Passées À venir

Jobready : La plateforme qui valorise les compétences transversales des jeunes

Jobready est un site internet créé par l’association luttant contre les inégalités : Article 1. Le but de la plateforme est de valoriser les soft skills pour permettre aux jeunes de milieux modestes de valoriser des compétences acquises dans leur quotidien. Explications.
Sommaire

Grâce à Jobready, un site mis en place par l’association Article 1, les jeunes issus de milieux modestes jouissent d’une égalité des chances en valorisant des compétences dites comportementales. Voici le fonctionnement.

Jobready : La plateforme qui valorise les compétences transversales des jeunes




Un projet soutenu par Google et Accenture

L’Association Article 1 est engagée dans la lutte contre les inégalités. À ce titre, elle lance une plateforme dédiée aux jeunes issus de milieux modestes, afin qu’ils puissent identifier et développer leurs « compétences comportementales ».

C’est ainsi que le site Jobready utilise des outils innovants afin de déceler et développer les « soft skills » des jeunes. Les diplômes n’apprennent pas comment travailler en équipe, ni à anticiper et encore moins à optimiser son temps. Ce sont ces compétences transversales que l’association tente de faire valoir auprès des employeurs, car pour certains métiers, elles sont tout aussi importantes que les connaissances. De plus, ces critères sont pris en compte pour expliquer 20 % de l’inégalité de salaires à diplôme équivalent.

Acquérir de telles aptitudes ne s’apprend pas sur les bancs de l’école, mais bel et bien au quotidien dans divers domaines (sport, famille, art, culture, engagement associatif, jobs étudiants…). Pour l’heure, les entreprises reconnaissent de façon informelle ces soft skills. Article 1 souhaite que cela devienne plus officiel et le site Jobready est le moyen parfait pour y parvenir. Ce projet est soutenu par le géant américain Google et par Accenture, l’entreprise de renommée internationale, spécialisée en innovations.

Comment fonctionne Jobready ?

Les jeunes sont invités à s’inscrire sur la plateforme. Une fois qu’ils possèdent leurs accès, ils peuvent donc découvrir le contenu du site, mais aussi démarrer l’identification de leurs soft skills.

Pour ce faire, la plateforme utilise tout simplement un chatbot. C’est donc par messagerie instantanée que les candidats doivent détailler leurs expériences. L’intelligence artificielle de la plateforme se chargera de faire ressortir les compétences transversales de chacun.

Les demandeurs devront alors évaluer les résultats émis par l’intelligence artificielle, soit seuls, soit à l’aide de leurs parents ou de personnes référentes, grâce à un questionnaire. Dès lors qu’une compétence est validée, cela se matérialise par l’acquisition d’un badge numérique.

Et après avoir décelé les soft skills ?

Après avoir décelé les soft skills, les jeunes ont accès à des ressources diverses, soit pour renforcer et consolider leurs acquis, soit pour acquérir d’autres compétences. Cela peut être fait via des vidéos, des articles à lire, des Mooc à suivre, des offres de bénévolat, etc.

Cela étant, des ateliers physiques sont également mis en place, notamment au sein de missions locales. En effet, Article 1 a noué des partenariats solides avec des acteurs locaux (réseaux associatifs, établissements d’enseignement, etc.), dans le but de donner de véritables ressources aux jeunes.





La reconnaissance des badges numériques

Les badges numériques acquis sur la plateforme ne sont pas attribués pour gratifier un candidat. L’association invite les professionnels à reconnaître l’existence et le poids des badges électroniques, délivrés par Jobready.

C’est donc par le biais d’un manifeste qu’Article 1 recueille les signatures des entreprises prêtes à reconnaître la validité des badges de soft skills. Ce document indique que ces compétences transversales sont au cœur des intelligences futures, permettant de donner réellement une égalité des chances. Air France, Manpower, Biocoop, Enedis, Amazon, Bic et bien d’autres ont déjà signé le manifeste.