« En vertu du droit maritime international, qui oblige à porter secours à toute personne en détresse et à la mener jusqu’à un port sûr » et malgré les bras de fer politiques, SOS Méditerranée refuse que « le prix des politiques européennes soit le sacrifice de la vie de milliers de personnes » et en appelle au soutien des citoyens Européens.

L'ONG SOS Méditerranée lance un appel aux États et aux citoyens européens pour secourir les migrants en mer


Vendredi 8 juin 2018, SOS Méditerranée a renouvelé son « appel » pour la 3e année consécutive au Mucem, dans la ville de Marseille. Grâce à leur navire de sauvetage l’Aquarius, cette ONG a permis le sauvetage de près de 30 000 migrants en 3 ans et demande le soutien des pouvoirs publics, mais aussi des citoyens. Un point sur la situation.

L’ONG SOS Méditerranée lance un appel aux États et aux citoyens européens pour secourir les migrants en mer

Les missions de l’Aquarius sont principalement financées par des fonds privés

L’Aquarius a pour mission de « porter assistance à toute personne en détresse sur mer (…), sans aucune discrimination. Les personnes concernées sont des (…) migrants ou réfugiés, se retrouvant en danger de mort lors de la traversée de la Méditerranée ».

Le bateau navigue sur « l’axe migratoire le plus mortel de la mer Méditerranée, entre la Libye et l’Italie » indique l’organisation, où régulièrement, des hommes, des femmes et des enfants prennent le risque de mourir en mer pour rejoindre l’Europe. Tous ces gens « fuient un régime oppressant, une guerre, une détresse économique ou les conséquences d’un changement climatique ».

Ces opérations de sauvetage ont un cout : 11 000 € par jour de « fuel, matériel de soin, repas… 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ». 93 % des fonds qui permettent à l’Aquarius de partir en mission sont des dons privés, récoltés en grande partie lors de ces appels du « 8 juin ».

« Nous avons également reçu quelques réserves parlementaires, mais elles vont disparaître. Le coût de notre déploiement se chiffre à (…) près de 4 millions par an. Nous sommes loin d’avoir couvert le budget de cette année, ces appels aux dons sont donc vitaux », précise la directrice de l’ONG, Sophie Beau.

L’Aquarius compte actuellement 629 rescapés à son bord

Ce weekend du 9-10 juin, l’Aquarius a été prié d’intervenir à quelques dizaines de mille des côtes libyennes où deux bateaux se trouvaient, en difficulté avec à leur bord des dizaines de migrants. L’un des bateaux a même coulé, mais grâce à l’équipe de sauveteurs en mer de SOS Méditerranée, 40 personnes ont pu être sorties de l’eau in extrémis.

Suite à plusieurs transbordements, 629 réfugiés se trouvent actuellement à bord de l’Aquarius, avec des besoins en eau potable, en nourriture et en soins. Malheureusement, le navire est pour le moment victime d’un blocage politique, ni l’Italie, ni Malte, ni la France n’ont pour l’instant accepté l’accostage.

Les États européens n’assurent pas systématiquement de missions de sauvetage

« Il n’y a plus de flotte institutionnelle depuis 2014 et la fin de la Mare Nostrum Italienne, sous la pression des autres États. Depuis cette même date, plus de 15 000 personnes sont mortes, sans compter les bateaux qui ont disparu ».

« Nous considérons que porter secours aux personnes en danger de mort, à terre comme en mer, est un impératif moral et légal », explique l’organisation dans son « appel ». « Nous considérons que l’urgence est de tendre la main à ceux qui se noient sous nos yeux, aux portes de l’Europe. »

L’ONG exhorte les États européens à prendre leurs responsabilités, en créant « une flotte de sauvetage adéquate », et que, dans le respect des droits de l’Homme, « la préservation de la vie humaine en mer redevienne la priorité absolue, avant toute considération politique ».

Leurs appels restent jusqu’ici sans réponse, malgré un autre naufrage ce weekend au large des cotes tunisiennes (Kerkennah) qui a couté la vie à 79 personnes.

 

 
Service privé fourni par DemarchesAdministratives.fr