Passées À venir

Les initiatives pour inciter les jeunes à voter aux élections européennes

Selon l’IFOP, en France, « 74 % des 18-24 ans et 72 % des 25-34 ans » ne sont pas allés voter aux dernières élections européennes. Des associations cherchent des moyens ludiques pour susciter leur intérêt et les inciter à se déplacer dans les isoloirs. Le point dans cet article.
Sommaire

L’abstention est forte au moment des élections européennes, tout particulièrement chez les jeunes de 18 à 34 ans où elle atteint plus de 70 %, et ce dans beaucoup de pays européens. Afin d’intéresser les jeunes à la politique et de les pousser à accomplir leur devoir de citoyen, des associations et partis politiques cherchent de nouveaux moyens, plus modernes, de communiquer et de séduire. Un point sur cette nouvelle tendance.

Les initiatives pour inciter les jeunes à voter aux élections européennes


Les raisons d’une abstention massive chez les jeunes

Selon Frédéric Dabi, le directeur adjoint de l’IFOP, aux dernières élections européennes de 2014, 72 % des jeunes de 18 à 24 ans n’étaient pas allés voter.
En France, ce sont « 74 % des 18-24 ans et 72 % des 25-34 ans » qui s’étaient abstenus. Des chiffres qui collent à la moyenne européenne, prouvant que les jeunes Français ne votent pas moins qu’ailleurs en Europe.

Selon lui, il y a un « problème d’offre : “aucun candidat ou liste ne défend mes idées”, et une logique de vanité : “voter c’est vain, ça ne sert à rien, ces élections ne changeront rien à la société ni à ma situation” », observe-t-il.

Raisons qui sont les mêmes pour Élisa Le Roux, une étudiante en master de science politique qui déclarait récemment à l’AFP : « Je pourrais voter en essayant de me motiver, mais à quoi bon ? »« Si c’est pour encourager ce microcosme politique déconnecté, ça ne vaut pas la peine ».

Les partis politiques et les associations cherchent à motiver les jeunes

Certains partis politiques se sont attelés à rajeunir leur image et ont mis en tête de liste des candidats plus jeunes, qui créent une impression de dynamisme et auxquels cette tranche d’âge peut plus facilement s’identifier. En France, Jordan Bardella, 23 ans, mène la liste du Rassemblement national, François-Xavier Bellamy, 33 ans, celle des Républicains, Manon Aubry, 29 ans, celle de La France Insoumise et Ian Brossat, 38 ans, celle du Parti communiste.

Les associations misent parfois sur des campagnes-chocs. Pour le collectif des Jeunes Européens, qui mènent des actions dans les universités et les lycées, la campagne « React&Vote », qui sera lancée le 17 mars prochain, s’appuiera sur des affichages dans la rue censés « faire réagir les jeunes sur des phrases choquantes, sexistes ou racistes d’eurodéputés ». Ces phrases « aberrantes » seront accompagnées du slogan « Le 26 mai, tu ne laisses pas les autres choisir ton député européen », explique Hervé Moritz son président.

L’association Vote Et Vous, qui fait partie du réseau Vote Match Europe présent dans 14 pays, œuvre pour l’éducation citoyenne et démocratique en France. Elle prévoit de lancer un système interactif, 2 semaines avant les élections, qui s’inspirera de Tinder, une application de rencontres, pour que les votants puissent « trouver un match avec un candidat » en fonction de sa position sur des sujets qui les concernent.
« On soumet des propositions, par exemple “La consommation de cannabis devrait être légale”, ». « L’internaute répond “oui”, “non” ou “ne sait pas”. Puis il découvre de quel parti il se rapproche le plus. Ça permet de découvrir des partis dont on n’a pas entendu parler », a expliqué Coralie Schirru, chargée de mission au sein du collectif. Cette idée, déjà mise en place aux dernières élections de 2014 avait enregistré « 350 000 usagers » en France a-t-elle précisé.

Des dessins animés scénarisés par des jeunes pour des jeunes

L’OFAJ (Office franco-allemand pour la jeunesse) et l’association Européens Sans Frontières travaillent, eux, sur une série de dessins animés de 30 secondes qui seront diffusés sur internet, au cinéma et à la télévision à l’approche des élections.

Aux commandes, neuf Français et Allemands de 20 à 30 ans, qui dans leur campagne appelée « Rock the Vote » aborderont des sujets qui parlent à la jeune génération comme la protection des données sur internet, la protection de l’environnement, ou le système d’échange universitaire Erasmus. « On est des Européens natifs, on s’est retrouvés autour de choses qui nous touchaient tous », a expliqué Camille Turin, l’une des scénaristes.



Les institutions souhaitent montrer l’impact des décisions prises à l’échelle européenne au quotidien

Le Parlement européen a choisi une approche plus pédagogique en détaillant sur son site internet « What Europe does for me » l’impact des décisions prises à l’échelle européenne sur les politiques régionales et dans le quotidien des Européens.

Sur son autre plateforme « Cette fois je vote », il est proposé aux citoyens d’inciter leurs proches à voter. « 15 000 volontaires » se sont déjà engagés à le faire selon Isabelle Coustet, qui dirige le bureau du Parlement européen en France. « C’est mieux quand les jeunes parlent aux jeunes ! », a-t-elle souligné.