Passées À venir
23 Juillet
31 Juillet

Les bonnes habitudes alimentaires à adopter l'été

Au cours de la période estivale, les habitudes alimentaires des consommateurs évoluent. Pour prévenir les risques d’intoxication alimentaire, les autorités sanitaires lancent une nouvelle édition de la campagne intitulée #EtéSansSouci, dans le cadre de laquelle ils invitent les citoyens à suivre certaines recommandations. Quelles sont-elles ?

Pour permettre à l’ensemble des citoyens de profiter pleinement de leurs vacances d’été, le ministère des Solidarités et de la Santé lance la nouvelle édition de la campagne « Pour un été sans souci ». Dans le cadre de ce dossier thématique, il aborde notamment les bonnes habitudes alimentaires à adopter au cours de la période estivale, et ce, pour limiter au maximum les risques sanitaires. Un point sur les principales recommandations émises.

Les bonnes habitudes alimentaires à adopter l’été

Respecter les bonnes pratiques d’hygiène en cuisine

En cuisine, comme de manière générale, la première règle d’hygiène à respecter est de se laver soigneusement les mains à l’eau savonneuse, pendant une vingtaine de secondes. Pour limiter tout risque d’intoxication alimentaire, cette opération doit être réalisée avant toute manipulation de denrées, avant la conception des repas, mais aussi plusieurs fois au cours de la préparation.

Les autorités sanitaires recommandent aussi de veiller à la propreté de tout ce qui peut entrer en contact des aliments, qu’il s’agisse des ustensiles, des plans de travail ou encore des réfrigérateurs.

Elles rappellent par ailleurs que les différentes catégories d’aliments (viandes, poissons, végétaux...), tout comme les produits crus et les produits cuits, ne doivent pas entrer en contact que ce soit lors de leur préparation ou de leur conservation. Ainsi lors de la conception des repas, les denrées doivent être séparées et manipulées avec des ustensiles distincts ou lavés préalablement. Puis, elles doivent aussi être conservées séparément, dans des récipients adaptés et à bonne température.

Enfin, pour limiter les risques de contamination des aliments, il est conseillé de privilégier les produits frais et de bien nettoyer les fruits et légumes avant de les préparer ou de les consommer.

Ne pas rompre la chaîne du froid

Le respect de la chaîne du froid est primordial. Les aliments réfrigérés doivent impérativement être maintenus à une température assez basse pour garantir leur qualité. Une hausse de la température pourrait en effet entrainer la prolifération de bactéries. En cas de rupture de la chaîne du froid, elle ne doit être ni trop longue, ni trop brusque.

Ainsi au moment des courses, le ministère des Solidarités et de la Santé invite les consommateurs à ne prendre leurs produits surgelés qu’au dernier moment et de les transporter dans des sacs isothermes. Un produit qui aurait par ailleurs été décongelé ne devra pas être recongelé.

Il est également important de respecter scrupuleusement les recommandations figurant sur les emballages des produits (date limite de consommation, date limite d’utilisation optimale, température de conservation).

Pour toute préparation impliquant l’utilisation de produits d’origine animale crus, il est conseillé de les préparer au dernier moment, de les maintenir au frais le temps qu’ils soient servis et de les conserver pendant une durée n’excédant pas 24 heures.

En ce qui concerne les produits non emballés qui n’indiquent aucune date de consommation, ils doivent être conservés au réfrigérateur et consommés dans les 3 jours qui suivent l’achat.

Enfin, à l’occasion d’un pique-nique les denrées doivent impérativement être emballées, stockées dans des récipients adaptés et conservées au frais jusqu’au moment où elles seront consommées (dans des glacières contenant des blocs réfrigérants par exemple).

Dans tous les cas, les plats préparés ne doivent pas être maintenus à température ambiante plus de 2 heures.

Privilégier les viandes et poissons cuits à cœur

Dans le cadre de cette campagne « Pour un été sans souci », les autorités sanitaires rappellent également les risques encourus en cas de consommation de viandes ou de poissons qui ne seraient pas cuits à cœur.

Une vigilance particulière doit par ailleurs être apportée aux personnes âgées, aux enfants, aux femmes enceintes ou encore aux personnes immunodéprimées, qui sont les plus sensibles aux risques d’infection. Il leur est notamment conseillé de ne manger que de la viande et du poisson bien cuit, d’éviter les coquillages et surtout les produits laitiers au lait cru.