Passées À venir

Installation de toilettes sèches : quelles sont les règles à respecter ?

Avant de vous lancer dans l'installation de toilettes sèches dans votre jardin ou votre maison, avez-vous pris connaissance des avantages et des inconvénients ?
Sommaire

Avant de vous expliquer comment, accordons-nous un temps de réflexion sur le « pourquoi ». Tout d’abord, si l’on considère que chaque chasse d’eau représente entre 3 et 6 litres, on ne sera pas surpris d’apprendre que les toilettes représentent environ 40 % de la consommation d’eau d’un ménage. Votre conscience écologique en conviendra certainement : il est absurde d’utiliser une telle quantité d’eau potable pour évacuer nos déchets organiques.

Par ailleurs, quand on se penche sur la question, on s’aperçoit que l’installation de toilettes sèches n’est pas forcément coûteuse (sans oublier une réduction significative de vos factures d’eau). Dans les petits gestes du quotidien, ce n’est pas si souvent que l’on peut faire rimer écologie et économies.

Alors, que vous ayez la fibre bricoleuse ou que vous préfériez une solution clé en main, n’hésitez plus à afficher vos valeurs.

Installation de toilettes sèches : quelles sont les règles à respecter ?



Les modèles existants

Du plus simple (et moins cher) au plus coûteux (et plus commode), voici les différentes options qui s’offrent à vous.

Les toilettes sèches à litière

C’est la solution la plus simple si vous comptez les fabriquer vous-même. Elles sont constituées de :

  • un cube en bois supportant votre poids ;
  • un bac à sciure ;
  • une bavette et un seau ;
  • un abattant classique.

Il faudra veiller à vider le seau une à deux fois par semaine pour une famille. Lorsque vous choisirez la taille de votre seau, pensez à la vidange : par commodité, vous ne pourrez vraisemblablement transporter qu’un seau à moitié plein.

Les toilettes sèches à séparation à la source

La séparation à la source permet de se passer de sciure et d’espacer les vidanges. Ces toilettes s’utilisent en position assise.

Elles sont équipées d’un réceptacle à l’avant pour les liquides, et d’un autre à l’arrière pour les solides. Les urines peuvent être collectées dans un réservoir, ou directement évacuées via le réseau d’assainissement des eaux ménagères. Cela représente autant de volume en moins pour les vidanges.

À noter qu’il est possible d’équiper ces toilettes d’un ventilateur.

Les toilettes sèches à gros volume

Ces toilettes fonctionnent également sur le système de séparation à la source. Les déchets solides sont évacués par un tapis roulant directement dans un bac à compost. Le tapis roulant s’actionne à l’aide d’une pédale remplaçant la chasse d’eau. L’inclinaison du tapis permet aux urines de s’écouler en sens inverse et de rejoindre le réseau des eaux ménagères.

Cette solution, la plus sophistiquée, requiert le moins d’efforts quotidiens de votre part. Prévoyez simplement :

  • une révision technique par an ;
  • une vidange tous les 2 à 10 ans selon l’utilisation.

Quelles sont les contraintes ?

L’installation de toilettes sèches est un changement de taille dans votre mode de vie. Dans des circonstances adaptées, les nouvelles habitudes sont vite prises.

La vidange

La principale contrainte des toilettes sèches est la vidange. Un seau de 25 cl est à changer approximativement toutes les semaines pour une famille, une fois toutes les deux semaines pour un couple.

Pour réaliser cette opération le plus facilement possible, prévoyez suffisamment d’espace autour de vos toilettes sèches pour circuler et manipuler le seau. Celui-ci est à vider directement dans votre compost. Pour simplifier la vidange, assurez-vous que votre aire de compost soit tout aussi fonctionnelle que l’espace autour de vos toilettes.

Les déchets de vos toilettes peuvent également être considérés comme des déchets verts.

Le nettoyage du seau

Évitez les seaux en plastique : ils sont moins résistants et ont tendance à conserver les odeurs. Choisissez plutôt un seau en inox, qui se nettoie très facilement au vinaigre ou à l’argile blanche, manuellement ou au tuyau d’arrosage.

Pour parfumer vos toilettes, vous pouvez même ajouter quelques gouttes d’huile essentielle.

Et les avantages pratiques ?

La vidange et le nettoyage du seau représentent quasiment la totalité de l’entretien de vos toilettes sèches. En effet, avec des toilettes sèches, vous n’avez plus à nettoyer la cuvette ni à lutter contre le tartre.

Toilettes sèches : en intérieur ou en extérieur ?

Si le plus simple est d’installer une petite cabane au fond du jardin, l’idéal est bien entendu de franchir le cap des toilettes sèches en intérieur, comme des toilettes classiques.

Installation en extérieur

Pour installer vos toilettes sèches en extérieur, vous aurez aussi besoin d’une cabane. Comme les toilettes, celle-ci peut être livrée toute faite, ou réalisée par vos soins.

Selon l’article R.421-2 du Code de l'urbanisme, votre cabane de toilettes peut s’élever jusqu’à 12 mètres de hauteur et mesurer jusqu’à 5 m2 de superficie sans permis de construire, ce qui devrait suffire amplement.

Installation en intérieur

Pour installer vos toilettes sèches en intérieur, veillez à prévoir suffisamment d’espace pour :

  • installer les réservoirs placés sous les toilettes, éventuellement dans une fosse ;
  • accueillir le bac à sciure ;
  • circuler aisément autour des toilettes, en prévision de la vidange.

Si vous optez pour l’évacuation par tapis roulant, il faudra prévoir un local séparé à l’arrière de vos toilettes (ou les relier directement à votre bac à compost en extérieur).

Pour réorganiser vos toilettes classiques en toilettes sèches, il faudra donc éventuellement prévoir quelques travaux d’aménagement.

Le compost

Lorsque vous transformez vos déchets organiques en compost, et utilisez celui-ci dans votre potager, la boucle est bouclée. Il vous faudra toutefois disposer d’un espace suffisant dans votre jardin pour accueillir votre bac de compost. On estime que, pour une famille, 3 bacs de 1 m3 chacun sont suffisants pour le traitement des déchets de cuisine, de jardin et des toilettes sèches.

Si vous voulez faire les choses bien, posez-vous la question du papier toilette. Votre compost gagnera en qualité si vous utilisez du papier toilette recyclé et non blanchi. Pour les plus vaillants, une autre option consiste à utiliser du papier toilette lavable.




Quelques astuces pour réussir votre installation de toilettes sèches

Où installer votre cabane de toilettes et votre compost, comment vous procurer des copeaux en quantité suffisante et éviter les mauvaises odeurs… Si vous aviez encore des questions, voici les réponses.

La sciure

Si on parle de sciure de manière générale, vous pouvez utiliser toutes sortes de végétaux secs dans votre litière :

  • feuilles mortes ;
  • copeaux de bois ;
  • broyat de végétaux ;
  • paille ;
  • etc.

Ces matières, et notamment les copeaux de bois, doivent être impérativement non traitées, sous peine de dégager des odeurs désagréables.

N’hésitez pas à vous rendre à la scierie la plus proche : vous pourriez bien repartir avec de pleins seaux de sciure et de copeaux de bois, sans débourser un centime. Stockez-les ensuite à l’abri des intempéries.

L’emplacement

Protégez votre cabane et votre bac de compostage des grosses chaleurs en choisissant un emplacement ombragé. Assurez-vous également que votre compost ne sera pas affecté par le ruissellement de l’eau de pluie : selon votre terrain, des rigoles d’écoulement pourront s’avérer nécessaires.

Et les odeurs ?

Soyons clairs une fois pour toutes : les toilettes sèches ne sentent pas mauvais. Il suffit de respecter ces trois règles d’or :

  • nettoyage adéquat ;
  • sciure et copeaux en suffisance ;
  • emplacement ombragé.

Alors, prêt à vous lancer ?