Passées À venir

Une étude australienne montre qu'initier son adolescent à l'alcool pourrait être risqué

Des chercheurs australiens ont mené une étude sur l’influence du comportement des parents sur la consommation d’alcool de leurs enfants. Quels sont les résultats de cette étude ? Quels comportements pourraient réduire les risques ?
Sommaire

Le Lancet Public Health vient de publier les résultats d’une enquête menée auprès de 2 000 adolescents australiens suivis pendant 6 ans, de leurs 12 à 18 ans. Dans le cadre de cette étude portant sur les comportements des jeunes face à l’alcool, une équipe de chercheurs a tenté d’établir un lien entre la posture des parents et celle de leurs enfants. Découvrez ici quels sont les résultats de cette enquête et les recommandations faites aux parents.

Une étude australienne montre qu’initier son adolescent à l’alcool pourrait être risqué



Initier un adolescent à l’alcool serait risqué

Parmi les jeunes interrogés, une partie d’entre eux a été initiée à la consommation d’alcool dans un cadre familial. Cela est dû au fait que les parents ne voulaient pas faire de l’alcool un sujet tabou et ont fait le choix d’apprendre à leurs enfants comment boire de façon raisonnable. Par ailleurs, certains jeunes ne se procurent de l’alcool qu’auprès de leurs parents. Pour les autres, la consommation d’alcool a était totalement proscrite.

Les résultats de cette enquête ont démontré que 81 % des jeunes ayant consommé de l’alcool dans un cadre familial avaient fait l’expérience de « beuveries » ou de binge drinking. Pour les adolescents issus de familles interdisant la consommation d’alcool, ils sont 62 %. Enfin, 25 % de ceux qui se procurent de l’alcool uniquement auprès de leurs parents se sont adonnés à ce genre de pratique.

Comportements préconisés

Les alcoologues et psychologues ayant mené l’étude conseillent aux parents d’interdire l’alcool à leurs enfants. Le fait de l’autoriser, même raisonnablement, atténuerait l’aspect nocif du produit, et augmenterait les chances que l’enfant en consomme dans d’autres circonstances.

Une consommation trop précoce provoque de nombreux problèmes de santé par la suite. Les chercheurs insistent sur l’importance de la prévention des risques liés à l’alcool chez les adolescents. Peu d’entre eux sont conscients des risques d’addiction, de cancers, ou d’autres maladies.

Les auteurs de l’étude précisent toutefois que ces résultats s’appliquent en Australie, mais ne donneraient pas forcément les mêmes résultats dans d’autres pays, notamment dans ceux où la consommation d’alcool est plus faible. Par ailleurs, à ce jour aucune étude ne prouve qu’initier un enfant à une consommation raisonnable réduit les risques d’addiction et de maladie.