Passées À venir

Binge drinking : les conséquences de cette pratique chez les adolescents

Le binge drinking : nouveau fléau chez les adolescents et jeunes adultes, provoquant de lourdes conséquences directes et à l’âge adulte
Sommaire

Aujourd’hui, de plus en plus de jeunes adolescents consomment de l’alcool à très forte dose, dans le même temps leur inventivité et leur prise de risques grandissent elles aussi. Leurs corps entiers étant en plein développement, de lourdes conséquences découlent de ce comportement abusif. Découvrez ici les nouvelles méthodes dangereuses et leurs conséquences à court et long terme.

Binge drinking : les conséquences de cette pratique chez les adolescents



Du binge drinking à l’eyeballing

On parle en France d’ivresse accélérée ou de biture express, cette pratique consiste à absorber une grosse quantité d’alcool, le plus vite possible, afin d’en ressentir les effets rapidement. Ce phénomène venu des pays anglo-saxons s’est vite répandu en France, et particulièrement auprès des adolescents jusqu’à 25 ans.

De nouvelles méthodes de plus en plus dangereuses sont pratiquées vers cette quête de l’ivresse. On commence généralement à boire à jeun, des alcools forts, tous mélangés, et dans des quantités gargantuesques. Le but : faire tomber l’inhibition le plus vite possible.

L’une des dernières modes consiste à boire de l’alcool par les yeux, appelée « eyeballing ». Cette pratique censée faire monter l’alcool directement au cerveau est l’une des plus dangereuses et des plus inutiles. Elle peut cependant très facilement provoquer au mieux une conjonctivite, au pire la perte de la vue.

Les conséquences de ces pratiques à court et long terme

L’humain atteint sa maturité mentale vers l’âge de 25 ans. On entend par là que le cerveau a terminé sa construction de base. Avant cet âge, les connexions neurologiques sont en perpétuel mouvement, ce sont ces connexions qui permettent l’apprentissage et la construction de notre métabolisme. Le métabolisme d’un adolescent est donc plus rapide, les effets de l’alcool s’assimilent beaucoup plus rapidement, notamment en présence d’une petite corpulence.

À court terme, le risque de coma éthylique est très grand, l’ivresse soudaine, puissante et non maitrisée, provoque également des accès de violence, et des pertes de ses capacités physiques et mentales immédiates. Elle conduit aussi facilement à des rapports sexuels non protégés, menant à des grossesses non désirées, et à des infections sexuellement transmissibles.

De nombreuses études ont vu le jour sur ce problème afin d’observer les effets du binge drinking sur le long terme. Elles ont montré que l’une des premières parties touchées par cette pratique est l’hippocampe du cerveau. Cette partie animant entre autres la mémoire est très vite endommagée par les lésions dues à l’alcool sur le long terme. Les sujets ayant pratiqué le binge drinking subissent des pertes de mémoire fréquentes.

En outre, leurs facultés cérébrales sont endommagées, l’apprentissage se fait plus difficilement et à l’âge adulte il est difficile de créer des nouvelles connexions neurologiques. Leurs métabolismes s’étant formés autour de cette consommation abusive, beaucoup d’adeptes de ces pratiques ont développé une forte addiction à l’alcool. La gestion des émotions et l’identification sensorielle, ainsi que de la capacité de prise de décision peuvent être également lourdement affectées.

Ingérer des quantités massives d’alcool rapidement créer donc un véritable ralentissement du cerveau, une construction fragile et désordonnée du métabolisme, et un gros risque d’addiction.