Passées À venir

Revenu universel d'activité, aides ciblées pour les jeunes et les enfants : le plan pauvreté du gouvernement enfin dévoilé

Jeudi 13 septembre 2018, le président de la République Emmanuel Macron a dévoilé son plan Pauvreté dont le budget est estimé à 8 milliards d’euros. Un point sur les principales mesures annoncées au Musée de l’Homme.
Sommaire

Beaucoup attendaient avec impatience l’annonce du Plan Pauvreté du gouvernement, une série de mesures sociales censées lutter plus efficacement contre la précarité en France. Aides ciblées pour les enfants, création d’un revenu de solidarité universel, l’accompagnement des jeunes pour une meilleure insertion sur le marché du travail… Tour d’horizon des principales mesures annoncées par le Président de la République.

 Revenu universel d’activité, aides ciblées pour les jeunes et les enfants : le plan pauvreté du gouvernement enfin dévoilé


La création d’un revenu universel d’activité pour 2020

C’est probablement la mesure du plan pauvreté la plus ambitieuse dévoilée par le Président Macron. Elle a pour objectif la fusion d’un maximum de minima sociaux et de prestations sociales principalement pour en faciliter l’accès à ceux qui peuvent en bénéficier et leur éviter ainsi d’avoir affaire à de multiples administrations.

« Je souhaite créer par une loi en 2020 un revenu universel d’activité qui fusionne le plus grand nombre possible de prestations et dont l’État sera entièrement responsable ». Les bénéficiaires devront en échange s’inscrire dans «un parcours d’insertion» et ne pourront plus «refuser plus de deux offres raisonnables d’emploi ou d’activité».

Il considère qu’actuellement « l’empilement des aides aux finalités variées, du RSA, à la prime d’activité, en passant par les APL (aides au logement) » a conduit à « générer des erreurs, de la confusion » et « l’insupportable discours de l’assistanat »

Les modalités précises du revenu universel d’activité restent toutefois à définir, mais comme l’a précisé Julien Damon qui vient de collaborer à l’écriture d’un rapport sur la lutte contre la pauvreté « Notre système est à bout de souffle, peu réactif par rapport à la situation des personnes. Si on fusionne les prestations, on fusionne aussi l’accompagnement, ce qui est essentiel pour lutter contre la pauvreté ».

Des aides ciblées vers les plus jeunes et leurs familles

Des statistiques récentes montrent qu’en France, 1 enfant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté et que 1 adulte sur 5 n’a pas les moyens de manger à sa faim 3 fois par jour.

Le Président de la République a donc confirmé la mise en place de «petits déjeuners gratuits dans les collèges de REP +» et un accès à la cantine plus universel avec la garantie de repas à 1 euro.

Des aides seront également développées pour la construction de crèches dans les communes les plus pauvres, « en limitant ce qu’elles doivent payer à 10 % du cout de construction de ces structures pour que les habitants de ces communes aient autant de possibilités que les autres de faire garder leurs enfants » a annoncé le président. De plus, dès 2019, «les aides de garde d’enfants seront versées immédiatement, sans avance de frais».

Les PMI seront « profondément transformées pour mieux répondre aux problèmes des familles monoparentales en développant notamment les aides aux démarches et les offres de répit parental» a également promis Emmanuel Macron.

L’obligation de formation pour les jeunes passe de 16 à 18 ans.

« Aucun jeune de moins de 18 ans ne devra se trouver sans solution », ils «devront être soit scolarisés soit en formation soit en emploi» a déclaré le chef de l’État.

Suite au succès de la «Garantie Jeunes», le dispositif d’accompagnement, dont bénéficie actuellement 100 000 d’entre eux, sera généralisé et étendu à 400 000 bénéficiaires de plus dans les années à venir.

«50 millions d’euros seront mobilisés» pour l’Aide à l’Enfance qui aidera les jeunes à trouver un emploi, une formation, un logement… parfois jusqu’à leurs 21 ans et non plus 18 ans comme c’est le cas actuellement.