Passées À venir

Contre visite de contrôle technique dans un autre garage

Peut-on choisir son centre de contrôle technique pour effectuer une contre-visite ou doit-on retourner dans celui où ont été constatées les défaillances ? Dans quel délai doit-on le faire ? Quels sont les documents à présenter ?

Dans le cas où votre véhicule serait « recalé » au contrôle technique, est-il possible de se rendre dans un autre centre pour effectuer la contre-visite après réparation ? Quel est le délai légal pour représenter son véhicule dans un garage agréé ? Que risque le propriétaire d’un véhicule s’il n’effectue pas la contre-visite ?

Contre visite de contrôle technique dans un autre garage



Choisir un autre centre pour la contre-visite

Au moment de présenter votre véhicule au contrôle technique, vous avez le choix parmi l’un des 6 000 centres agréés présents sur le territoire français.

Si lors de ce premier rendez-vous, vous n’étiez pas satisfait du service, vous pouvez librement choisir un autre centre pour effectuer le contrôle technique suivant ou la contre-visite éventuelle.

Vous pouvez obtenir une liste complète des centres auprès des préfectures et sous-préfectures, ainsi que sur le site web de l’OTC (Organisme technique central du contrôle technique des véhicules).

2 mois pour effectuer la contre-visite

Dans le cas où votre voiture ferait état de défaillances majeures conduisant à un avis défavorable au contrôle technique, vous devrez effectuer ou faire effectuer les réparations nécessaires. Pour la contre-visite, adressez-vous au centre de contrôle technique de votre choix : celui qui a effectué le premier contrôle défavorable ou à un autre garage.

Sachez qu’il existe une contrainte de temps. Vous n’aurez qu’un délai de 2 mois à partir du jour du 1er contrôle pour présenter votre véhicule réparé pour vérification. Le non-respect de ce délai vous obligerait à repasser le contrôle technique périodique complet.

Le contrôle technique des véhicules est absolument obligatoire, ainsi que la contre-visite si elle a été jugée nécessaire par un professionnel agréé. Le refus d’y soumettre son véhicule constitue une infraction au Code de la route passible d’une amende forfaitaire de 135 euros, pouvant aller jusqu’à 750 € en cas de majoration. En revanche, il n’est pas prévu de retrait de point sur le permis de conduire du contrevenant.

Documents à présenter au contrôle technique périodique

Le jour du contrôle technique, le conducteur doit se présenter avec la carte grise du véhicule (certificat d’immatriculation). S’il s’agit d’une contre-visite, il devra également présenter l’original du procès-verbal de contrôle technique périodique défavorable.

À l’issue de la contre-visite, le contrôleur établira le procès-verbal de la contre-visite, apposera un timbre où figurera la date de validité du contrôle sur le certificat d’immatriculation et une vignette sur le pare-brise. À noter que c’est le timbre sur la carte grise qui prouve la validité du contrôle technique et non la vignette sur le pare-brise.



Cas d’immobilisation du véhicule par les forces de l’ordre

En cas de contrôle de police, un véhicule dont le contrôle technique n’aurait pas été effectué pourrait être immobilisé immédiatement par les forces de l’ordre. Le conducteur recevrait alors une fiche de circulation provisoire l’autorisant seulement à circuler pour aller passer le contrôle technique.

Dans les cas les plus sérieux, le véhicule pourra être mis en fourrière si le contrôle technique ou les réparations nécessaires n’avaient pas été effectués.