Passées À venir

Consignes de sécurité du plan Vigipirate pour les écoles, collèges et lycées

Le plan Vigipirate est un dispositif national de lutte contre le terrorisme qui s’impose en tous lieux. Dans les établissements scolaires, des directives spécifiques doivent être respectées pour protéger les enfants de ces actes criminels. Quelles sont les consignes de sécurité applicables pour les écoles, collèges et lycées ? Décryptage.
Sommaire

Après la vague d’attentats qui a touché la France ces dernières années, la lutte contre le terrorisme est devenue une priorité absolue pour le Gouvernement. Le plan Vigipirate qui a été mis en place sur l’ensemble du territoire national permet de garder un niveau de vigilance constant et de déclencher en cas de nécessité, des mesures « Sécurité renforcée — risque d’attentat ». Dans ce contexte, le personnel des écoles, collèges et lycées applique des mesures spécifiques pour assurer la sécurité des élèves. Le point sur les différents niveaux d’alertes et les consignes propres aux établissements scolaires.

Consignes de sécurité du plan Vigipirate pour les écoles, collèges et lycées


3 niveaux du plan Vigipirate

Consolidé en 2016, le plan Vigipirate est un outil central du programme de lutte contre le terrorisme. Relevant du Premier ministre, ce dispositif de sécurité permet d’associer tous les acteurs nationaux, à savoir l’État, les collectivités territoriales, les entreprises et les citoyens afin de développer une culture de la vigilance et de la sécurité, de prévenir ou déceler toute menace d’action terroriste et surtout protéger en permanence la population française contre ce fléau moderne.

Il existe 3 niveaux de sécurité adaptés à la menace terroriste et représentés par des logos visibles dans les espaces publics.

Le niveau « Vigilance » implique la posture permanente de sécurité et la mise en place de 100 mesures valables en tout temps et en tous lieux.

Le niveau « Sécurité renforcée - risque d’attentat » s’applique lorsque la menace terroriste est élevée, voire très élevée. Les mesures permanentes de sécurité sont alors renforcées par des mesures particulières additionnelles et selon les domaines concernés par la menace (gares, aéroports, lieux de culte...). Ce dispositif peut s’appliquer à l’ensemble du territoire national. Aucune limite de temps n’est définie.

Le niveau « Urgence attentat » (niveau maximal) est mis en place en cas de menace imminente d’un groupe terroriste identifié et non localisé ou à la suite immédiate d’un attentat. L’ensemble du territoire est concerné. Des mesures exceptionnelles sont prises pour prévenir tout risque d’attentat imminent ou de surattentat et pour diffuser des informations susceptibles de protéger la population. La durée de ce niveau de sécurité est limitée au temps de la gestion de crise.

Consignes de sécurité pour les écoles, collèges et lycées

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche tient à rappeler les consignes de sécurité aux personnels de l’Éducation nationale, aux parents d’élèves et aux élèves. Elles permettent d’assurer une démarche de vigilance, de prévention et de protection contre la menace terroriste et d’améliorer la sécurité dans les établissements scolaires.

Un plan de sécurité spécifique

Premièrement, l’accueil à l’entrée des écoles et établissements scolaires doit toujours être assuré par un adulte. Deuxièmement, l’identité des personnes étrangères à l’établissement doit systématiquement être vérifiée. Troisièmement, un contrôle visuel des sacs peut être effectué. Enfin, chaque école et chaque établissement scolaire doit effectuer 3 exercices de mise en œuvre du PPMS (Plan particulier de mise en sûreté) durant l’année scolaire, dont un, avant les vacances de la Toussaint. L’exercice PPMS « Attentat-intrusion » est à faire en priorité.

Chaque établissement scolaire doit s’assurer que son PPMS et les mesures spécifiques à prendre en cas d’intrusion sont efficaces et connus par l’ensemble des personnels et des représentants des parents d’élèves.

Des attentions particulières doivent être portées sur les abords des établissements afin d’éviter tout attroupement susceptible de nuire à la sécurité des élèves, mais aussi sur la sécurisation des activités périscolaires et des manifestations recevant du public telles que les kermesses, les fêtes de fin d’année ou autre évènement organisé par l’établissement. Il convient donc aux organisateurs de se coordonner avec les services préfectoraux afin de déterminer précisément les mesures de sécurité à mettre en place.

En école primaire, les familles ne doivent pas s’éterniser devant les portes d’accès des établissements scolaires lorsqu’elles déposent ou récupèrent leurs enfants.

En lycée, les établissements scolaires peuvent aménager des zones spécifiques dans les espaces extérieurs pour éviter les sorties d’élèves pendant la journée.

Les horaires d’entrées et de sorties peuvent être assouplis par les écoles et les établissements scolaires pour faciliter la gestion des flux d’élèves. Le but est d’éviter que les élèves attendent trop longtemps l’ouverture des portes sur la voie publique.

Chacun doit impérativement signaler tout comportement ou objet suspects.

Des actions utiles pour se prémunir du pire

Durant la période de la rentrée, certaines actions sont mises en œuvre pour apprendre aux élèves à réagir rapidement face à la menace terroriste.

Le jour de la prérentrée, un exercice « alerte-SMS » est déclenché à l’échelle académique. Il est complémentaire aux 3 exercices de sécurité obligatoires à réaliser par tous les établissements scolaires durant l’année scolaire.

Dans chaque école, un temps consacré à la sécurité est prévu lors des réunions de rentrées pour répondre à toutes les questions des familles soucieuses de la sécurité de leurs enfants.

Les collèges et lycées informent directement les familles des mesures prises pour sécuriser leurs locaux.

Le suivi et le respect des consignes de sécurité

Concernant les établissements du 1er degré, l’IA-DASEN (Inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale) et les services de Préfecture accompagnent les écoles dans la mise en place des consignes de sécurité adaptées au territoire. La mise à jour des documents et des protocoles PPMS et sécurité est régulièrement effectuée par les IA-DASEN.

Pour mettre à jour le dispositif de sécurité des établissements du second degré, les chefs d’établissement peuvent faire appel aux équipes mobiles de sécurité de l’Éducation nationale et/ou du référent sûreté (gendarmerie ou police).

Les directeurs des écoles et les chefs d’établissements peuvent demander au ministère de déployer des cellules psychologiques.