Passées À venir
16 Juillet
23 Juillet
31 Juillet

Règles à respecter pour pêcher en eau douce sur les cours d'eau, lacs, canaux et étangs

Comme la chasse, la pêche est une activité encadrée. Mais comment obtenir le droit de pêche et comment bien s’en servir ? Découvrez qui peut pêcher, en quels lieux et à quelle période ?

La pêche est le deuxième loisir préféré des Français après le football. En 2015, la Fédération nationale de la pêche recense 1 559 271 licenciés. Afin de préserver le patrimoine piscicole et ces ressources, cette activité est régie par une règlementation stricte. Depuis le 10 mars 2018, date d’ouverture de la pêche à la truite, nombreuses sont les cannes à pêche au bord des étangs. Découvrez à qui est réservée cette pratique et quelles en sont les conditions.

Règles à respecter pour pêcher en eau douce sur les cours d’eau, lacs, canaux et étangs

Qui peut pêcher en eau douce ?

Même si l’exercice reste encore majoritairement masculin, tout le monde peut s’adonner à la pratique de la pêche en eau douce à condition d’être membre d’une association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPPMA) et de s’acquitter du paiement d’une redevance. Notez que pour la collecte sur des eaux privées, vous devez obtenir l’accord du propriétaire des lieux.

Montant de la redevance à payer

Les taxes sont collectées soit par les associations agréées, soit par les fédérations (départementales ou interdépartementales). Elles sont ensuite déclarées par le biais du cerfa 13748 04 et reversées aux agences de l’eau.

Leur montant est réévalué tous les ans et chaque licencié qui pêche au sein d’une structure agréée en est redevable.

En 2018, il faut compter 10 € par personne pour une activité annuelle, 4 € pour pêcher pendant une semaine et 1 € pour une journée.

Notez qu’un supplément de 20 € par an et par personne est demandé aux membres pêchant de l’alevin, de l’anguille, du saumon et de la truite de mer.

Lieux autorisés à la pêche en eau douce

On peut pêcher au sein de structures agréées, dans des cours d’eau, des canaux et des plans d’eau. Toutefois, ces différents lieux sont classés en deux catégories : ceux qui sont occupés par les truites (1ere catégorie) et les autres (2e catégorie).

Ainsi, cela permet aux préfets de mieux organiser (ou réguler) la discipline en fonction des besoins de la région. Il est donc impératif de se rapprocher de sa fédération pour se renseigner avant de se lancer.

Quel est le calendrier national d’ouverture de la pêche ?

Pour les eaux de 1re catégorie, c’est-à-dire peuplées de truites, la pêche est autorisée du 2e samedi du mois de mars jusqu’au 3e dimanche du mois de septembre.

Pour celles de la 2e catégorie, la pêche peut se dérouler tout au long de l’année.

Notez que sauf arrêté préfectoral établissant le contraire, la pêche de nuit est interdite. Cette dernière peut commencer ½ heure avant l’aube et doit prendre fin ½ heure après le coucher du soleil.

Les espèces qui font exception au calendrier

Le brochet est un poisson qui peut être pêché du 1er mai au dernier dimanche de janvier de l’année suivante.

L’ombre commun peut être capturé du 3e samedi de mai au 31 décembre inclus.

Les salmonidés (truite fario, omble, omble chevalier et cristivomer) et les truites arc-en-ciel qui nagent dans les cours d’eau à saumon ou à truites de mer sont autorisés à la pêche du 2e samedi de mars au 3e dimanche de septembre.

Comment différencier les espèces de poissons ?

Pour être sûr de ne pas commettre d’impair concernant les dates et lieux par catégorie de poisson, il est impératif de bien savoir les dissocier. Pour vous aider, vous pouvez consulter ici les fiches descriptives.

L’anguille : un poisson à contrainte administrative

Les amateurs d’anguilles doivent être vigilants avec ce poisson qui nécessite quelques formalités administratives supplémentaires. En effet, pour la pêcher, vous devez en avoir obtenu l’autorisation de la DDT ou DDTM. La demande est à adresser sur le cerfa 14346 01, 2 mois avant l’ouverture de la campagne de pêche.

Ensuite, vous devrez tenir à jour un carnet de pêche via le formulaire cerfa 14358 01 et le conserver sur vous en cas de contrôle.

Enfin, vous devrez déclarer votre récolte à l’ONEMA (Office national de l’eau et des milieux aquatiques) avec le formulaire cerfa 14347 01. Cette formalité est à accomplir dans les 2 jours qui suivent la capture pour les professionnels (et 1 fois par mois pour les particuliers ou professionnels qui ramassent des anguilles jaunes et argentées).

Comment obtenir une carte de pêcheur ?

L’adhésion peut s’effectuer directement en ligne. Il existe différents types d’abonnements comme la carte personne majeure (ou interfédérale), la carte découverte femme, la carte personne mineure, la découverte -12 ans, la carte hebdomadaire et la journalière.

Interdictions à connaître avant de pêcher en eau douce

Attention, si vous avez l’intention de prendre un abonnement loisir durant vos vacances, sachez que pour certaines espèces de poisson, il existe des tailles minimales en dessous desquelles l’animal ne peut être péché.

Par ailleurs, si vous vous trouvez à proximité d’un barrage ou d’une écluse, l’endroit est règlementé. Vous devez vous en distancier de 50 à 200 mètres selon le matériel de pêche que vous utilisez. Renseignez-vous.

Sanctions encourues en cas de manquement à la règlementation

Si vous dérogez à l’une des obligations énoncées ci-dessus, cela peut vous coûter cher. Sachez que l’amende pour une pêche sauvage (défaut d’adhésion ou non-paiement de la redevance) peut aller jusqu’à 450 €. À l’inverse, si vous êtes affilié et en règle, mais pas en mesure de présenter vos justificatifs, vous risquez de payer 38 €.