Passées À venir

Jour du dépassement mondial atteint le 29 juillet

Cette année, les Hommes vivent à crédit depuis le 29 juillet. Un jour de dépassement qui survient encore plus tôt que les années précédentes.
Sommaire

Depuis 1970, l’humanité vit à crédit de plus en plus tôt. En effet, les ressources naturelles de la planète se raréfient et les Hommes consomment plus que ce que la terre peut offrir. La date du « jour de dépassement » ne cesse de reculer depuis presque 50 ans. Une tendance de plus en plus inquiétante pour l’avenir.

Jour du dépassement mondial atteint le 29 juillet


Une date symbolique au 210e jour de l’année

En 2019, c’est au 210e jour de l’année que le jour du dépassement est atteint. Cette date qui fait frémir depuis près de 50 ans est calculée par l’ONG Global Footprint Network.

Pour calculer cette date, les analystes tiennent compte de plusieurs paramètres, comme l’empreinte carbone, les diverses ressources nécessaires à l’élevage, la pêche, la culture, la construction, l’utilisation de l’eau, etc.

Le rythme de consommation ne cesse d’augmenter depuis 1970, engendrant un appauvrissement des richesses de la planète et une utilisation prématurée des ressources. Depuis 1992, le jour du dépassement ne fait que reculer, passant de 286 à 210 jours avant la fin de l’année civile.

Plus d’une planète et demie pour satisfaire nos besoins

Global Footprint attire l’attention sur le fait que la planète actuelle ne suffit plus. Il en faudrait exactement 1,75 comme la Terre pour subvenir aux besoins de l’humanité.

Une donnée qui ne cesse d’inquiéter les spécialistes, quant à l’avenir de l’Homme. En effet, depuis 20 ans, nous ne cessons de grignoter les ressources naturelles de la planète, avant même que celle-ci ait pu avoir le temps de régénérer ses écosystèmes.

Tous les pays ne sont pas sur le même pied d’égalité

Le jour du dépassement n’est pas atteint au même moment dans chaque pays du globe. En effet, le Qatar ne survit que 42 jours avec ses ressources, tandis que l’Indonésie fait partie des moins consommateurs en atteignant le jour de dépassement qu’au bout du 342e.

Si tous les pays avaient le même train de vie que les Français, il faudrait 2,7 planètes comme la Terre. Un chiffre certes trop élevé, mais bien moins que les Américains pour qui il faudrait 5 planètes comme la nôtre…



Quelles seraient les solutions pour rétablir la situation ?

Plusieurs solutions pourraient être envisagées. Certaines devraient provenir de lois officielles et d’autres devraient relever du bon sens de chaque citoyen. Voici une idée des solutions les plus porteuses pour un résultat important.

Le levier principal reste la réduction des émissions de gaz à effet de serre. En effet, d’après la WWF, elles pèsent 60 % de l’empreinte écologique humaine mondiale. En ramenant de moitié ces émissions, l’humanité gagnerait 93 jours. Cela repousserait le jour de dépassement au mois d’octobre.

Le second levier serait d’imposer des énergies renouvelables. Les éoliennes et panneaux solaires pourraient faire gagner 45 jours supplémentaires.

Le troisième levier concerne la diminution de la consommation carnée. En effet, très controversée, cette donnée pourrait pourtant faire gagner 15 jours supplémentaires par an à l’humanité si la consommation était diminuée de 50 %.

Enfin, la dernière solution serait d’agir sur le gaspillage alimentaire. Fléau économique et écologique, le gaspillage ferait gagner 10 jours supplémentaires par an.

En mettant en place des solutions pour aboutir à ces résultats, d’autres découleront naturellement, permettant de gagner encore quelques jours pour arriver à près de 150 jours de répit.

Comment connaître son impact écologique personnel ?

À titre individuel, il est possible de mettre en place plusieurs actions : consommer moins de viande, mais de meilleure qualité, privilégier la consommation de produits locaux et de saison, prendre les transports en commun, éviter de prendre l’avion lorsque ceci n’est pas nécessaire, changer son abonnement de gaz ou d’électricité pour des solutions plus écologiques sans payer plus cher, etc.

Pour connaître et calculer son empreinte écologique individuelle, l’ONG a mis à disposition un calculateur gratuit. Celui-ci permet de savoir si vous faites partie de ces personnes responsables ou si vous devez faire des efforts. Des solutions sont également proposées pour aider les personnes désireuses de trouver des alternatives et démarrer dans un mode de vie plus raisonné.