Passées À venir

Risque nucléaire : Des comprimés d'iode gratuits pour les riverains des centrales

Prévention du risque nucléaire : si vous habitez ou travaillez dans un rayon de 20 km autour d’une centrale nucléaire, vous avez dû recevoir un courrier vous invitant à aller chercher des pastilles d’iode à la pharmacie. Les comprimés sont à prendre en cas d’accident nucléaire lorsque les autorités en donnent l’ordre pour protéger la glande thyroïde de l’iode radioactive. Ce qu’il faut savoir.
Sommaire

Depuis l’accident qui a eu lieu à Fukoshima en 2011, les mesures de prévention du risque nucléaire autour des centrales ont été renforcées. Alors qu’auparavant la distribution de pastilles d’iode n’était destinée qu’aux personnes vivant ou travaillant dans un rayon de 10 km autour d’une des 19 centrales nucléaires françaises, désormais la distribution de pastilles d’iode s’effectue dans un rayon de 20 km. Les personnes concernées ont dû recevoir un courrier les invitant à aller chercher ces pastilles chez le pharmacien. Quel est l’effet des pastilles d’iode sur l’organisme ? Quand doit-on les prendre ? Décryptage.

Risque nucléaire : Des comprimés d’iode gratuits pour les riverains des centrales


2,2 millions d’habitants concernés

Toutes les personnes qui vivent ou travaillent dans un rayon de 20 km de l’une des 19 centrales nucléaires que compte le territoire français sont concernées par la distribution gratuite de pastilles d’iode, indépendamment de leur âge ou de leur état de santé.

Les sites concernés par cette mesure de prévention sont les suivants :

  • Gravelines (Nord)
  • Penly et Paluel (Seine-Maritime)
  • Chooz (Ardennes)
  • Cattenom (Moselle)
  • Nogent-sur-Seine (Aube)
  • Dampierre (Loiret)
  • Saint-Laurent-des-eaux (Loir-et-Cher)
  • Belleville (Rhône)
  • Fessenheim (Haut-Rhin)
  • Civaux (Vienne)
  • Blayais (Gironde)
  • Bugey (Ain)
  • Saint-Alban (Haute-Garonne)
  • Cruas-Meysse (Ardèche)
  • Tricastin (Drôme)
  • Golfech (Tarn-et-Garonne)
  • Chinon (Indre-et-Loire)

Pourquoi distribuer de l’iode aux personnes qui vivent et travaillent à côté des centrales ?

En cas d’accident nucléaire, il est fort probable que de l’iode radioactif se répande dans l’atmosphère. Lorsqu’il est inhalé ou ingéré, cet iode radioactif peut venir se fixer sur la glande thyroïde et favoriser l’apparition de cancers. Une prise préventive d’iode stable (pastilles d’iode) — qui viendra se fixer sur la thyroïde et la saturer — permet de se protéger des effets de l’iode radioactif.

La posologie conseillée pour un adulte est de 2 comprimés d’iode toutes les 12 heures à prendre seulement en cas d’accident nucléaire sur ordre des autorités.

Comment obtenir les pastilles d’iode ?

Une première campagne d’information a eu lieu cet été et les personnes qui habitent ou travaillent dans un rayon de 20 km autour d’une centrale ont dû recevoir un premier courrier les informant des nouvelles dispositions de sécurité.

Un second courrier a été envoyé en septembre avec un bon de retrait. Muni de ce bon de retrait, il est possible de retirer gratuitement une ou des boites de pastilles d’iode à la pharmacie, en fonction du nombre de personnes que compte le foyer.

10 pastilles sont distribuées par personne, y compris bébés et personnes âgées. Les pastilles peuvent se conserver 7 ans après quoi vous devez les retourner à votre pharmacien.



Quand prendre des comprimés d’iode ?

Attention, ces comprimés ne doivent pas être pris sans que les autorités vous le demandent. Il s’agit d’une mesure d’urgence de protection des populations en cas d’accident nucléaire. Ce n’est pas d’un traitement préventif au quotidien.

Si vous deviez en prendre, l’information vous serait donnée par le préfet ou les autorités sanitaires par l’intermédiaire des médias nationaux (chaines de télévisions et stations de radio nationales).

Si vous souhaitez plus d’informations sur cette procédure d’urgence ou sur la conduite à tenir en cas d’accident nucléaire, vous pouvez appeler gratuitement le 0 800 96 00 20 (numéro vert) ou consulter le site distribution-iode.com.