Passées À venir

Voyage à l'étranger : Quelles sont les recommandations sanitaires ?

Avant de partir en voyage à l’étranger, il est essentiel de se renseigner sur les conditions sanitaires du pays que vous envisagez de visiter et de prendre certaines précautions pour écarter tout problème de santé. Quelles sont-elles ?
Sommaire

Les insectes porteurs de maladies graves, les animaux venimeux, la tourista, les risques liés à l’hygiène corporelle ou à la chaleur, les structures sanitaires insuffisantes, etc. Nombreuses sont les menaces susceptibles d’infecter ou de contaminer les voyageurs lors de leurs excursions, surtout dans les zones tropicales ou subtropicales. Dans certains pays les conditions d’hygiène sont peu favorables et la moindre imprudence peut avoir de graves conséquences. D’autres régions du monde abritent des serpents, des araignées ou encore des scorpions particulièrement dangereux pour l’Homme. Enfin, il y a les moustiques qui peuvent transmettre le paludisme, la dengue ou encore le chikungunya.

Pour se protéger contre ces innombrables dangers et éviter les problèmes de santé, il est primordial de suivre les recommandations sanitaires de Santé publique France. Faisons le point.

Voyage à l’étranger : Quelles sont les recommandations sanitaires ?


Quelles sont les précautions à prendre contre les insectes ?

Malgré leur petite taille, certains insectes sont porteurs de maladies parfois très graves, voire mortelles, et font des milliers de victimes à travers le monde, principalement dans les zones tropicales et subtropicales. Il est donc essentiel de suivre certaines recommandations et de prendre des précautions pour écarter tout risque de contamination.

Le paludisme

Le paludisme, appelé également « fièvre des marais », est une maladie infectieuse grave potentiellement mortelle, qui se transmet par la piqûre de certains moustiques infectés (appartenant au genre Anopheles). Ces insectes piquent habituellement la nuit. Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le paludisme fait chaque année environ un million de victimes dans le monde. Il faut savoir qu’on observe plus de 500 millions de cas cliniques tous les ans et que 40 % de la population mondiale est exposée à cette maladie infectieuse très répandue en zone tropicale (principalement l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine).

Concernant les symptômes, le paludisme commence par une fièvre qui dure de 8 à 30 jours après l’infection et peut s’accompagner (ou non) de maux de tête, de vomissements, de toux, d’un affaiblissement, de douleurs musculaires et de diarrhées. Parfois, les globules rouges infectés risquent d’obstruer les vaisseaux sanguins qui irriguent le cerveau, c’est ce que l’on appelle le neuropaludisme. Cette complication majeure est souvent mortelle, plus particulièrement pour les enfants.

Il est donc essentiel de se protéger contre les piqûres de moustique en portant des vêtements légers et couvrants imprégnés d’insecticide, en appliquant un produit répulsif cutané ou en dormant avec une moustiquaire imprégnée d’insecticide.

Pour se protéger du paludisme, il faut prendre un médicament préventif. Seul votre médecin peut vous prescrire un traitement antipaludique qui tiendra compte de votre âge, de votre état physique et antécédents médicaux, mais aussi des conditions, de la durée et de la période de votre voyage. Les régions que vous allez visiter et l’intensité de la transmission vont également l’aider à vous prescrire le traitement approprié.

Dans le cas où vous avez toujours de la fièvre en revenant de votre voyage, vous devez consulter votre médecin le plus rapidement possible.

La dengue

La dengue, également appelée « grippe tropicale », est une infection virale transmise à l’Homme par les piqûres de moustique du genre Aedes. Ces insectes piquent habituellement le jour et transmettent également les virus de la fièvre jaune, du chikungunya et de Zika. Largement répandue dans les régions tropicales et subtropicales, la dengue s’est propagée de manière spectaculaire dans le monde entier. Désormais, environ la moitié de la population mondiale est exposée à cette maladie virale. Selon une étude récente de l’OMS, plus de 3,9 milliards de personnes, réparties dans 128 pays, sont exposées.

Les symptômes principaux de la dengue « classique » sont une forte fièvre (40 °C) accompagnée de maux de tête sévères, de douleurs articulaires, musculaires et rétro-orbitaires, de nausées, de vomissements, d’une éruption cutanée ou de l’adénopathie (gonflement des ganglions lymphatiques). Généralement, ils durent de 2 à 7 jours après la période d’incubation (4 à 10 jours suivant la piqûre). Bien que la dengue « classique » soit fortement invalidante, elle n’est pas considérée comme une maladie dangereuse, contrairement à la dengue sévère (autrefois appelée dengue hémorragique) qui est potentiellement mortelle. Ce type de complication est devenu une cause majeure de maladie grave et de mortalité chez les adultes, et surtout chez les enfants, dans certains pays d’Amérique latine et d’Asie.

Aujourd’hui, il n’existe aucun traitement spécifique ni vaccin commercialisé pour lutter contre la dengue, mais plusieurs études multidisciplinaires sont actuellement menées. Pour le moment, les autorités préconisent de se protéger contre les piqûres de moustique.

Il est également important de se protéger contre les autres insectes piqueurs comme les tiques (vecteur de la maladie de Lyme), les punaises (lésions cutanées) ou encore les poux (démangeaisons), surtout si vous séjournez en zone rurale ou dans des conditions de confort sommaires. Dans ce cas, n’hésitez pas à prendre avec vous un insecticide et un répulsif cutané.

La désinsectisation des avions

Selon l’arrêté du 29 novembre 2016, les avions à destination de la France métropolitaine et des départements d’outre-mer qui proviennent de certains pays sont obligatoirement désinsectisés. Sur cette liste, on retrouve par exemple l’Afghanistan, l’Afrique du Sud, le Brésil, le Cambodge, l’Indonésie, la Tanzanie ou encore la Thaïlande. La désinsectisation des aéronefs provenant de ces pays s’effectue conformément aux 3 méthodes recommandées par l’OMS.

La première méthode consiste à pulvériser un insecticide à action rapide dans tous les endroits où des insectes seraient susceptibles de s’abriter (offices, soutes, toilettes, vestiaires, etc.) lorsque les passagers sont à bord, que les portes sont fermées et que l’avion s’apprête à décoller.

La deuxième est de pulvériser un insecticide rémanent avant l’embarquement des passagers et en début de descente.

Et enfin, la troisième repose sur une pulvérisation à intervalles réguliers d’un insecticide rémanent sur les surfaces internes de l’avion, sauf celles qui sont utilisées à la préparation des repas.

Comment se protéger des animaux venimeux ?

De nombreux pays abritent des animaux venimeux (serpents, araignées, scorpions, scolopendres, etc.) qui n’hésitent pas à mordre ou piquer pour se défendre. Il est donc nécessaire de se renseigner sur la faune locale et de prendre des précautions pour éviter leurs morsures.

Tout d’abord, vous devez porter des chaussures montantes et bien fermées, ainsi qu’un pantalon long dont le bas doit être serré autour de la cheville ou du mollet. Ce conseil est surtout valable si vous partez en trekking dans des endroits dangereux, comme la forêt amazonienne par exemple.

Veillez également à faire du bruit lorsque vous marchez, soit en accentuant vos pas soit en frappant le sol avec un bâton. La plupart des animaux, surtout les serpents, sont très sensibles aux vibrations du sol et évitent systématiquement la confrontation avec l’homme.

Assurez-vous de secouer vos chaussures, vêtements et draps avant de les utiliser. Par exemple, en Australie, la mygale Atrax robustus, également appelée « Sydney funnel-web spider » par les anglophones, adore se réfugier dans les chaussures. Le problème est que cette espèce d’araignée venimeuse est particulièrement agressive et surtout extrêmement dangereuse pour l’Homme.

Si vous envisagez de passer la nuit à la belle étoile et de dormir dans un bivouac, il est conseillé de ranger vos affaires personnelles (chaussures, vêtements, etc.) dans un bidon ou un sac en plastique étanche et bien fermé, et de mettre des boules insecticides à l’intérieur pour les protéger.

Comment prévenir la diarrhée du voyageur ?

La diarrhée du voyageur, plus communément appelée « la tourista », est une maladie infectieuse très fréquente dans les pays tropicaux ou subtropicaux au sein desquels les conditions d’hygiène sont peu favorables (Égypte, Inde, Kenya, Maroc, Mexique, Pakistan, Thaïlande, Turquie, etc.). Elle touche plus de 60 % des touristes. Cette infection souvent bénigne provoque des maux de ventre et des diarrhées abondantes et peut s’accompagner de nausées, de vomissements, de fièvre, voire du sang (dans ce cas, un avis médical est nécessaire). Cependant, il faut se méfier de la tourista, car elle est susceptible de provoquer une grave déshydratation qui peut s’avérer mortelle pour les personnes les plus fragiles (nourrissons, enfants, personnes âgées, etc.).

Il faut savoir que la diarrhée du voyageur est due à l’ingestion d’aliments ou de boissons contaminés par des germes. La plupart du temps, les agents infectieux sont des bactéries (salmonelles, shigelles, Campylobacter, Escherichia coli), quelquefois des parasites (amibes) ou des virus (rotavirus).

Voici quelques précautions pour se prémunir de ce désagrément et des risques de contamination :

  • Lavez-vous les mains avec du savon très régulièrement (surtout avant les repas et après le passage aux toilettes). En cas d’absence d’eau et de savon, utilisez un gel ou une solution hydroalcoolique.
  • Ne buvez que de l’eau ou toute autre boisson en bouteille qui a été décapsulée sous vos yeux. S’il n’y en a pas, consommez de l’eau désinfectée ou bouillie au préalable (minimum 15 minutes).
  • Évitez les glaçons, les glaces artisanales et les laits reconstitués à partir de poudre, car il est impossible de savoir avec précision d’où provient l’eau utilisée.
  • Buvez du lait pasteurisé ou bouilli. Tout laitage et beurre non pasteurisé doit être proscrit.
  • Lavez ou pelez les fruits vous-même après vous être lavé les mains.
  • Faites bien cuire les viandes, les poissons et les œufs.
  • Évitez de manger des crudités, des fruits de mer ou des plats réchauffés.
  • Évitez de boire des jus de fruits frais préparés de façon artisanale.
  • Évitez de manger la nourriture vendue directement dans la rue. Si la tentation est trop grande, veiller à ce qu’elle soit bien cuite et que le récipient soit encore fumant.
  • Pour vous laver les dents, purifiez préalablement l’eau du robinet via des comprimés vendus en pharmacie ou dans des magasins de sport, comme Hydrochlonazone, Aquatabs ou encore Micropur. Vous pouvez également opter pour des systèmes de filtration efficaces. Attention, quand vous prenez votre douche, assurez-vous de ne pas avaler l’eau.

En résumé, si vous ne voulez pas attraper la tourista, gardez toujours en tête cette fameuse règle internationale : « boil it, cook it, peel it or forget it », qui signifie « il faut le faire bouillir, le cuire, l’éplucher, ou l’oublier ».



Quelles sont les recommandations en matière d’hygiène corporelle ?

Lors d’un voyage, il est indispensable de se maintenir en bonne santé et d’avoir une bonne hygiène corporelle pour éviter le développement des microbes qui provoquent des maladies.

Voici les précautions à prendre :

  • Lavez-vous les mains à l’eau et au savon régulièrement. Séchez-les bien.
  • Si vous avez une plaie ou une blessure cutanée, traitez-la avec le plus grand soin pour éviter toute infection (laver, couvrir, ne pas laisser macérer).
  • Habillez-vous avec des vêtements légers, perméables et facilement lavables. Privilégiez le coton et les tissus non synthétiques.
  • Ne laissez pas votre linge sécher à l’extérieur ou sur le sol (risque de myiase).
  • Évitez de toucher les animaux.
  • Ne marchez pas pieds nus sur les plages et ne vous allongez pas à même le sable (risque de tungose ou de Larva migrans cutanée ankylostomienne).
  • Portez des chaussures fermées lorsque vous marchez sur des sols humides ou boueux (risque d’ankylostomose, d’anguillulose, etc.).
  • Évitez de marcher et de vous baigner dans les eaux douces (risque de leptospirose, de bilharziose, etc.).
  • Protégez-vous du soleil en utilisant un écran solaire adapté à votre phototype et en portant des lunettes de soleil, une casquette ou un chapeau. Évitez l’ensoleillement excessif et hydratez-vous le plus souvent possible.

Comment prévenir les risques liés aux soins médicaux reçus à l’étranger ?

Dans la plupart pays où les structures sanitaires sont insuffisantes, les transfusions sanguines peuvent représenter un risque majeur pour les voyageurs, car de nombreux agents pathogènes sont présents (VIH, hépatite B et C, etc.). Il en va de même pour les soins médicaux avec injection intramusculaire (IM), intraveineuse (IV) et sous-cutanée (SC), endoscopie, incision, mésothérapie ou acupuncture qui les exposent aussi à des risques infectieux.

Par conséquent, si vous devez vous faire soigner, il est essentiel de rester vigilant pour limiter ces risques.

Assurez-vous que le matériel utilisé est neuf à usage unique ou soumis à une stérilisation appropriée au préalable (seringues, aiguilles, ventouses scarifiées, aiguilles d’acupuncture). Si ce n’est pas le cas, refusez tout traitement. D’ailleurs, il faut savoir que le tourisme médical (chirurgie plastique, chirurgie froide, soins dentaires) expose les patients à de nombreux risques sanitaires.

Avant de partir en voyage, vous devez acheter, si besoin, du matériel à usage unique. Il est conseillé aussi de prendre avec vous une trousse à pharmacie, n’hésitez pas à demander quelques conseils à votre médecin. Souscrire un contrat d’assurance ou d’assistance est fortement recommandé.

Concernant les tatouages et les piercings, il vaut mieux éviter de se faire tatouer ou percer dans certains pays pour éviter la transmission par le sang d’agents pathogènes.

Enfin, il est recommandé d’inscrire son voyage sur le site internet Ariane avant chaque déplacement hors de la France. Mis en place par le ministère des Affaires étrangères, ce service en ligne vous permet de recevoir par e-mail ou SMS des alertes sécuritaires et sanitaires sur chaque pays.