Passées À venir

Le parcours citoyen de l'élève du CP à la terminale

À l’école, le parcours citoyen doit permettre aux élèves d’acquérir et de développer la notion de citoyenneté. Comment ce parcours se met il en place concrètement à l’école primaire, au collège et au lycée ?

En 2016, le parcours citoyen a été déployé par l’Éducation nationale afin d’inscrire et de développer la notion de citoyenneté dans l’ensemble du parcours éducatif. De l’école élémentaire au lycée, cette démarche vise à faciliter l’acquisition et le partage d’une culture et de valeurs communes permettant à l’élève de s’inscrire dans la société française. L’élève étant un citoyen en devenir, le parcours doit l’amener à prendre conscience de ses droits, de ses devoirs et de ses responsabilités - tant dans sa vie personnelle que sociale. Cette action éducative de longue durée mêle enseignements, rencontres, projets individuels et collectifs. Mais comment éduque-t-on à la citoyenneté dans le cadre de l’Éducation nationale ?

Dans le cadre du projet de refonte du service national, un rapport d’information, déposé en février 2018 par la Commission de la défense nationale et des forces armées, envisage de s’appuyer sur le parcours citoyen pour renforcer l’enseignement de défense et de l’éducation à la citoyenneté. Quelles en sont les principales propositions ? À la suite de ce rapport, l’Élysée a confié le dossier à un nouveau groupe de travail dont les conclusions sont attendues fin avril 2018.

Le parcours citoyen de l’élève du CP à la terminale



Le parcours citoyen : qu’est-ce que c’est ?

L’enseignement moral et civique

L’enseignement moral et civique constitue le socle sur lequel est construit le parcours citoyen. Il vise à faire comprendre le bien-fondé des règles régissant les comportements individuels et collectifs. Il porte, entre autres, sur la connaissance des institutions, services publics et sur la découverte des activités professionnelles.

Du cours préparatoire (CP) à la terminale, l’élève est sensibilisé à différentes notions : l’intérêt particulier/l’intérêt général, la loi, les règles, la justice, le dilemme moral, la différence, les préjugés, l’égalité filles/garçons, l’autonomie, etc. Sont aussi explorées les valeurs telles que la liberté, le respect d’autrui et du bien d’autrui, la confiance, l’amitié, l’honnêteté, etc.

L’enseignement s’appuie sur des méthodes pédagogiques pour développer chez le jeune des capacités de jugement, de discussion et de coopération. Au cours de débats ou de discussions à portée philosophique, l’élève s’exerce à émettre des opinions et à argumenter tout en respectant les propos d’autrui.

Les valeurs de la République

Le programme se fonde sur les principes et valeurs inscrits dans la Constitution de la Ve République et dans les déclarations des droits de l’Homme et de l’enfant. Ainsi, le parcours a vocation à transmettre les valeurs de la République (liberté, égalité, fraternité, solidarité) et le principe de laïcité, à défendre l’égalité entre les femmes et les hommes, à développer un esprit de justice et à lutter contre toutes les formes d’intolérance et de discrimination (racisme, antisémitisme, homophobie, harcèlement…).

Éducation aux médias et à l’information

Une partie du programme est consacrée à l’éducation aux médias et à l’information (EMI), complétée par des rencontres avec des professionnels. Cette matière a pour but de développer la réflexion et l’esprit critique de l’élève. Celui-ci est amené à évaluer les représentations et les messages émis par les médias afin de se forger une opinion.

Cette approche doit aussi lui permettre d’utiliser les médias et supports de communication avec discernement.

De la défense de l’environnement au devoir de défense

Une partie du parcours citoyen porte sur l’éducation à l’environnement et au développement durable, une autre insiste sur le lien entre armée et Nation, et le devoir de défense.

Des contacts avec des associations (protection de l’environnement, actions pour la paix, etc.) et des représentants de corps de sécurité (police, armée, sécurité civile) sont proposés afin de favoriser la prise de conscience des enjeux de protection et de sécurité.

La mise en œuvre du dispositif parcours citoyen

Le pilotage du parcours citoyen

Plusieurs instances pilotent le dispositif de manière à permettre la concertation des différents acteurs ainsi que la cohérence des enseignements et des projets.

Au niveau des académies, le dispositif est piloté par le comité départemental d’éducation à la santé et à la citoyenneté, le comité académique d’éducation à la santé et à la citoyenneté. Au niveau des écoles et des établissements, sont compétents le conseil de cycle, le conseil école-collège, le conseil pédagogique, le comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté.

Les acteurs du parcours citoyen

Le parcours s’appuie sur la participation de l’élève à la vie de la classe et de l’école (ou établissement).

Il mobilise, bien sûr, les personnels d’éducation (la direction, les enseignants, les conseillers d’éducation, etc.) tout en se construisant avec des partenaires extérieurs : associations, Réserve citoyenne de l’Éducation nationale (personnes de la société civile volontaires pour transmettre les valeurs de la République aux côtés des enseignants), personnels d’éducation de santé, parents, professionnels, etc.

Le parcours repose sur la communication entre tous les acteurs afin de faciliter le travail collectif et renforcer l’engagement des jeunes.

Les actions éducatives

Le dispositif mobilise toutes les disciplines de l’enseignement. Ainsi, au collège et au lycée, chaque professeur peut être amené à aborder des sujets liés à la citoyenneté à travers la matière enseignée (histoire, géographie, économie, français, éducation physique et sportive, sciences, etc.).

Par la pédagogie active, un des enjeux est d’amener l’élève à être acteur des apprentissages, ce qui lui permet de leur donner du sens.

Le parcours repose sur plusieurs types d’apprentissages : les connaissances acquises lors des enseignements théoriques ; les rencontres avec des professionnels et des représentants d’organisations à visée citoyenne ; l’engagement du jeune dans des projets à dimension citoyenne.

Le jeune est d’ailleurs incité à s’engager dans des actions (à l’école comme en dehors de l’école) pour mettre en pratique les enseignements et développer son esprit de coopération, d’autonomie et de responsabilité : participation à une cérémonie commémorative ; visite d’un lieu de mémoire ; projet dans le domaine des arts, de la littérature, de l’histoire ; participation à des rencontres sportives, etc. Il est aussi invité à participer à des actions de solidarité et à des manifestations en lien avec les thèmes abordés.

Sont aussi vivement encouragés, le travail collaboratif qui nécessite entraide et coopération ainsi que l’exercice de la responsabilité au sein de différentes instances : associations sportives, tutorat entre élèves, équipe de premiers secours, conseil de la vie collégienne, délégués de classe, organisation de portes ouvertes, etc.

L’application Folios

Folios est une application numérique conçue pour accompagner et valoriser les expériences et compétences scolaires et extrascolaires de chaque élève. Elle intègre également des fonctionnalités de travail collaboratif.

De la 6e à la terminale, l’outil est utilisé pour suivre l’élève au cours de ses différents parcours éducatifs et, notamment, le parcours citoyen. L’élève y inscrit les actions et projets à dimension morale et citoyenne réalisés au sein de l’école, mais aussi en dehors. Folios lui permet de visualiser le parcours accompli.

Parcours citoyen et Brevet des Collèges

En classe de troisième, dans le cadre du Brevet des Collèges, chaque élève est tenu de présenter un projet en lien avec un des 4 parcours éducatifs proposés : parcours avenir, parcours éducation artistique et culturelle, parcours éducatif de santé ou parcours citoyen.

Il s’agit d’une soutenance durant laquelle l’élève présente (seul ou en groupe) le projet qu’il a préparé et répond aux questions d’un jury. Cette épreuve vaut 100 points : 50 points pour la maitrise de l’expression orale, 50 points pour la maitrise du sujet présenté.

Parcours citoyen et service national : une réflexion en cours

Dans un rapport d’information publié en février 2018, il est envisagé de s’appuyer sur le parcours citoyen pour concevoir un nouveau format de service national universel. Toutefois, la réflexion, toujours en cours, devrait aboutir prochainement à de nouvelles propositions. Dans le contexte du rapport, le nouveau parcours citoyen se déroulerait en 3 étapes.

Étape 1 l’apprentissage de la citoyenneté au collège pour les jeunes de 11 à 16 ans

Cette étape réalisée au collège serait dédiée à l’apprentissage de la défense et de la citoyenneté et comprendrait 2 phases.

Une phase obligatoire comprenant d’une part, l’enseignement de défense et le renforcement de l’enseignement moral et civique et, d’autre part, la création d’une semaine annuelle de la défense et de la citoyenneté au sein de l’établissement scolaire.

Puis, une phase basée sur le volontariat permettant aux jeunes de s’engager soit, par le biais d’un programme national de cadets de la défense et de la citoyenneté, soit par le biais de classes à projets (défense et citoyenneté, section Croix-Rouge, etc.).

Étape 2 l’expérience de l’engagement pour les jeunes de 16 ans

L’année de ses 16 ans, le jeune pourrait choisir entre 2 options : 5 jours en internat pour mettre en pratique les compétences et connaissances acquises au cours des années précédentes, ou 5 jours en immersion dans une structure agréée (armée, association, État, collectivité, etc.) durant laquelle le jeune serait associé à la mise en œuvre d’un projet concret.

Lors de la cérémonie officielle qui conclurait cette semaine, un passeport citoyen serait remis à chaque jeune.

Étape 3 le jeune citoyen actif pour les 16-25 ans

Cette dernière étape serait exclusivement basée sur la volonté d’engagement des jeunes. Elle viserait à leur offrir des opportunités de s’engager et de s’investir dans la vie de la cité. Les dispositifs actuels d’engagement civils ou militaires devraient alors être développés.

En outre, des outils incitant à l’engagement pourraient être déployés : droits en matière de formation, aides à la vie quotidienne (soutien financier, participation aux frais de transport, accès aux soins, accès au logement, etc.), valorisation de l’engagement dans les parcours universitaires et professionnels.