Passées À venir

Pêche à pied : Où pêcher et comment ?

La pratique de la pêche à pied est encadrée. Plusieurs règles sont à respecter afin d’éviter les problèmes sanitaires, mais aussi protéger l’environnement.
Sommaire

Les estivants s’adonnent souvent à la pêche aux coquillages et crustacés. Il s’agit d’un loisir fort apprécié par les petits, mais également par les grands. Pour éviter toute déconvenue, il est nécessaire de prendre certaines précautions et de respecter la réglementation en vigueur. Où pêcher ? Comment ? Nous vous expliquons tout.

Pêche à pied : Où pêcher et comment ?


Où pêcher à pied ?

La pêche à pied consiste à ramasser des coquillages et des crustacés. Pour cela, les bords de mer et parfois de rivière sont idéaux.

Si les crustacés ou coquillages sont destinés à être consommés, il est recommandé de vérifier la qualité des zones de ramassage et les résultats des contrôles effectués sur ces lieux de pêche. Cette information est délivrée par les mairies des communes concernées.

À noter que des interdictions de ramassage permanentes ou occasionnelles peuvent être instaurées en fonction de divers événements ou circonstances, renseignez-vous en mairie.

La sécurité est également de mise. Si vous pêchez à pied avec des enfants, veillez à le faire dans des zones surveillées. Celles qui ne le sont pas peuvent être dangereuses tant pour la sécurité (marées) que pour la santé (déversements d’usines, etc.). Les plages privées (personnelles ou professionnelles) ne sont pas ouvertes à la pêche à pied.

Enfin, les plages très fréquentées ne sont pas pour autant gages de qualité. En effet, même si tous les indicateurs de baignade sont favorables, les coquillages et crustacés ne sont pas nécessairement bons à la consommation. L’idéal est de s’éloigner des côtes, tout en restant prudent face aux phénomènes de marées.

Bon à savoir : il n’est pas recommandé de pêcher les lendemains de fortes pluies, car les coquillages sont souvent de mauvaise qualité.

Comment pêcher à pied ?

La pêche à pied ne doit pas nuire à la faune ni la flore aquatique. En ce sens, il est recommandé de ne sélectionner que les gros spécimens et de relâcher les plus petits.

Il existe des quantités maximales de pêche à respecter, ainsi que des tailles de captures. Pour connaître les quotas, rapprochez-vous de la DIRM (Direction interrégionale de la mer) de votre lieu de vacances (ou résidence).

Respectez toujours l’environnement. En d’autres termes, si vous retournez des cailloux ou rochers pour trouver des coquillages ou pister un crabe, veillez à les remettre en place, afin de ne pas perturber l’écosystème établi.

L’outillage de pêche est également soumis à certaines règles. Pelles, fourches et tamis sont par exemple interdits. Seuls les couteaux et les grattes à main sont autorisés pour les coquillages.

Côté sécurité, la marée reste le plus grand danger avec le soleil. Les rochers sont aussi glissants et coupants : des bottes ou sandales en plastique sont de rigueur. Enfin, soyez équipé en cas de pluies ou de fraîcheurs soudaines.

Bon à savoir : ne ramassez jamais un coquillage ou un crustacé échoué. Préférez les espèces vivantes, ensablées ou immergées.

Comment conserver sa pêche ?

Quelques règles doivent être respectées pour éviter l’intoxication alimentaire :

  • les coquillages et crustacés doivent être conservés dans de l’eau de mer le temps de la pêche et celle-ci doit être renouvelée régulièrement pour éviter la prolifération des micro-organismes
  • au retour de la pêche, le butin doit être conservé au frais (environ 10 °C) et dans un panier humide plutôt que dans de l’eau
  • les coquillages doivent rester vivants jusqu’à la préparation culinaire ; les spécimens morts seront à évincer
  • les coquillages se consommant crus doivent être dégustés le jour même

Bon à savoir : le butin d’une pêche à pied ne se conserve jamais plus de 24 heures. Consommer les coquillages et crustacés rapidement permet de profiter au mieux de leurs qualités nutritionnelles et gustatives. Les toxines de phytoplancton et les métaux lourds ne se détruisent jamais, même après cuisson !



Qui contacter pour obtenir plus d’informations ?

En plus des mairies et de la DIRM, l’ARS (Agence régionale de santé) ou l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) apportent des informations sur divers sujets liés à la pêche à pied. Les pharmacies ou les médecins peuvent aussi être consultés en cas de problème sanitaire suite à une intoxication alimentaire.