Passées À venir

Donner son nom à une tempête ou un anticyclone

Il est tout à fait possible de donner son nom à une dépression ou un anticyclone européen, moyennant finance. Comment procéder ?
Sommaire

Un anticyclone est une zone de haute pression atmosphérique, apportant de l’air sec et un ciel dégagé (ainsi que les conditions idéales pour un pic de pollution). À l’inverse, une dépression est une zone de basse pression atmosphérique, apportant des pluies, des nuages et du vent. Une tempête correspond toujours à un phénomène de dépression atmosphérique. C’est donc la dépression (ou l’anticyclone) qui porte les noms que nous connaissons tous : Xynthia, Christian, Katrina, Klaus, etc.

Donner son nom à une tempête ou un anticyclone



Le choix du nom des tempêtes et anticyclones

L’attribution d’un nom à une tempête ou un anticyclone relève d’un système bien précis, spécifique à chaque pays ou région.

Aux États-Unis

Le National Hurricane Center (NHC), ou Centre national des ouragans, est chargé de choisir le nom des tempêtes tropicales balayant son territoire. Le cyclone Katrina, en 2005, a ainsi été baptisé par leurs soins. Chaque année, le centre établit une liste de noms où les prénoms masculins et féminins sont alternés.

En France, en Espagne et au Portugal

Depuis 2017, la France, l’Espagne et le Portugal travaillent conjointement à établir une liste de prénoms pour les tempêtes et anticyclones traversant leur territoire. Chaque début d’année, une nouvelle liste de prénoms est établie par ordre alphabétique. Elle se doit de respecter l’alternance de prénoms masculins et féminins, ainsi que l’alternance des origines des prénoms.

Par exemple, la liste de la saison 2019-2020 diffusée par MétéoFrance contenait les prénoms Amelie, Bernardo, Cecilia, Daniel, Elsa, Fabien, Gloria, Hervé, Ines, Jorge, Karine, Leon, Myriam, Norberto, Odette, Prosper, Raquel, Simon, Teresa, Valentin et Wanda.

Les dépressions reçoivent des prénoms masculins lors des années impaires, et des prénoms féminins lors des années paires. Pour les anticyclones, c’est l’inverse. D’où la tempête Joachim en 2011, et la redoutable Xynthia en 2010.

En Europe

Depuis 1954, c’est l’Institut de météorologie de l’Université libre de Berlin qui est chargé de baptiser les tempêtes et anticyclones traversant le territoire européen. À partir du moment où elles apparaissent sur la carte de l’institut, toutes les zones de haute ou basse pression susceptibles d’influencer les conditions météorologiques européennes doivent être baptisées.

À l’initiative de cette démarche se trouve l’étudiante Karla Wege, qui souhaitait ainsi rendre la météo plus accessible au grand public. Karla Wege a établi une longue liste ayant servi de référence à l’institut pour établir une liste par an jusqu’en 2002.

La plateforme Adopt a vortex

Vous avez bien lu : « Adoptez un vortex », une plateforme gérée par l’Institut de météorologie de l’Université libre de Berlin, propose à qui le souhaite d’adopter un « vortex ». Vous pourrez ainsi donner un prénom (qu’il s’agisse du vôtre ou non) à une tempête ou un anticyclone.

Un engouement international

L’initiative fonctionne très bien : une décennie après la mise en service, 1 800 personnes s’étaient déjà offert une tempête ou un anticyclone au nom de leur choix. Si la plupart des contributeurs sont allemands ou germanophones, 15 origines différentes étaient déjà comptabilisées en 2013, notamment Japon, Brésil et États-Unis. L’Institut de météorologie récolte ainsi une moyenne de 35 000 € par an.

Conditions d’adoption

Pour adopter un vortex, le nom proposé :

  • ne doit pas comporter de trait d’union ;
  • ne doit pas comporter de caractères spéciaux autres que le umlaut (tréma allemand) ;
  • ne doit pas être un nom de famille ni le nom d’une marque ;
  • doit respecter l’alternance de prénoms masculins/féminins : les anticyclones sont féminins les années impaires et masculins les années paires, et inversement pour les dépressions.

L’Institut de météorologie se réserve le droit de rejeter votre proposition.

Au risque de vous décevoir, sachez également que vous ne pourrez adopter aucun des typhons et ouragans qui, à partir d’une certaine force, sont baptisés par des météorologues américains.

Prix d’adoption

Entre dépression et anticyclone, votre cœur balance ? Le facteur prix est susceptible de vous aider dans votre choix.

  • Un anticyclone peut être adopté pour 360 €.
  • Une tempête peut être adoptée pour 240 €.

Si vous êtes particulièrement fier de votre geste, vous pouvez ajouter un lien vers le site Internet de votre choix, pour 25 € supplémentaires. Ce lien apparaîtra dans la liste des contributeurs à côté de votre nom.

Pourquoi adopter un vortex ?

« Donnez de la joie à vous ou à vos proches ! ». Sous son aspect ludique, la proposition Adopt a vortex est parfaitement sérieuse. Soutenir cette initiative permet d’aider les météorologues à donner un nom unique à chaque tempête et anticyclone, facilitant ainsi le travail d’observation du climat mené par les étudiants de l’institut.

Les avantages du « parent adoptif »

Une fois l’adoption effective, votre tempête ou anticyclone apparaît sur les cartes météo. Vous pourrez suivre son influence météorologique via les bulletins météo. Suite à la disparition du phénomène, vous recevrez une documentation post-mortem, sous un délai de 6 à 8 semaines, contenant :

  • un certificat avec date de baptême ;
  • des cartes météo, notamment celle du jour de naissance de votre vortex ;
  • une histoire de vie.

Votre prénom sera-t-il prononcé lors du bulletin météo ?

Le nom choisi est inscrit sur liste d’attente, laquelle est attribuée aux tempêtes et anticyclones par ordre alphabétique, selon l’alternance masculin/féminin déterminée par l’institut. Chaque année, l’Europe connaît environ 130 à 150 dépressions atmosphériques notables et 50 à 60 anticyclones d’envergure. À ce rythme, l’Institut de météorologie fait le tour de l’alphabet plusieurs fois par an.

Avec un peu de patience, vous pourrez vraisemblablement savourer le moment où votre présentateur météo favori prononcera votre nom. Si vous deviez jouer de malchance et que votre nom n’était attribué à aucun « vortex » au cours de l’année, le coût de votre adoption serait annulé.