Passées À venir

Ouverture de 10 000 places supplémentaires dans l'enseignement supérieur à la rentrée

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a annoncé l’ouverture de 10 000 places supplémentaires dans les filières les plus demandées.
Sommaire

Face à un afflux de lycéens suite à un taux record de réussite au baccalauréat, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé l’ouverture de 10 000 places supplémentaires dès la rentrée dans les filières les plus demandées.

Ouverture de 10 000 places supplémentaires dans l'enseignement supérieur à la rentrée


Faire face au flot de nouveaux bacheliers

Organisé dans des circonstances exceptionnelles en raison de la crise sanitaire, le diplôme du baccalauréat a été cette année délivré sur la base du contrôle continu. Le taux de réussite après rattrapage constitue un record historique : 95,7 % des candidats ont obtenu leur diplôme, contre 88,1 % en 2019.

Cette année, ce sont 48 000 candidats supplémentaires qui quittent le lycée avec le baccalauréat en poche et prennent le chemin des études supérieures, du moins pour une partie d’entre eux. Le 14 juillet, Emmanuel Macron avait annoncé plusieurs mesures en faveur de l’insertion des jeunes, parmi lesquelles la possibilité pour certains de prolonger leurs études afin d’arriver sur le marché du travail avec davantage de qualifications.

Conséquence : une augmentation du nombre de places disponibles dans l’enseignement supérieur était nécessaire, et a été annoncée mardi 21 juillet par la ministre Frédérique Vidal. 10 000 places supplémentaires vont ainsi être ouvertes dès la rentrée dans les filières les plus demandées.

Parmi ces 10 000 places, 2 000 vont être ouvertes dans les formations de soins infirmiers et 3 000 dans des formations en BTS, d’après les déclarations de la ministre.

« L’objectif est également de développer les formations courtes avec les universités afin de permettre à des nouveaux bacheliers de compléter leur formation et d’affiner leur projet d’orientation, et à d’autres étudiants de compléter leurs compétences techniques et professionnelles pour mieux entrer ensuite sur le marché du travail », a expliqué le ministère de l’Enseignement supérieur à l’AFP.

Il a également précisé que des discussions étaient en cours entre les présidents d’universités et les recteurs afin de déterminer l’attribution de ces places supplémentaires. « Pour près de la moitié, elles sont prévues dans les licences en tension », a indiqué le ministère.

Des milliers de bacheliers sans affectation

Actuellement, alors que la phase principale d’admission sur Parcoursup est terminée, des milliers de bacheliers se retrouvent sans affectation.

« Je tiens à rassurer les bacheliers, car nous sommes conscients que cette situation exceptionnelle nécessite un accompagnement exceptionnel », a déclaré Frédérique Vidal lors d’un entretien accordé au journal Le Parisien.

La ministre a souligné la hausse de la demande pour les formations paramédicales. Selon elle, « ces métiers ont pris beaucoup de sens ces derniers mois et l’engouement des bacheliers à s’orienter vers elles est le reflet de la capacité de notre jeunesse à vouloir se rendre utile. »

Pour Frédérique Vidal, l’objectif est clair : aucun bachelier souhaitant entamer des études supérieures ne doit s’en voir refuser l’accès. « Nous travaillons pour qu’aucun jeune ne se retrouve sur le carreau », a-t-elle affirmé. Quitte à intégrer un établissement éloigné de son domicile pour mieux répartir l’offre et la demande, avec la compensation d’une aide financière à la mobilité, d’un montant de 500 euros.

Enfin, la ministre a affirmé que des cours en amphithéâtre auraient bien lieu à la rentrée. « Ces cours sont globalement ceux en première année sur des spécialités très demandées », a-t-elle précisé.