Passées À venir

Prendre en charge un toxicomane

La toxicomanie est un fléau mortel. Pour se désintoxiquer, il existe des solutions. Qui peut demander une prise en charge ? Quels sont les centres de soin s’occupant de la dépendance aux drogues ?
Sommaire

Les consommateurs de drogues comme le cannabis, l’héroïne ou la cocaïne (pour ne citer qu’elles) peuvent rapidement devenir dépendants. Le traitement de cette toxicomanie peut être à l’initiative de l’intéressé, d’un professionnel ou même de la justice. Comment cette prise en charge se déroule-t-elle ? Décryptage.

Prendre en charge un toxicomane




Une personne toxicomane peut-elle demander sa propre prise en charge ?

Oui, pour se débarrasser de ses addictions, une personne toxicomane peut faire appel à un service médical spécialisé.

Dans ce cas, elle doit se rapprocher d’un :

  • Csapa (Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie)
  • Caarud (Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques)

Ces prises en charge sont anonymes. Les personnes faisant appel à l’aide à ces centres ou hôpitaux ne se retrouveront donc pas devant la justice pour usage de drogue.

Bon à savoir : À Paris et Strasbourg, des SCMR (Salles de consommation à moindre risque) sont en cours d’expérimentation.

Comment se déroule la prise en charge d’un toxicomane à la demande d’un professionnel ?

Les assistantes sociales et les médecins peuvent signaler l’existence d’une personne toxicomane auprès de l’ARS (Agence régionale de santé). Cette dernière mène ensuite un examen sur la personne pour déterminer s’il s’agit d’une dépendance ou non.

Après enquête, si la personne est considérée comme dépendante alors elle doit suivre une cure de désintoxication au sein de l’institut de son choix.

Si la dépendance n’est pas prouvée, cette personne doit se prêter à une surveillance médicale pendant une période définie.

    Le médecin est choisi librement par la personne.

    La prise en charge ordonnée par la justice

    Suite à une affaire, la justice peut demander une injonction thérapeutique. Il s’agit alors d’une cure de désintoxication qui intervient en tant que peine complémentaire, de sursis avec mise à l’épreuve ou encore de mesure alternative aux poursuites pénales.

    Le médecin choisi par le patient et validé par le juge doit procéder à un examen pour convenir de la nécessité de cette cure. C’est ce médecin qui contrôle le déroulement de la prise en charge. Il informe le juge de l’avancée du traitement médical.