Passées À venir

62 youtubeurs se mobilisent pour l'écologie en lançant le projet « Il est encore temps »

Depuis environ 1 mois, une large campagne en faveur de l’environnement a été lancée par un groupe de célèbres youtubeurs. Ils sont regardés par des millions d’abonnés chaque jour, dont une majorité de jeunes et espèrent bien se servir de leur notoriété pour faire bouger les choses. Qu’en est-il ?

Suite au dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) publié le 8 octobre dernier, qui prévoit un réchauffement planétaire de +3 °C environ avec des conséquences plus qu’alarmantes, beaucoup s’inquiètent pour leur futur. Plusieurs youtubeurs célèbres se sont rassemblés derrière le message « Il est encore temps » avec pour but d’inciter leurs abonnés à agir en faveur de l’environnement et d’« envahir l’espace public » pour interpeller entreprises et pouvoirs politiques. Un point sur cette campagne.

62 youtubeurs se mobilisent pour l’écologie en lançant le projet « Il est encore temps »


Une vidéo qui interpelle, un site internet, une page Facebook

Le projet #IlEstEncoreTemps regroupe plusieurs initiatives : une page Facebook qui diffuse de l’information sur l’environnement et les actions en cours et un site internet créé à l’initiative de plusieurs associations. Sur ce site, les citoyens peuvent trouver des informations, des liens vers des pétitions à signer concernant la protection de la nature et de la biodiversité, les actions non violentes en cours auxquelles chacun peut participer, ou encore une description d’écogestes qu’il est possible de mettre en place au quotidien pour réduire son impact sur l’environnement. Une vidéo qui a été diffusée sur les réseaux sociaux et dans laquelle les youtubeurs alertent le grand public sur les risques liés à une hausse des températures et la nécessité d’agir, peut également être visionnée sur ce site.

62 youtubeurs vont montrer l’exemple pendant 1 mois

À partir du 15 novembre 2018, Norman, EnjoyPhoenix, El Hadj et autres vidéastes à succès lanceront des défis à leurs abonnés, et bien sûr ils montreront l’exemple en acceptant eux-mêmes de changer leurs habitudes pendant 1 mois.

Pour El Hadj, ce sera 1 mois de végétarisme. Adieu steaks, poulet rôti ou saucisses. « Même pas un burger, l’enfer ! », déclare-t-il avec le sourire. « Je me suis renseigné, c’est ce qui fait le plus d’effet » [pour lutter contre le réchauffement climatique].

Quant à Hélène de la chaîne YouTube Edeni, elle optera pour une attitude « Zéro Waste » en s’engageant à réduire au maximum ses déchets et à proposer des solutions efficaces. « Par exemple, toujours avoir sur soi une gourde, un sac en tissu et une tasse pliable. Ce n’est pas parce qu’on ne veut pas de gobelet jetable qu’on doit refuser un café. Faire attention à l’environnement ne doit pas devenir déprimant », assure-t-elle.

Les 62 participants seront divisés en trois équipes : changer son alimentation, réduire ses déchets ou abandonner sa voiture. Une compétition bienveillante aura alors lieu en distribuant des points selon la participation des abonnés qui devront apporter des preuves des changements quotidiens qu’ils mettent en place. Une façon de se soutenir et de se motiver à adopter des habitudes plus écolos en s’amusant.

Influencer les citoyens et les politiques

Les rassemblements pour le climat qui ont lieu dans chaque ville font des émules, les gens se sentent de plus en plus concernés par l’écologie. C’est pourquoi les Youtubeurs en appellent à l’action citoyenne pour pouvoir enfin peser sur les décisions commerciales des entreprises et les pouvoirs politiques.

Le public de ces célèbres Youtubeurs est majoritement composé de jeunes entre 12 et 25 ans pour qui ils jouent le rôle d’influenceur. Une influence à ne pas négliger lorsqu’on sait que ces vidéos touchent chaque jour des millions d’abonnés. Pour rallier les plus jeunes à leur cause, pas de culpabilisation ou d’énième vidéo sur la disparition des ours polaires, mais un contenu et des défis ludiques, où le « fun » sert de moteur au passage à l’action.