Passées À venir

Scolarité : Quelles sont les nouveautés de la rentrée 2019-2020 ?

La rentrée 2019 s’annonce forte en changements. Entre l’instruction dispensée dès 3 ans, la baisse des effectifs dans les classes, la réforme du Bac, etc. Voici ce qui vous attend pour septembre 2019.
Sommaire

L’éducation nationale ne cesse de se renouveler. Cette rentrée s’annonce donc mouvementée pour les enseignants, mais aussi pour les élèves qui verront quelques changements dans leur scolarité. Explications.

Scolarité : Quelles sont les nouveautés de la rentrée 2019-2020 ?


L’instruction obligatoire dès 3 ans

Jusqu’à aujourd’hui, l’instruction n’était obligatoire qu’à partir de 6 ans. Cela n’est désormais plus le cas, puisque l’obligation d’instruction a été abaissée à 3 ans. Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer souhaitait mettre en place une « école de la confiance » et cela devait passer par une scolarisation des enfants anticipée.

Même si près de 98 % des enfants vont à l’école à cet âge-là et 100 % dès 4 ans, 26 000 élèves seront tout de même concernés par cette mesure dès septembre 2019. Mayotte et la Guyane sont les territoires les plus touchés par cette nouvelle mesure, les enfants y étant souvent scolarisés qu’à partir de 6 ans.

Une obligation d’assiduité

Si jusqu’alors le temps de présence en maternelle pouvait être allégé (temps partiel par exemple), ce sera désormais à l’inspecteur de l’Éducation nationale de donner son aval et non plus à l’établissement fréquenté.

Les jardins d’enfants seront alignés sur les mêmes règles et les enfants suivant les instructions à domicile feront l’objet de contrôles renforcés.

Des recrutements et une hausse du salaire annuel pour les professeurs

2 300 postes devraient être créés dans les écoles primaires.

Jean-Michel Blanquer a également annoncé une hausse du salaire annuel des professeurs de 300 € en moyenne, à compter de 2020.

Parallèlement, le montant de la prime pour les enseignants en REP (Réseau d’éducation prioritaire) passe à 2 000 €, contre 1 000 € actuellement.



Des petits-déjeuners gratuits pour les zones prioritaires

Dans les écoles primaires, 8 académies ont testé les petits-déjeuners gratuits pour lutter contre la pauvreté. En effet, certains enfants ne déjeunaient pas avant la journée d’école, faute de budget familial trop serré.

À la rentrée, toutes les écoles volontaires de l’hexagone pourront donc distribuer des petits-déjeuners de façon gratuite aux enfants. Cela devrait concerner environ 100 000 élèves essentiellement dans les écoles prioritaires REP et REP+ des quartiers « Politique de la Ville », mais également des zones rurales.

Le patriotisme entre en classe

Dorénavant, tous les établissements scolaires français devront orner les murs des classes des drapeaux français et européens, mentionnant également la devise « Liberté, Égalité et Fraternité ».

De plus, les paroles de la Marseillaise doivent également être affichées dans toutes les salles de classe.

Des classes moins chargées dans les quartiers défavorisés

Emmanuel Macron l’avait promis, les classes des quartiers défavorisés seront remaniées. Ainsi, les effectifs des classes de CP et CE1 en REP et REP+ doivent être allégés. Cette mesure devrait aussi être étendue aux classes de grande section en éducation prioritaire. Cela porterait donc le nombre d’élèves à 24 maximum dans les classes de grande section, CP et CE1 d’ici la fin du quinquennat.

Toutefois, dans certains établissements, notamment en Seine–Saint-Denis et dans les quartiers nord de Marseille, l’allègement des effectifs reste très complexe à mettre en place. En effet, le ministre se heurte à des problèmes d’infrastructures, avec trop peu de salles de classe, empêchant un réel dédoublement du nombre des élèves.

Les évaluations plus adaptées

Depuis l’année scolaire 2018-2019, les élèves de CP, CE1 et 6e ont été soumis à des évaluations. Celles-ci avaient pour but de prendre la température quant au niveau des élèves.

La plupart des enseignants ont pointé du doigt ces méthodes, les jugeant inutiles, stressantes pour les élèves et pas réellement exploitables. Le ministre de l’Éducation maintient les évaluations cette année encore, mais adaptera le calendrier pour répondre aux remarques du corps enseignant.

Plus d’élèves handicapés dans les écoles classiques

La rentrée 2019 accueillera 23 500 enfants en situation de handicap supplémentaires dans les établissements conventionnels. En tout, plus de 361 000 enfants handicapés devraient alors faire leur rentrée dans les écoles dites classiques.

Les familles seront mieux accompagnées, des pôles inclusifs d’accompagnements localisés (PIAL) seront mis en place, les contrats des accompagnants (AESH) seront plus pérennes, etc., cela afin de pouvoir recevoir et encadrer les enfants handicapés.

Si cette réforme réjouit la secrétaire d’État aux personnes handicapées, elle inquiète en revanche les syndicats qui déplorent des problèmes de gestion mathématiques des besoins…

La réforme du Bac perdure

Cela fait des années que les divers ministres de l’Éducation nationale souhaitent réformer le baccalauréat. Pourtant, dès juin 2021, seuls 4 épreuves écrites et un grand oral constitueront cet examen.

Toutefois, la transition demandera quelques changements et cette année, les élèves entrant en Première seront les premiers à passer le « nouveau baccalauréat ». Il n’y aura donc plus de séries S, L et ES, elles seront remplacées par des enseignements de spécialités. Il faudra donc désormais choisir entre des enseignements en « humanité », « numérique et sciences informatiques », « mathématiques », « géopolitique », etc.

92 % des lycées publics proposeront les 7 enseignements les plus courants. Si un élève souhaite suivre un enseignement non proposé dans son lycée de secteur, il pourra alors être transféré dans un autre établissement ou avoir l’opportunité de suivre ses cours à distance.

Pour rappel, l’annonce de cette réforme avait engendré des grèves d’enseignants assez importantes. Certains avaient même refusé de corriger leurs copies et de rentrer les notes dans le système.

Stop à la violence

Un plan sur les violences à l’école vient d’être dévoilé. Un « référent violence » sera nommé au sein de chaque académie. De plus, les élèves perturbateurs seront envoyés dans des classes relais ou en internat tremplins, durant 6 mois, et ce, sans autorisation des parents.

Jean-Michel Blanquer propose aussi un contrat de sensibilisation aux parents d’enfants perturbateurs.

Enfin, les « quartiers de reconquête républicaine » verront les abords de leurs établissements scolaires renforcés par les forces de l’ordre.

Les actions écologiques pour sensibiliser les élèves à l’environnement

Il y aura, dès la rentrée 2019, environ 250 000 éco-délégués. Un élu par classe du collège au lycée aura pour but de mettre en place des actions écologiques au quotidien et au sein de chaque classe.

Le ministre de l’Éducation nationale souhaite sensibiliser les enfants à la question de l’écologie et de l’environnement, par le biais des établissements scolaires.