Passées À venir

Adapter notre alimentation pour protéger nos ressources en eau et préserver la planète

Une étude publiée dans Nature Sustainability démontre qu’une alimentation non équilibrée provoque un très grand besoin en eau. En revanche, adopter des repas équilibrés permet de protéger nos ressources. Alimentation, surconsommation : comment protéger les ressources en eau ? Informez-vous ici.

Pour préserver nos ressources en eau et pour protéger notre santé, il n’y a pas de secret : nous devons adopter une alimentation plus saine. Selon une étude publiée par Nature Sustainability, Davy Vanham chercheur au Centre commun de recherches de la communauté européenne, explique que « le passage à une alimentation saine est non seulement bénéfique pour la santé humaine, mais permet également d’économiser beaucoup de ressources en eau », quel que soit le régime alimentaire. Faisons le point sur la situation.

Adapter notre alimentation pour protéger nos ressources en eau et préserver la planète


Préserver les ressources en eau, un enjeu majeur pour notre planète

Davy Vanham s’est penché sur l’impact de la consommation d’eau par habitant. Les habitants sélectionnés étaient répartis dans plus de 43 786 communes en Angleterre, en Allemagne et en France. Davy Vanham et ses confrères constatent très rapidement que les individus sélectionnés consomment de grosses quantités de viandes rouges, d’huiles, de sucre et de produits laitiers.

Le centre commun de recherches de la communauté européenne a également constaté que les fruits et légumes n’étaient pas assez adoptés lors des repas, surtout en France.

Conséquences de notre alimentation sur les eaux terrestres

Cette étude a notamment révélé qu’une consommation déséquilibrée demande beaucoup de ressources en eau. En France, l’alimentation d’un individu exige entre 3 303 et 5 149 litres d’eau par jour. Un chiffre alarmant lorsque l’on sait, d’après un rapport de l’ONU, que 3,6 milliards de personnes demeurent dans des zones où l’eau manque en moyenne un mois dans l’année. Un chiffre qui pourrait s’élever à 5,7 milliards d’ici 2050.

Une autre étude publiée par le PNAS (Proceedings of the national Academy of sciences) met en évidence la problématique de l’eau virtuelle. L’eau virtuelle représente la quantité d’eau exploitée pour produire et exporter une marchandise. Cette eau virtuelle représente un cinquième des ressources d’eau sur la planète.

L’eau virtuelle comprend aussi la production de marchandises alimentaires. Pour un kilo de viande de bœuf, 15 000 litres d’eau sont nécessaires. Pour produire un kilo de porc, 4 900 litres d’eau. Pour produire un poulet, nous avons besoin de 4 000 litres d’eau…

Les bons gestes alimentaires pour le bien de notre planète

Peut-on encore agir ? L’eau utilisée pour produire l’alimentation d’un individu par jour pourrait être diminuée de 19 à 35 % si les recommandations de l’ANSES (Agence française de sécurité sanitaire) et de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) étaient appliquées.

Pour diminuer notre consommation d’eau, l’ANSES recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour. Il préconise également de composer ses repas de produits laitiers, de féculents, des légumineuses et de céréales. Il est également vivement conseillé de limiter sa consommation en matières grasses, en sucre et en sel. L’administration sanitaire insiste également sur le fait de limiter sa consommation de viande à 500 grammes par semaine.

Davy Vanham et les autres chercheurs ont pu démontrer qu’un régime végétarien équilibré pourrait réduire de 35 à 55 % la consommation en eau pour la production des aliments.