Passées À venir

Prendre sa retraite après avoir travaillé à l'étranger

Il arrive de travailler une partie de sa carrière à l’étranger avant de revenir en France prendre sa retraite. La France dispose d’accords avec les autres États permettant d’additionner les pensions de retraite des pays dans lesquels le travailleur français a cotisé. Explications.
Sommaire

Lors d’une carrière professionnelle, on peut choisir de s’expatrier et de travailler à l’étranger. Chaque pays a son propre droit du travail et les prétentions d’accès à la retraite sont différentes d’un gouvernement à l’autre. Quelle pension toucher lorsque son parcours professionnel s’échelonne sur différents pays ? Quelles sont les démarches à effectuer pour faire valoir ses droits à la retraite ? Tour d’horizon.

Prendre sa retraite après avoir travaillé à l'étranger




Le parcours professionnel au sein des pays de l’Union européenne

Lorsque l’on passe certaines années de sa vie à travailler dans un ou plusieurs pays de l’Union européenne, des règles de coordination entre ces États et la France permettent de toucher une pension de retraite en totalité.

Concrètement, chaque régime pour lequel vous avez cotisé (Français et Européen) verse une pension basée sur une double équation. D’abord, chaque pays calcule la pension dite « nationale », c’est-à-dire appuyée sur la base de sa législation. Puis, elle compare le résultat avec la pension « communautaire » (ensemble de toutes les périodes proratisées à celles accomplies dans le pays en question). À résultat égal, c’est la pension communautaire qui est versée, sinon la plus avantageuse pour vous.

Votre caisse de retraite en France vous indique les différentes démarches à réaliser auprès des autres régimes pour lancer la procédure.

Les pays concernés sont les suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République de Slovénie, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Suède, Norvège, Islande, Liechtenstein et Suisse.

Le parcours professionnel dans un pays hors Union européenne

Si le pays hors Union européenne a signé un accord de sécurité sociale avec la France, comme pour les pays de l’UE, l’ensemble de votre carrière pourra être retenue dans le calcul. Cette prestation est calculée différemment selon les pays et chacun verse à l’intéressé sa pension en fonction du temps travaillé sur son sol.

Lorsque vous avez cotisé dans différents pays avec lesquels la France a signé une convention, le calcul de votre retraite sera fait accord par accord. En effet, il n’y a pas de « calcul unique » rassemblant toutes les périodes accomplies dans tous les pays étrangers dans lesquels vous avez travaillé.

C’est le même principe si vous avez travaillé à la fois dans l’Union européenne et dans un ou plusieurs pays en convention. D’ailleurs, dans ce dernier cas, toutes les périodes (UE, EEE et Suisse par exemple) ne peuvent être totalisées pour validation.

Le calcul comprend au choix :

  • soit des périodes travaillées en Union européenne et en Suisse
  • soit celles en Union européenne et dans l’Espace économique européen

C’est la formule la plus favorable qui vous est appliquée tout en sachant que le pays exclu du calcul peut, selon sa réglementation, verser la part de sa retraite.

Voici la liste des pays concernés par cet accord : Algérie, Andorre, Argentine, Bénin, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Cameroun, Canada, Cap-Vert, Chili, Congo, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, États-Unis, Gabon, îles Anglo-Normandes, Inde, Israёl, Japon, Kosovo, Macédoine, Mali, Maroc, Mauritanie, Mayotte, Monténégro, Monaco, Niger, Nouvelle-Calédonie, Philippines, Polynésie française, Québec, République de Saint-Martin, Saint-Pierre et Miquelon, Serbie, Sénégal, Togo, Tunisie, Turquie, Uruguay.

Si vous avez travaillé dans un pays pour lequel il n’y a pas d’accord de Sécurité sociale avec la France, votre retraite sera calculée distinctement dans chacun des pays et sans prendre en compte les périodes validées dans l’autre pays.

Attention, si en France, vous n’avez eu qu’un statut d’indépendant, les accords de Sécurité sociale s’appliquent uniquement pour les territoires suivants : Andorre, Argentine, Brésil, Canada, Chili, Corée du Sud, États-Unis, Inde, Japon, Maroc, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Québec, Saint-Pierre-et-Miquelon, Tunisie, Uruguay.

Pour obtenir des informations détaillées sur vos droits à la retraite pour vos activités à l’étranger, vous pouvez consulter la brochure « Information retraite des expatriés ».