Passées À venir
23 Juillet
31 Juillet

Prise en charge des lunettes et prothèses : le gouvernement annonce le « panier zéro reste à charge »

Le « reste à charge zéro » devrait permettre un meilleur remboursement des lunettes, prothèses dentaires ou auditives qui jusqu’à maintenant sont mal prises en charge par la Sécurité sociale. Les discussions avec les 3 secteurs (optique, dentaire, auditif) sont en cours et le gouvernement en annoncera les résultats au mois de juin 2018.
La ministre de la Santé Agnès Buzyn a confirmé ce jeudi 12 avril 2018 que la promesse de campagne d’Emmanuel Macron concernant un meilleur remboursement des lunettes et des prothèses (dentaires et auditives) serait tenue. Le point sur ses déclarations.

Prise en charge des lunettes et prothèses : le gouvernement annonce le « panier zéro reste à charge »

Objectif « panier zéro reste à charge »

« C’était une promesse, nous allons la tenir, avec un calendrier qui va s’étaler le long du quinquennat », a déclaré la ministre.

« On va annoncer au mois de juin le calendrier de mise en œuvre » de cette réforme, pour « que les Français n’aient plus besoin de débourser de l’argent de leur poche pour accéder à des soins absolument indispensables ».

La réforme sera mise en place sur plusieurs années

Mme Buzyn a indiqué que « selon les filières le calendrier va être différent » et que « les premières annonces seront probablement faites sur le secteur dentaire », puisque les négociations sont « bien avancées ».

Les discussions avec les opticiens sont, elles, toujours en cours et « plus compliquée » « parce que la filière (...) s’est organisée avec énormément d’opticiens sur le territoire » et que la réforme « risque de changer les équilibres économiques à terme ». « C’est pour ça que les annonces ne peuvent pas être brutales » et que les changements « vont se faire sur deux, trois ans ».

1 paire de lunettes remboursée tous les 3 ans

La ministre a indiqué qu’une paire de lunettes sera remboursée tous les 3 ans lorsqu’il s’agira de les changer pour « raisons esthétiques », mais que pour les personnes dont la vue baisse, elles pourront avoir plus rapidement accès à une nouvelle paire si c’est pour « raisons médicales ».

La mutualité française s’inquiète du financement de cette réforme

Le président de la Mutualité française, Thierry Beaudet estime que le remboursement intégral de certaines prothèses dentaires va représenter un cout supplémentaire se situant « autour de 300 millions d’euros » pour les mutuelles et les assurances.

Le projet de convention entre les dentistes et l’Assurance maladie devrait couter environ 500 millions d’euros aux complémentaires santé : environ « 300 millions » pour mieux rembourser les prothèses, et « 200 millions » pour augmenter les tarifs de soins estime-t-il. « C’est un effort très important », fait-il remarquer, tout en disant être « en phase » avec « la philosophie de ce qui est proposé ».

Mieux rembourser sans augmenter le tarif des cotisations

C’est l’objectif qui a été annoncé par le gouvernement en début d’année, mais le patron de la mutualité s’en inquiète : « Pour tenir l’objectif que donne la ministre, il va falloir être très attentif au contenu et à la conclusion des discussions sur l’optique et l’audioprothèse », prévient M. Beaudet.

Il « redoute une tentation réglementaire (...) qui tendrait à fixer des prix limites de vente sur l’ensemble de l’optique et de l’audioprothèse ».

Il estime par ailleurs que cette réforme « ne doit pas concerner tous les équipements » et « plaide pour qu’on s’en tienne à des tarifs plafonnés sur les paniers — reste à charge zéro — mais pas au-delà ».

Agnès Buzyn et Thierry Beaudet ont tous deux souligné que les discussions étaient toujours en cours et que la mise en place de la réforme ne se ferait pas brutalement, notamment afin de bien « mesurer l’impact financier (…) pour le sujet particulièrement sensible des cotisations ».