Passées À venir

Retour à l'école à partir du 11 mai : Les premières pistes envisagées

Lors de son audition par la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation de l’Assemblée nationale, le ministre de l’Éducation nationale a évoqué les premières pistes envisagées pour le retour à l’école des enfants à partir du 11 mai. Qu’en est-il ?
Sommaire

La reprise scolaire devrait avoir lieu dès le 11 mai, étalée sur trois semaines et par niveaux de classe. Des règles bien précises encadreront ce retour à l’école. Voici le calendrier envisagé et les mesures évoquées par le ministre de l’Éducation nationale. Décryptage.

Retour à l'école à partir du 11 mai : Les premières pistes envisagées


Des classes restreintes

Lors de son allocution du 13 avril, Emmanuel Macron avait annoncé une date de déconfinement le 11 mai prochain. Il invitait également les enfants à retourner sur les bancs de l’école à cette même date. Afin d’apporter plus de précisions sur le sujet, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a pris la parole ce mardi 21 avril pour dévoiler les premières pistes envisagées.

C’est lors de son audition par la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation de l’Assemblée nationale qu’il s’est expliqué sur les prémices de ce à quoi pourrait ressembler la « rentrée après Covid-19 » en France, tant pour les professeurs que pour les élèves.

Les classes ne seront composées que de 15 élèves maximum. Cela ne concernera pas les classes déjà composées de 15 élèves (CP-CE1 en REP ou milieu rural par exemple) qui feront une « rentrée normale ».

Un retour en classe étalé sur trois semaines

Jean-Michel Blanquer évoque une rentrée par paliers sur 3 semaines, s’articulant ainsi :

  • Dès le 11 mai pour les grandes sections de maternelle, les CP et les CM2
  • Dès le 18 mai pour les 6e, les 3e, les 1res, les terminales et les classes d’ateliers industriels des lycées professionnels
  • À partir du 25 mai, tous les élèves se retrouveront face à leurs professeurs ou instituteurs, mais toujours dans la limite de 15 élèves par classe

Bon à savoir : ce cas de figure ne pourra être mis en place que si la configuration de l’établissement scolaire le permet et/ou si la commune est en mesure de mettre en place tous les gestes barrières nécessaires.

Une poursuite de la scolarité sous 4 formes différentes

Quatre situations seront proposées aux élèves. La reprise pourra alors se faire soit :

  • En demi-groupe en classe
  • En enseignement à distance
  • À l’étude (suivant la configuration de l’établissement)
  • En activité sportive proche de l’établissement (si la commune peut mettre le dispositif en place)

Le ministre de l’Éducation nationale a affirmé qu’il s’agissait d’un axe principal. Cependant, une grande souplesse locale sera accordée. Dans certains endroits, le confinement pourrait même être maintenu selon le ministre.

Un protocole sanitaire très strict sera établi (points d’eau à disposition facilement, fourniture de savon et gel hydroalcoolique…), mais la question du port du masque reste entière. Ce point sera éclairci dans les prochains jours, dès lors que les autorités se seront prononcées sur le sujet. Si les conditions sanitaires ne peuvent être respectées par un établissement scolaire, celui-ci ne rouvrira pas.



Les enfants ne seront pas obligés de retourner en cours

Étant donné les circonstances sanitaires actuelles, les familles auront le choix renvoyer leurs enfants en classe ou non.

Jean-Michel Blanquer insiste toutefois sur le fait qu’aucun « élève ne sera jamais en dehors de l’obligation scolaire ». Si les parents font le choix de ne pas renvoyer leurs enfants à l’école, ils devront assurer la continuité de l’enseignement à distance.

Les vacances d’été 2020 seront différentes

Le ministre de l’Éducation nationale a affirmé que les vacances d’été 2020 seraient quelque peu différentes. En effet, en premier lieu, il souhaiterait que plus d’enfants puissent partir en colonies de vacances. En ce sens, des enquêtes seront menées auprès des élèves eux-mêmes au cours des mois de mai et juin afin de pouvoir mettre des dispositifs en place allant dans ce sens.

De plus, la création d’un label pour permettre aux colonies classiques de bénéficier de financements et d’une nouvelle dynamique est également envisagée. Cela permettrait aux acteurs du tourisme de se « recycler » en colonies d’enfants, de façon à pallier le manque de clientèle qu’ils ressentiront cet été. Néanmoins, les contours sur cette annonce restent encore flous.

Il sera très fortement impossible de se déplacer hors des frontières françaises, mais probablement aussi d’une région à l’autre. Ces séjours en colonies devront alors être limités à la région du lieu de résidence principale en privilégiant les petits groupes.

Jean-Michel Blanquer a par ailleurs évoqué deux dispositifs :

  • le « dispositif à géométrie »
  • le « dispositif-école ouverte »

En effet, les établissements scolaires pourraient rester ouverts tout l’été, c’est-à-dire les mois de juillet et d’août afin d’accueillir les enfants lors d’activités ludiques, culturelles et sportives.