Passées À venir

Les campings abordables en voie de disparition

Certains Français renoncent à leurs vacances faute de trouver des logements ou emplacements de campings accessibles financièrement. Explications.
Sommaire

6 Français sur 10 renoncent chaque année à leurs vacances faute de trouver un hébergement dans leurs moyens. Les campings familiaux et abordables tendent à disparaître au profit de structures assimilées hôtelières ou haut de gamme.

Les campings abordables en voie de disparition


Le camping a évolué

Il y a encore quelques années, partir en camping se résumait à dormir sous la tente, avec le minimum vital. Aujourd’hui, les espaces pour les tentes s’amenuisent au profit de mobile homes tout confort et de structures de loisirs conséquentes (toboggans, animations diverses, etc.).

Même le terme de « camping » tend à disparaître pour revêtir celui « d’hôtellerie de plein air ». En effet, pour certains établissements, les services proposés sont quasiment identiques à ceux des hôtels et peuvent parfois les surpasser.

Cette nouvelle tendance engendre une hausse des prix des emplacements de tentes, ainsi que des tarifs de location (bungalow, mobile home) plutôt élevés.

Les campings 1 à 2 étoiles en voie de disparition

Le camping a longtemps été l’emblème des vacanciers « moyens ». Désormais, il tend à n’accueillir que certaines classes sociales privilégiées. L’offre d’emplacements pour les tentes se réduit considérablement dans tout l’hexagone.

En 2001, 65 % des campings étaient classifiés en 1 et 2 étoiles. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 29 %. A contrario, les établissements de 3 étoiles et plus gagnent toujours du terrain. D’après les données du site camping.info, voici comment sont répartis les campings actuels :

  • 425 campings 1 étoile
  • 1 939 campings 2 étoiles
  • 2 539 campings 3 étoiles
  • 1 171 campings 4 étoiles
  • 221 campings 5 étoiles

En haute saison, le prix moyen d’une nuit pour 2 personnes s’élève à 24,15 €, soit quasiment 170 € la semaine.

Quelles sont les conséquences de la disparition des campings abordables ?

De nombreux Français ayant déjà un budget très serré pour les vacances ne peuvent désormais plus partir. C’est ce que révèle l’étude « Les Français en vacances », menée par l’IFOP pour l’UNAT (Union nationale des associations de tourisme et de plein air) et la fondation Jean Jaurès.

Le Parisien vient d’en dévoiler les résultats dans ses colonnes. En effet, 65 % des Français ont avoué avoir renoncé à leurs vacances faute de moyens et 4 sur 10 à plusieurs reprises. Chez les Gilets jaunes, 61 % ne partent plus en vacances de façon régulière et vivent cela comme une « injustice sociale ».

Pourtant, les vacances nomades attirent encore de nombreux Français pour couper du quotidien. De même, les personnes souhaitant réduire leur empreinte écologique se tournent aussi vers le camping.



Quelles sont les autres options ?

Les options alternatives restent plus limitées. Les retraités ou les personnes sans enfants préfèrent décaler leurs vacances hors saison pour bénéficier de prix moins élevés.

Quant aux couples avec enfants, les choix s’amenuisent encore. Les parents préfèrent alors octroyer leur budget à leurs enfants pour les envoyer en colonie de vacances.

Enfin, pour les foyers les plus en difficulté, les vacances chez les grands-parents sont de plus en plus coutumières.