Passées À venir

Raccordement fibre optique : Comment savoir si son logement est éligible ?

Afin de savoir si votre logement ou votre local professionnel peut être raccordé au réseau de la fibre optique, vous pouvez consulter dès à présent la carte des déploiements fibre en France créée par l’ARCEP. Le point dans cet article.
Sommaire

En France, la fibre optique connaît un véritable succès chez les particuliers comme chez les entreprises. Cette nouvelle technologie permet de profiter d’une connexion internet ultra rapide et de télécharger des fichiers à la vitesse de la lumière. De plus en plus de Français désirent installer la fibre dans leur domicile ou local professionnel pour jouir pleinement de ses nombreux avantages et satisfaire leurs besoins croissants en débits et en services.

Afin de vérifier l’éligibilité de votre logement à la fibre optique, l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) met à votre disposition une carte des déploiements fibre en France. Cet outil performant vous permet de visualiser instantanément votre immeuble et de suivre avec précision l’avancée des déploiements FTTH (« Fiber to the Home » en anglais, ce qui signifie « Fibre optique jusqu’au domicile »).

Raccordement fibre optique : Comment savoir si son logement est éligible ?


Qu’est-ce que la fibre optique ?

La fibre optique est actuellement la technologie la plus performante en matière d’accès à internet. Elle permet de transférer une multitude de données à grande vitesse sur des centaines voire des milliers de kilomètres via la lumière. Ce signal lumineux transite par un câble qui contient des fils de verre ou de plastique plus fins qu’un cheveu.

Le développement de cette nouvelle technologie est un processus relativement long, car il faut « fibrer » de nouveau l’ensemble du territoire national, de la même manière que le réseau cuivre avait été développé en France. À titre de comparaison, l’ADSL — technologie la plus répandue en France pour bénéficier de l’internet à haut débit — n’avait pas besoin d’un nouveau réseau télécom pour se développer, car elle utilise les mêmes fils en cuivre que le téléphone.

Pour déployer la fibre optique, il est donc nécessaire de créer un nouveau réseau totalement indépendant, ce qui implique qu’il ne dépend ni du réseau téléphonique ni du câble. Ensuite, les opérateurs doivent déployer la fibre jusque dans les logements des utilisateurs, c’est ce que l’on appelle les réseaux de fibre optique FTTH. Pour cela, ils utilisent les infrastructures souterraines qui existent entre le NRO (Nœud de raccordement optique) et le PM (Point de mutualisation).

En parallèle, une assemblée générale des copropriétaires doit choisir un opérateur d’immeuble afin de prendre en charge le déploiement de la fibre optique dans chacun des immeubles, du PM jusqu’aux paliers d’étage. Pour info, c’est le point de mutualisation qui permet de raccorder un immeuble au réseau très haut débit.

Il est important de préciser que, selon la loi, l’opérateur d’immeuble sélectionné doit obligatoirement respecter des conditions de déploiement qui garantissent un accès ouvert à tous les opérateurs. De cette manière, le client final est libre de choisir son propre opérateur et son choix peut être différent de celui de la copropriété.

Quels sont les opérateurs qui déploient la fibre optique en France ?

Dans les zones très denses (106 communes) et les zones moyennement denses sur fonds propres, également appelées zone AMII (Appel à manifestation d’intention d’investissement), ce sont les opérateurs privés - Orange, Free, SFR et Bouygues Télécom - qui déploient la fibre optique. Selon les données d’Ariase recueillies au 18 décembre 2019, 4 313 villes françaises étaient fibrées par Orange, 4 047 par Free, 3 747 par SFR et 3 331 par Bouygues Telecom.

Concernant les zones moins denses, la fibre optique est déployée par des opérateurs tels que : Altitude Infrastructure, Axione, Covage ou encore TDF. Ces derniers travaillent pour les collectivités territoriales. Actuellement, il existe une soixantaine de RIP (Réseaux d’initiative publique).

Par exemple, l’opérateur Altitude Infrastructure déploie la fibre dans les départements du Bas-Rhin (67) et du Haut-Rhin (68), du Doubs (25), de la Manche (50) ou encore des Pyrénées orientales (66). De son côté, Axione s’occupe de l’Ardèche (07), de la Drôme (26), de l’Aisne (02), du Cher (18) ou de l’Indre (36). Le déploiement de la fibre dans les Hauts-de-Seine (92), le Calvados (14) et la Somme (80) est géré par Covage, alors que l’Indre-et-Loire (37), le Loir-et-Cher (41), les Yvelines (78) et le Val-d’Oise (95) sont gérés par TDF.

Pour les plus de 2 millions de foyers situés en zone moins dense qui veulent bénéficier de l’internet très haut débit (au moins 30 Mbit/s de débit), ils peuvent également faire appel à des fournisseurs d’accès alternatifs comme Coriolis, K-Net, Nordnet, Ozone ou encore Videofutur.

La fibre optique connaît une véritable expansion en France

Selon une enquête réalisée par l’ARCEP sur le marché du haut et très haut débit à fin septembre 2019, le déploiement de la fibre optique et le nombre d’abonnements connaissent une croissance fulgurante et constante. Et cet essor n’est qu’à ses débuts.

En France, le nombre d’abonnements à très haut débit ne cesse de progresser et atteint le chiffre record de 10,6 millions en 2019, soit 2,3 millions d’abonnements supplémentaires enregistrés en un an.

Au 30 septembre 2019, 8 000 communes françaises disposaient de la fibre optique. 16,7 millions de logements étaient éligibles à la fibre grâce au réseau FTTH. Ce chiffre représente une hausse de 34 % par rapport à 2018.

Dans le cadre de son « Plan France Très Haut Débit » lancé en 2013, le gouvernement s’est mis pour objectif de couvrir l’intégralité du territoire national en très haut débit d’ici 2022 afin que chaque citoyen puisse bénéficier d’un accès à un internet performant. Lors d’un point presse qui a eu lieu à l’Université d’été du THD (Très haut débit) les 17 et 18 septembre 2019 à Marcq-en-Barœul, Étienne Dugas, le président d’InfraNum — la Fédération des Entreprises Partenaires des Territoires Connectés — a déclaré que « Nous sommes aujourd’hui assurés de dépasser la livraison de 4 millions de nouvelles prises en fibre optique en 2019. Cela signifie que nous sommes également certains d’atteindre l’objectif de 80 % de Français éligibles à la fibre optique en 2022 ».



Consulter la carte de déploiement de la fibre optique

Pour savoir si votre logement ou votre local professionnel peut être raccordé au réseau de la fibre optique, n’hésitez pas à consulter la carte des déploiements fibre, proposée par l’ARCEP, et zoomer sur la localisation de votre bien immobilier.

Cette carte dispose d’un mode de vue « normal » et surtout d’un mode « avancé » (disponible en bas à droite de l’écran). Cette option vous permet de regarder la carte des déploiements fibre d’une manière différente :

  • la « vue des départements »
  • la « vue des communes »
  • la « vue des zones arrière de PM » : l’ARCEP précise que ce mode avancé permet de distinguer « le territoire dont les locaux ont vocation à être desservis par le réseau situé en aval d’un point de mutualisation donné »
  • la « vue zone réglementaire » : selon l’ARCEP, ce type de vue permet de visualiser les « communes des zones très denses, en distinguant les poches de basse densité du reste des zones très denses »
  • la « vue prévisionnelle » quant à elle, permet de savoir le délai de raccordement à la fibre optique dans votre commune

Il est important de préciser que la carte de l’ARCEP est régulièrement mise à jour. La dernière actualisation date du 28 novembre 2019 et la prochaine aura lieu le 27 février 2020.