Passées À venir

Pesti'home : L'étude sur l'usage des pesticides à la maison

75 % des Français utilisent au moins un produit pesticide dans l’année. C’est ce que révèle une étude récente de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire). De plus, les utilisateurs lisent rarement la notice des produits et ne savent pas non plus quoi faire des vieux produits. Le point sur les résultats de cette enquête.
Sommaire

Antimoustique, anti-puce, anti-poux, herbicides et fongicides pour le jardin, tous ces produits sont considérés comme des pesticides et peuvent présenter un danger pour la santé. L’étude Pesti’home de l’Anses dont les résultats viennent de paraitre montre que 75 % des Français utilisent un pesticide au moins une fois par an, souvent sans avoir lu les consignes d’utilisation. Le point sur les conclusions de l’Agence.

Pesti’home : L’étude sur l’usage des pesticides à la maison


5 408 produits inventoriés

On associe souvent les « pesticides » aux produits phytosanitaires utilisés en agriculture sur les fruits et les légumes. Or, au quotidien, au sein même de nos foyers, certains produits que l’on utilise sont aussi des pesticides.

Parmi eux, les insecticides, la « mort au rat » ou les produits de traitement du bois, les herbicides ou fongicides que l’on utilise sur les plantes et dans le jardin, ainsi que les antiparasitaires tels qu’anti-puces, anti-tiques, antiacariens, anti-poux, etc. Ils contiennent des substances toxiques qui représentent un certain danger pour la santé lorsque les conditions d’utilisation des produits ne sont pas respectées ou qu’ils sont utilisés trop fréquemment.

Dans son enquête, l’ANSES a interrogé 1 507 foyers et a inventorié plus de 5400 produits pesticides différents chez ces particuliers.

75 % des Français utilisent au moins un produit pesticide par an

Une majorité de Français utilise au moins 1 produit pesticide par an. Ce sont les produits insecticides qui sont les plus utilisés pour lutter contre les insectes et les rampants.

Grâce aux résultats de cette enquête, l’agence a déterminé 3 profils utilisateurs : utilisateurs faibles, forts et très forts. Les utilisateurs faibles utilisent peu de pesticides, les utilisateurs très forts s’en servent pour de multiples usages : insecticide, dans le jardin, dans la maison, pour la piscine, etc.

D’autres statistiques intéressantes révèlent une utilisation sans réelles précautions de ces produits : « un tiers des ménages ne lit jamais les indications des emballages des antiacariens et anti-rongeurs et un quart d’entre eux ne les lit jamais pour les produits contre les insectes volants et rampants ». D’autre part, si les précautions d’emploi sont suivies par la majorité des ménages lorsqu’ils utilisent des produits pour traiter les plantes d’extérieur (70 %) ou des produits anti-poux (68 %), ils sont seulement 29 % à les respecter lors de l’utilisation de répulsifs, et 36 % pour les produits contre les insectes volants. Les pesticides des particuliers sont donc rarement utilisés dans des conditions optimales de sécurité.

Enfin, en ce qui concerne la fin de vie des produits, seulement 31 % des utilisateurs les déposent à la déchetterie contre 60 % des ménages qui les jettent à la poubelle.

L’ANSES a aussi constaté le stockage d’au moins un produit destiné au jardin non autorisé à la vente chez plus d’un quart des foyers.

Quelles sont les préconisations de l’ANSES ?

Au vu des résultats, l’Agence recommande aux pouvoirs publics et aux collectivités locales de rappeler à la population via des campagnes d’information et des conseils pratiques l’importance de respecter les consignes d’utilisation des pesticides quels qu’ils soient et de déposer à la déchèterie les produits non utilisés.

Elle rappelle aussi que lorsque le port de gants de protection ou l’aération des pièces sont préconisés dans la notice, ces instructions doivent être respectées pour éviter le contact entre le produit et la peau ou l’inhalation de substances toxiques.

Par ailleurs, l’ensemble des données Pesti’home seront bientôt librement partagées en ligne en « open data » et pourront servir pour effectuer d’autres recherches sur l’exposition de la population aux pesticides et sur ses conséquences sur la santé.

Consulter les résultats et recommandations de l'étude Pesti'home sur les utilisations domestiques de pesticides.