Passées À venir

L'uniforme scolaire sera obligatoire dans les écoles publiques de la ville de Provins après les vacances de la Toussaint 2018

Le débat sur l’uniforme scolaire revient régulièrement dans l’actualité. Cette fois, c’est le maire de la ville de Provins en Seine et Marne qui se félicite de la décision de 62 % des parents qui souhaitent le voir instaurer à la rentrée prochaine pour toutes les écoles publiques de la commune. Qu’en est-il ?
Sommaire

Olivier Lavenka, le maire de la ville de Provins, avait fait du retour de l’uniforme à l’école son cheval de bataille depuis le début d’année. Après avoir demandé aux parents d’élèves de s’exprimer sur la question à travers un vote, l’uniforme devrait faire sa rentrée après les vacances de la Toussaint 2018. Un point sur la situation.

L’uniforme scolaire sera obligatoire dans les écoles publiques de la ville de Provins après les vacances de la Toussaint 2018



L’uniforme pour gommer les inégalités sociales

L’argument principal des partisans de l’uniforme est de parvenir à lisser les inégalités dues aux différents milieux sociaux d’origine des élèves, qui peuvent parfois transparaître à travers leur façon de s’habiller (vêtements de marque ou dernières baskets à la mode...).

Certains parents espèrent aussi qu’en « uniformisant » leurs enfants cela pourra aussi leur donner une notion d’appartenance à un groupe et peut-être créer plus de cohésion, plus de solidarité, et donc moins de stigmatisation et de harcèlement scolaire.

L’argument financier est à double tranchant et dépend véritablement de chaque famille.
Pour certains l’investissement obligatoire dans un uniforme avec plusieurs tenues représente un cout important, pour d’autres familles cela limite les dépenses.

À Provins, il faudra compter environ 145 euros par enfant pour toutes les tenues, que le maire a promis de subventionner à hauteur de 50 % dès le deuxième enfant.

L’utopie du « bon vieux temps »

Pour ceux qui se sont prononcés contre le port de l’uniforme obligatoire, il s’agit d’une façon de faire un peu surannée, qui de plus ne résout en rien les problématiques plus importantes d’éducation et d’enseignement.

Puis, comme le précisent les historiens, il ne s’agit pas d’un « retour » de l’uniforme à proprement parlé, car, il n’y en a jamais eu dans les établissements publics en France. À l’époque de nos parents (voire de nos grands-parents), les enfants portaient parfois une blouse à l’école, mais plus pour ne pas salir les vêtements, qui devaient rester propres et présentables le plus longtemps possible, que par souci d’égalité entre les élèves.

L’historien de l’éducation Claude Lelièvre, interrogé par le Journal 20 minutes a dit : « Derrière cette idée d’égalité, il y a en fait le rêve que l’uniforme va permettre de revenir à une école sanctuaire, qui échappe aux séductions de notre monde. »
« Tout ça, c’est du mythe, et les mythes prospèrent (...) quand on veut se raccrocher à des éléments d’un soi-disant passé pour se protéger des angoisses du temps présent. C’est un symptôme de maladie sociale. (...) Ce n’est pas parce qu’on est vêtu de la même manière que les différences sociales disparaissent. », a-t-il ajouté.