Passées À venir

Voyager avec un animal domestique

Mon animal de compagnie peut-il voyager partout dans le monde ? Doit-il pour cela détenir des documents particuliers ? Quelles sont les formalités à effectuer avant de prendre l’avion ou le bateau avec lui ?
Sommaire

Envie de quitter le territoire avec votre fidèle compagnon ? Attention, une préparation s’impose. En effet, tout comme vous, votre animal de compagnie a besoin de quelques papiers d’identité pour braver les frontières librement. Quels sont les documents à fournir pour que votre animal puisse voyager ? Quelles sont les précautions à prendre ? Existe-t-il des restrictions dans certains pays ? Comment procéder ? Explications.

Voyager avec un animal domestique


Doit-on fournir des papiers pour faire voyager son animal de compagnie ?

En premier lieu, votre animal doit être identifié. Lorsque cela a été fait avant le 3 juillet 2011, le tatouage suffit à condition de pouvoir justifier de cette date. Pour les identifications faites après cette date, la puce électronique (autrement appelée transpondeur ou micro-puce) est obligatoire.

    De plus, il est nécessaire de demander à votre vétérinaire un passeport européen pour tous les chiens, chats et furets circulant dans les pays membres de la Communauté européenne, l’Andorre, l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, San-Marin, la Suisse et le Vatican. Si vous voyagez vers un département d’outre-mer sans escale dans un pays de l’UE, le passeport européen n’est pas toujours exigé. En dehors de l’Union européenne non plus.

    Par ailleurs, il faut aussi prévoir de vous rapprocher du service vétérinaire de la DDCSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) afin qu’elle procède au contrôle du certificat de vaccination antirabique et du certificat sanitaire international.

    Pour le reste des papiers exigés, chaque pays applique des règles sanitaires propres à sa biodiversité, il est donc conseillé de se renseigner auprès des ambassades du pays concerné.

    Bon à savoir : Un permis d’importation peut également vous être demandé. Il est délivré par le directeur des services vétérinaires du pays de départ.

    Quelles sont les précautions à prendre pour la santé de mon animal ?

    Pour un voyage, dans l’Union européenne ou non, votre animal de compagnie doit être à jour dans ses vaccins, notamment le vaccin antirabique (rage), et doit être vermifugé. Les pays exigeants le vermifuge pour les chiens, exigent généralement que le vaccin soit effectué dans les 5 jours précédant le départ (120 heures), mais au moins 24 heures avant d’entrer dans le pays.

      Pour un voyage hors UE, vous devrez vous procurer un certificat international de bonne santé délivré durant la semaine précédant le départ (et une attestation de bonne santé pour les rongeurs, reptiles, poissons et amphibiens).

      Lors du transport, le contrôle des documents est effectué soit :

      • par les douanes si vous transportez jusqu’à 5 animaux
      • par les services vétérinaires si vous en transportez plus

      Les restrictions d’animaux par pays

      Les pitbulls, dogues argentins, tosas, fila brazilero et autres chiens dits de « combats » sont interdits dans certains pays parmi lesquels on peut citer le Royaume-Uni, la Suède, Malte, la Norvège, le Danemark, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, la République-Tchèque, la Slovénie, la Thaïlande (pitbulls uniquement), l’Australie, la Nouvelle-Zélande.

      D’autres imposent une quarantaine à l’arrivée. Il s’agit principalement du Japon, de l’Australie, des Seychelles, du Mexique (quarantaine à domicile avec contrôle d’un vétérinaire), de la Nouvelle-Calédonie et de la Nouvelle-Zélande. Les frais de quarantaine sont généralement à la charge du propriétaire de l’animal, et peuvent aller de 24 heures à 6 mois en fonction du pays d’origine et d’arrivée.

      De plus, certaines zones imposent d’autres exigences :

      • Royaume-Uni : un certificat Pet Travel Scheme délivré par votre vétérinaire est exigé
      • Islande : l’introduction d’animaux est interdite, sauf autorisation exceptionnelle des services vétérinaires, impliquant une mise en quarantaine de l’animal pendant 2 mois
      • Autriche : seuls deux animaux par voyageurs sont autorisés
      • Danemark : les animaux de moins de trois mois sont soumis à l’obligation d’être identifiés (règle valable aussi pour la Suède)
      • Îles Féroé : les animaux sont interdits sauf autorisation exceptionnelle
      • Seychelles : les animaux sont acceptés pour les séjours de plus de 6 mois, et l’introduction d’oiseaux est strictement interdite
      • Nouvelle-Calédonie et Nouvelle-Zélande : les animaux de 9 mois ou moins sont interdits
      • Australie : les animaux de moins de 6 mois sont interdits
      • Japon : une déclaration d’importation est à effectuer 40 jours avant la date d’entrée dans le pays
      • Estonie, Hongrie, Lettonie, Pologne et Slovaquie : l’animal doit être âgé d’au moins dix semaines
      • Inde : vous devez obtenir auprès des services de quarantaine (douanes) de la ville indienne dans laquelle vous allez séjourner un NOC (Non objection certificate)

      Notez que cette liste n’est pas exhaustive, il est donc conseillé de se renseigner auprès de l’ambassade ou du consulat du pays concerné

      Quelles sont les sanctions possibles ?

      En France, le non-respect des règles sanitaires est considéré comme un délit de douane. Il est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 15 000 € et 3 ans d’emprisonnement.

        L’importation ou l’introduction de chiens appartenant à la première catégorie sur tout le territoire français (départements d’outre-mer compris) est interdite, et punie d’une amende pouvant atteindre 15 000 € et de 6 mois de détention.

        De plus, le fait d’apporter une épizootie (épidémie touchant les animaux d’un même secteur) chez les crustacés et mollusques, ainsi que les insectes et vertébrés domestiques ou sauvages, volontairement ou non, est passible d’une amende de 15 000 € et de 2 ans de prison.

        Si lors d’un contrôle à l’arrivée du pays votre animal ne respecte pas les conditions sanitaires ou administratives requises pour le pays, les services de contrôle peuvent vous forcer à réexpédier votre animal dans son pays d’origine ou le placer en quarantaine pour une durée indéterminée à vos frais. Le droit à l’euthanasie de l’animal leur est également accordé.