Passées À venir

Médecins : Vers le paiement des consultations non honorées ?

Les médecins et soignants sont excédés des consultations non honorés et cela pourrait bientôt être facturé aux patients. Explications.
Sommaire

Vous est-il déjà arrivé de ne pas vous rendre chez votre médecin chez qui vous aviez pourtant rendez-vous et de ne pas le prévenir ? Cela pourrait dorénavant vous coûter le prix de la consultation.

Médecins : Vers le paiement des consultations non honorées ?


Un lapin qui peut coûter cher

28 000 000, c’est le nombre de consultations non honorées par an en France. Les médecins sont agacés d’attendre des patients qui ne viennent jamais et qui n’ont pas la délicatesse de prévenir. Cela devient de plus en plus fréquent et difficile à gérer pour les professionnels de santé.

Le syndicat de l’Union française pour une médecine libre (UFML) a décidé de lancer une pétition pour que les médecins aient le droit de facturer une consultation non honorée. Cela impliquerait alors une modification de l’article R4127-53 du Code de la santé publique, indiquant que des honoraires ne peuvent être réclamés qu’au titre d’actes réellement effectués.

Au final, les médecins prennent du retard, les patients qui ont véritablement besoin de consultation se retrouvent bloqués par des « rendez-vous fantômes », sans parler de l’attente interminable avant d’obtenir un rendez-vous dans certains domaines médicaux (ophtalmologie, ORL, dermatologie, etc.). L’indélicatesse de certains finit par desservir tout le monde.

Vers une sanction pour libérer du temps de soin

L’UFML est formelle, si les patients indélicats ne sont pas sanctionnés, cette pratique ne cessera d’augmenter. Les urgences hospitalières sont engorgées avec plus de 21 000 000 d’entrées par an, alors que 28 000 000 patients ne se présentent pas à leurs rendez-vous.

Par cet « oubli » ou ce geste volontaire, un médecin perd en moyenne 40 minutes quotidiennes à attendre. D’après l’UFML, le métier ne peut se permettre un tel luxe. Jérôme Marty, président de l’UFML indique au micro de BFMTV que la volonté d’une telle sanction n’a pas pour vocation de remédier au manque à gagner des consulations manqués, mais bel et bien d’alimenter un fonds pour « lutter contre les déserts médicaux ».

À quoi s’attendre si la pétition faisait mouche ?

Si les acteurs de la santé publique (l’État, les syndicats de médecins, l’Assurance Maladie, etc.) venaient à donner une suite favorable à cette pétition, les mauvais élèves seraient donc punis par une « amende » d’environ 20 euros par rendez-vous manqué.

Tout juste plus de 2 825 signataires ont pris part à la pétition. Jérôme Marty table sur 10 000 à 15 000 signatures d’ici 5 mois, mais il sait d’ores et déjà que cette demande aura peu de chances d’aboutir.

Sanctionner les patients « posant des lapins » aux professionnels de santé est une pratique déjà mise en place en Belgique. En effet, un dédommagement est automatiquement appliqué en cas d’absence à un rendez-vous médical.