Passées À venir

Ski alpinisme : comment préparer une randonnée à ski ?

La montagne et ces paysages immaculés invitent les plus sportifs d’entre nous à essayer des sports hors piste comme la randonnée à ski. Comme pour chaque sport de montagne, certaines consignes sont à respecter pour assurer votre sécurité et celle des autres.

Le ski alpinisme, également appelé ski de randonnée, ski de montagne ou ski de printemps, est une activité qui se développe dans les stations de ski. Comme pour les randos en raquettes, des consignes de sécurité concernant les pratiques hors pistes s’appliquent. Voici quelques conseils pour bien préparer votre randonnée à ski.

Ski alpinisme : comment préparer une randonnée à ski ?



Si vous êtes débutant en ski de randonnée

Certaines stations de ski possèdent maintenant des pistes balisées dédiées à la randonnée à ski. Pour débuter, c’est une bonne option.

Si c’est justement la découverte de la montagne « hors des sentiers battus » qui vous intéresse, il est fortement conseillé d’être accompagné par un moniteur ou un guide qui vous expliquera comment choisir votre matériel et vous guidera le long d’un itinéraire.

Le matériel de la randonnée à ski

Pour le ski de randonnée, le matériel est différent du ski alpin. Si vous n’y connaissez rien, un professionnel dans un magasin de location sera à même de vous aiguiller pour choisir les skis, les bâtons et les chaussures les plus adaptées.

Une des différences majeures est la taille des skis : les skis très larges sont parfaits pour glisser sur la neige poudreuse, lors des grandes descentes et des petites montées. À contrario, des skis beaucoup plus fins et plus légers seront plus polyvalents et se révèleront d’une grande utilité pour les grandes montées « à peau de phoque » dans la montagne. Il existe aussi différents types de bâtons, plus ou moins légers, plus ou moins réglables...

Enfin les chaussures adaptées au ski alpinisme doivent comporter deux réglages : montée et descente. Une paire de « peaux de phoque » seront aussi nécessaires à enfiler sous les skis pour les montées.

Les vêtements

Se vêtir en « oignon », avec des vêtements que l’on peut enlever et remettre facilement est très important. Il fait chaud dans les montées, il faut se recouvrir lorsqu’on fait une pause et souvent enlever de nouveau une couche lors de la descente.

Dans la mesure du possible, évitez de transpirer de trop, découvrez-vous un peu pendant l’effort, l’humidité dans les vêtements pouvant favoriser le risque d’hypothermie. Prévoyez un t-shirt de rechange sec si besoin.

Gants, bonnet, blouson, écharpe. Soyez conscients que le temps peut changer rapidement, emportez un sac à dos avec des vêtements pour vous couvrir en cas de besoin.



Le soleil peut être très dangereux

Une sortie sous un grand ciel bleu, c’est l’idéal. Mais attention au soleil ! Le risque de coups de soleil aggravés qui se transforment parfois en brulure est souvent sous-estimé. Il faut savoir également que la proportion d’ultraviolets augmente de 10 % tous les 1 000 m, et que la réverbération des rayons sur la neige peut atteindre 85 %. Les risques de brulure sont alors très élevés. La crème solaire avec un indice de protection élevé est indispensable.

Vous devez également porter des lunettes de soleil de catégorie 4 qui protègent réellement vos yeux pour ne pas risquer une ophtalmie des neiges, qui est une brulure superficielle de la surface oculaire due à une surexposition aux ultraviolets.

Vérifiez que vos lunettes de soleil sont adaptées au soleil de montagne. L’ophtalmie des neiges se déclare quelques minutes ou quelques heures après l’exposition trop forte au soleil et peut s’avérer très douloureuse en fonction de la gravité de la brulure. Elle crée une sensibilité à la lumière qui peut empêcher la personne atteinte d’ouvrir les yeux ou lui donner l’impression d’avoir constamment quelque chose dans l’œil.

Si vous souhaitez partir seul ou emmener un groupe

Si vous souhaitez partir seul, il est indispensable d’avoir sur vous une boussole, une carte et un altimètre pour pouvoir vous orienter et suivre votre itinéraire. Si vous ne savez pas vous servir de ces outils, vous mettez votre vie en danger et celle des personnes qui vous accompagne. Une randonnée à ski se prépare, car une sortie hors piste en pleine montagne n’est pas anodine et sans risque.

Préparez votre parcours, envisagez un itinéraire « plan B » en cas d’imprévu, vérifiez les conditions météo et les risques d’avalanche. Faites en sorte de prévoir assez de temps pour pouvoir rentrer avant la nuit.

L’équipement de secours recommandé

Veillez à sortir équipé d’une trousse de secours, d’un gilet fluo qui permettra de vous voir plus facilement sur la neige en cas d’intervention des secours.

Il est aussi recommandé d’être équipé d’un détecteur de victime en avalanche (DVA), appareil émetteur-récepteur qui doit être porté sous la couche vestimentaire extérieure. Il est essentiel de vérifier que votre DVA fonctionne bien avant toute sortie et de savoir l’utiliser.

Portez également sur vous, au minimum, un réflecteur passif. C’est un mini transpondeur incassable, parfois intégré au matériel de ski qui fonctionne en permanence et ne nécessite aucune formation préalable. Vous en trouverez dans les magasins de sport.

Munissez-vous également d’une pelle à neige et d’une sonde qui vous permettront de vous libérer d’une avalanche ou pourrait vous permettre de dégager quelqu’un pris dans la neige. Au bout de seulement quinze à vingt minutes d’ensevelissement sous la neige, les chances de survie sont considérablement réduites.

Soyez prudents !