropole lilloise. Cette décision s’applique aussi bien au sein des espaces verts que des marchés publics non couverts, sans oublier les zones piétonnes, les zones de forte fréquentation, les parkings des gares, des aéroports et des métros, les arrêts de bus et de tramway ou encore les déchetteries.

Des mesures pour endiguer la reprise de l’épidémie

Ces mesures interviennent dans un contexte sanitaire incertain, alors que le virus SARS-CoV-2 circule de manière plus active depuis quelques semaines. Pour la troisième semaine consécutive, le nombre de cas quotidiens est en hausse. Par ailleurs, le nombre de malades en soins intensifs a également augmenté pour la première fois depuis le mois d’avril.

La Direction générale de la santé (DGS) évoque un niveau soutenu de circulation du virus et insiste, dans son communiqué du 30 juillet, sur la nécessité de fournir des « efforts rapides et importants ». Les rassemblements familiaux et amicaux sont particulièrement à risque, et la DGS conseille « de s’équiper de masques grand public et de gels hydroalcooliques, de privilégier les espaces ventilés et extérieurs, d’aérer les locaux pour limiter au maximum les contacts. »

Par ailleurs, la DGS rappelle que même en cas de forte chaleur, le masque ne doit jamais être humidifié pour se rafraîchir. Un masque humide perd en effet de son efficacité, et doit être changé en cas de transpiration par exemple.