Passées À venir

Comment désigner une personne de confiance pour sa santé ?

Toute personne a la possibilité de désigner une personne dite « de confiance » qui pourra l’accompagner et l’assister dans ses démarches et rendez-vous médicaux lorsqu’elle ne sera plus en mesure de le faire elle-même. Quel est le rôle de cette personne de confiance ? Qui peut être désigné ? Et comme effectuer la désignation ?
Sommaire

Dès lors que sa majorité est atteinte, chaque citoyen français a le droit de déclarer une personne de confiance, choisie dans l’entourage. Cet acte peut être réalisé à tout moment, sans pour autant être malade ou dans le besoin. La personne de confiance pourra être, le cas échéant, amenée à prendre des responsabilités en cas de problèmes, comme assister aux rendez-vous médicaux, dialoguer avec des médecins, etc.

Comment désigner une personne de confiance pour sa santé ?


Quel est le rôle de la personne de confiance ?

La vie réserve souvent son lot de surprises. De ce fait, il est bon de prendre certaines précautions pour se protéger. Désigner une personne de confiance est un acte facile, rapide et permet de solutionner nombre de problématiques en cas d’accident ou de maladie.

Beaucoup pensent à tort que « la personne à prévenir en cas de problème » est aussi la personne dite de confiance. Or il s’agit de deux casquettes totalement différentes. La première est celle que l’on prévient par téléphone lorsqu’il arrive un accident. Quant à la seconde, ses responsabilités sont plus étendues. Elle accompagne la personne qui l’a désignée pour toutes ses démarches administratives et ses entretiens médicaux, si celle-ci n’est plus apte à le faire. De même, elle peut prendre part à certaines décisions médicales si l’état du patient ne lui permet pas de donner son avis.

Bon à savoir : une seule et même personne peut être désignée pour assumer les deux rôles.

Choisir une personne de confiance n’est donc pas un acte anodin. En cas de nécessité, elle sera alors amenée à prendre certaines décisions importantes à la place du principal concerné. Il est bon de pouvoir dialoguer et confier ses directives à cette personne, ainsi, en cas de problématique, elle saura et pourra prendre les bonnes décisions.

Dès lors que la santé d’un citoyen est atteinte au point qu’il ne puisse plus donner son avis personnel, c’est celui de la personne de confiance qui fait foi. Les médecins s’appuient donc sur ses dires pour prendre les décisions qui s’imposent.

À noter qu’il est possible de confier les directives anticipées concernant sa fin de vie à cette personne de confiance.

Quelles sont ses limites d’actions ?

Si la personne de confiance possède des responsabilités étendues, elle ne peut malgré tout pas obtenir le dossier médical de la personne qui l’a désignée (sauf si celle-ci lui a donné procuration au préalable).

De même, certaines informations que le patient ne souhaite pas communiquer peuvent rester confidentielles, même auprès de la personne de confiance. Il existe bien sûr des cas particuliers (patient dont l’état de santé ne permet pas de s’exprimer, etc.).

Lors d’une hospitalisation, la personne de confiance peut donner son avis quant à telle ou telle intervention. Toutefois, la décision finale reviendra toujours au médecin ou aux chirurgiens. Il existe une exception pour la recherche biomédicale. Dans ce cas de figure, l’autorisation sera explicitement demandée à la personne de confiance et sa décision sera considérée comme officielle.

Qui peut devenir une personne de confiance ?

Toute personne peut devenir une personne de confiance, du moment que quelqu’un lui en a attribué le pouvoir. Il peut s’agir d’un membre de la famille (ascendant ou descendant), d’un ami, d’un voisin ou même du médecin traitant au besoin. Bien sûr, celle-ci doit être majeure et consentante.

La personne de confiance peut être désignée à tout moment, même lorsque l’état de santé n’est pas défaillant. La plupart du temps, le nom de la personne de confiance, s’il n’a pas été déclaré en amont, est demandé sur les papiers d’hospitalisation lors d’une admission ou même pendant le séjour à l’hôpital. Pour les personnes âgées, cette information est également demandée lors d’une entrée en EHPAD (Établissement d’hébergement pour personne âgée dépendante).

Bon à savoir : dans le cadre d’une hospitalisation, la désignation de la personne de confiance n’est valable que sur la durée du séjour. Pour prolonger cette responsabilité, il est préférable de l’indiquer par écrit. Toutefois, cette information restera indiquée dans le dossier médical du patient.



Comment désigner une personne de confiance ?

La désignation de la personne de confiance se fait par écrit au moyen du modèle disponible sur Service-Public.fr, le site officiel de l’administration française. Toutefois, une désignation sur papier libre fait tout aussi foi. Mais dans les deux cas, le médecin traitant doit :

  • constater que le patient soit en état de nommer une personne de confiance
  • l’inviter à mandater une personne de confiance lorsque cela devient nécessaire

Pour les personnes sous tutelle, la personne de confiance est nommée avec autorisation du juge (ou du conseil de famille le cas échéant). Dans le cas où elle avait été désignée en amont de la mise sous tutelle, les deux autorités citées précédemment ont le pouvoir de confirmer le choix ou de le révoquer.

Est-il possible de changer de personne de confiance ?

Il est possible d’annuler ou modifier une désignation à tout moment. Pour cela, il suffit de rédiger une nouvelle directive pour changer le nom de la personne précédente.