Passées À venir

Astuces pour réduire son empreinte écologique pendant les vacances

Même en lâchant prise, il est important de penser à la nature. Voici quelques astuces pour limiter son empreinte écologique durant les vacances.
Sommaire

Le tourisme représente 5 % des émissions de CO2 total dans le monde. Partir en vacances n’est pas synonyme d’abus. En effet, il est primordial de continuer dans la lignée du quotidien ou de prendre de bonnes résolutions pour réduire son empreinte écologique. Comment réduire son impact sur la planète même durant ses vacances ?

Astuces pour réduire son empreinte écologique pendant les vacances


Bien choisir ses moyens de transport

L’avion et le bateau sont les moyens de locomotion les plus polluants. Choisir une destination plus proche, que l’on peut atteindre en voiture, en bus ou en train, reste une meilleure option.

Malgré tout, voyager en avion n’est pas un crime, si les déplacements ne sont pas fréquents et si un comportement écologique est adopté durant le séjour. Quelques compagnies aériennes reversent également un pourcentage du billet acheté à des projets écologiques pour contrebalancer l’impact carbone. Si celle que vous envisagez de prendre ne pratique pas cette option, de nombreuses plateformes sur internet sont spécialisées dans ce type de pratique.

Une fois sur place, tentez de vous déplacer en transports en commun ou à vélo si cela est possible. Vous réduirez considérablement votre empreinte carbone.

Acheter d’occasion

Si vous devez acheter du matériel pour votre séjour (tentes, combinaisons de ski, duvets, matelas gonflables, etc.), pensez d’abord à l’option seconde main. En effet, ces accessoires sont souvent utilisés une seule fois. En les achetant d’occasion, vous réalisez des économies en plus de trouver de véritables pépites.

Se loger sur place

Si vous séjournez à l’hôtel, soyez attentif aux établissements privilégiant une bonne politique environnementale. En effet, changer les draps tous les jours n’est pas très écologique, tout comme se faire couler un bain chaque soir, par exemple.

De même, pour les locations de gîtes, certains labels garantissent un comportement écologique, comme « La clé verte », Gites Panda WWF, etc. Les voyageurs seuls apprécieront d’autant plus leur séjour en séjournant chez l’habitant.



Consommer local

Voyager ouvre les esprits. C’est aussi le meilleur moyen pour apprendre à connaître les spécialités locales. De nombreux marchés proposent des produits régionaux. Les restaurants ont des cartes fournies de délicieux mets de saison. Fuyez les grandes chaînes et faites plutôt fonctionner l’économie locale.

Si vous êtes à l’étranger, et que vous projetez de faire des excursions ou des sorties découvertes, rendez-vous à l’office du tourisme. Bien souvent les locaux proposent les mêmes solutions que les complexes hôteliers, et ce à des prix bien plus intéressants. De plus, ils ont souvent des anecdotes à vous raconter et des coins insolites à vous faire découvrir !

Trier les déchets

Les vacances sont faites pour se reposer, mais pas forcément pour annuler certaines habitudes adoptées durant toute l’année. En effet, même en vacances il faut continuer de trier ses déchets.

Respecter l’environnement

On ne jette pas de déchets dans la nature après un pique-nique. Et on ne piétine pas les fleurs ou autres plantes dans une prairie ou un sous-bois. Certaines espèces sont protégées ou sont la seule nourriture de quelques animaux encore présents.

Dans la mesure du possible, évitez d’acheter des bouteilles en plastique, à l’instar des gourdes filtrantes. De même, le plastique à usage unique en général devrait être délaissé (sacs, emballages, assiettes, pailles, etc.) au profit d’accessoires réutilisables.

Protéger sa peau, mais aussi les océans

Aller à la plage et utiliser de la crème solaire pour ses enfants et soi-même peut paraître anodin. Pourtant, certaines marques sont responsables de la mort des coraux et plus globalement, de la pollution des eaux.

De plus, les additifs contenus dans les produits solaires sont souvent nocifs pour la santé. Il est donc nécessaire de bien lire les étiquettes et au possible, d’opter pour un filtre minéral et non chimique. Les crèmes solaires biodégradables et bio ont un impact quasi nul sur la faune et la flore aquatique.

Faire preuve de bon sens

Observer des animaux dans un zoo ou dans des parcs aquatiques n’est pas réellement une bonne idée. La plupart du temps, les animaux sont maltraités et la captivité n’est pas faite pour les animaux sauvages. Préférez les fermes qui recueillent les animaux battus ou sauvés des cirques, etc. L’entrée à ces parcs sert à soigner les bêtes sur place.

De même, certaines activités, comme le Jet Ski, les balades à dos d’éléphants, de dromadaires, etc., ne sont pas vraiment synonymes d’éveil écologique. Préférez plutôt des sorties en paddle ou en canoé, par exemple. Plus sportives, elles vous permettent de vous dépenser, de voir le paysage, tout en protégeant la nature et les animaux. Les randonnées et les balades en forêts peuvent vous donner l’occasion de rencontrer des animaux sauvages dans leur état naturel.