Passées À venir

Montres connectées pour enfants, attention aux risques pour la santé et à la sécurité des données

Les enfants sont de plus en plus nombreux à être équipés de montres connectées par leurs parents, soucieux de garantir leur sécurité. Mais l’utilisation de ces objets est-elle sans danger ?

Les montres connectées pour enfants peuvent avoir des fonctionnalités diverses et variées. Elles peuvent notamment être dotées d’un tracker GPS, d’un système de messagerie qui permet de communiquer ou d’émettre un SOS, de capteurs qui mesurent en temps réel le rythme cardiaque, d’un compteur de pas, et enfin de quelques fonctions divertissantes comme un appareil photo ou des jeux. Créées pour rassurer les parents, représentent-elles un danger pour les enfants ? Pourquoi sont-elles interdites en Allemagne ? Quelles sont les recommandations de la CNIL (Commission nationale informatique et liberté) ?

Montres connectées pour enfants, attention aux risques pour la santé et à la sécurité des données


L’usage des montres connectées peut comporter des risques pour l’enfant

Des conséquences psychologiques

Lorsque l’on achète une montre connectée à son enfant, l’idée est bien sûr de s’assurer que tout va bien à chaque instant et d’être alerté s’il se retrouve dans une situation anormale. Certains parents expliquent que ces objets leur permettent de laisser plus d’autonomie à leur progéniture, que cela leur permet simplement d’être avertis en cas de réel danger.

Mais la CNIL s’inquiète désormais des conséquences psychologiques que peut avoir l’utilisation d’une telle montre. Elle se demande notamment si l’enfant peut apprendre de lui même à mesurer les risques si ses parents le surveillent constamment. Par exemple, grâce à son tracker GPS, une montre connectée peut envoyer une alerte si l’enfant fait quelques pas en dehors du chemin « autorisé » entre l’école et la maison, l’empêchant d’explorer, et parfois de transgresser les règles. Mais n’est-ce pas un processus d’apprentissage et de découverte normal ? Elle permet aussi à certains parents de s’immiscer dans la vie sociale ou dans l’intimité corporelle de leur enfant en les écoutant grâce au micro intégré dans certains modèles ou en surveillant de près leur tracker d’activité physique.

Dans quelle mesure l’utilisation d’une montre connectée influence-t-elle le rapport de confiance établi entre des parents et leur enfant ? Imposer une surveillance quasi permanente à son enfant pourrait-il être facteur d’anxiété chez lui ? Ou créer un sentiment perpétuel d’insécurité, de culpabilité ?

Pour pallier ce risque, la CNIL recommande de dialoguer et d’établir des règles d’utilisation avec son enfant, de lui expliquer le fonctionnement de la montre et de s’assurer de son consentement.

Des risques pour la santé

Un autre aspect à prendre en compte est l’exposition quasi permanente aux champs électromagnétiques de la totalité des radiofréquences (30 kHz à 300 GHz) lorsqu’un enfant porte une montre connectée.

Ces « fréquences » sont considérées comme « possiblement cancérigènes » par le Circ (Centre international de recherche sur le cancer), depuis mai 2011. De leur côté, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et l’Anses (l’Agence nationale de sécurité sanitaire) considèrent que « rien ne prouve » que « l’exposition à des champs électromagnétiques de faible intensité, soit dangereuse pour la santé humaine ».

Des données pas nécessairement sécurisées

Le risque le plus effrayant est sans doute le risque de piratage ou d’utilisation de la montre par une tierce personne. En novembre 2017, l’institut de sécurité indépendant AV Test avait passé au crible 6 modèles, et concluait : « Les résultats du test sont loin d’être rassurants. L’institut AV-TEST ne peut recommander aucune des montres à traceur GPS pour enfants testées, ne serait-ce qu’à cause des possibilités d’attaque liées au Call ID Spoofing (le fait de falsifier l’identité de l’appelant).

« 3 des 6 montres testées envoient des données et des informations via des connexions non chiffrées de la montre à l’application en passant par des serveurs », apprend-on également dans le rapport AV-Test. De plus, « les montres collectent de nombreuses données, souvent sensibles : des numéros de téléphone de l’enfant et de ses proches aux données vitales en passant par les données de localisation ».

D’où la nécessité pour les parents, de vérifier que les fabricants accordent une importance capitale à la sécurisation des communications et des données. À noter que c’est rarement le cas des modèles à bas prix.

L’Allemagne a interdit les montres connectées pour enfant en 2017

Notre voisin allemand a formellement interdit l’utilisation des montres connectées pour enfant. Elles sont considérées comme un outil de surveillance, notamment à cause de leur micro intégré qui a servi dans certains cas à espionner non seulement les enfants, mais aussi leurs enseignants. Il a même été demandé aux familles de détruire les montres qui étaient en leur possession.

D’autre part, une étude rendue publique par l’organisation de consommateurs norvégienne Forbrukerrådet, a également montré que des personnes malveillantes peuvent prendre le contrôle des montres testées, écouter les enfants, et les suivre à la trace grâce au tracker GPS.

C’est pourquoi il est conseillé de bien vous renseigner avant d’acheter une montre connectée, de vous adresser à un revendeur spécialisé, de bien vous informer sur les caractéristiques techniques et de consulter l’avis d’autres consommateurs.