Passées À venir

3,6 millions de Français ne partent pas en vacances, faute de moyens

57,2 % des travailleurs français gagnant moins de 60 % du revenu médian ne peuvent pas s’offrir de vacances.
Sommaire

Selon une étude de la CES (Confédération européenne des syndicats), 3,6 millions de Français ne peuvent pas s’offrir de vacances en raison d’un revenu trop faible. L’organisation estime qu’en Europe, 35 millions de personnes seraient dans cette situation.

3,6 millions de Français ne partent pas en vacances, faute de moyens

59,5 % des Européens avec un faible revenu ne peuvent pas partir

Pour calculer ces chiffres, la Confédération européenne des syndicats s’est appuyée sur les données d’Eurostat. Si l’on regarde plus en détail, 59,5 % des Européens qui ont un revenu inférieur à 60 % du revenu médian n’ont pas les moyens de partir se ressourcer une semaine loin de chez eux.

Pour rappel, le revenu médian est un revenu qui permet de séparer les travailleurs en deux groupes comportant le même nombre de personnes. Autrement dit, 50 % gagnent plus et 50 % touchent moins que le revenu médian. S’il diffère en fonction des pays, en France, il est de 1 940 euros net mensuels pour les salariés du secteur privé, selon l’Insee.

C’est en Grèce où la proportion de personnes menacées de pauvreté qui ne peut pas se payer de vacances est la plus importante : 88,9 %, devant la Roumanie (86,8 %) et la Croatie (84,7 %). En France, ils sont 57,2 %.

Les Finlandais les moins bien payés sont, de leur côté, les mieux lotis. Ils sont « seulement » 30 % à ne pas pouvoir voyager. Suivent : les Luxembourgeois (30,8 %) et les Danois (31,7 %).

Et si l’on observe le nombre de travailleurs pauvres à ne pas pouvoir s’offrir de vacances, c’est en Italie qu’ils sont le plus nombreux : plus de 7 millions. Puis, on retrouve l’Espagne (plus de 4,7 millions) et l’Allemagne (plus de 4,3 millions).

Vacances : des inégalités salariales

Par ailleurs, selon la CES et l’Institut syndical européen, les inégalités entre les travailleurs avec un salaire inférieur à 60 % du revenu médian et ceux qui touchent plus de 60 % du revenu médian ont augmenté dans 16 pays européens au cours de la dernière décennie.

Par exemple, en Roumanie, 46,7 % des personnes qui perçoivent un salaire supérieur à 60 % du revenu médian ne peuvent pas partir en vacances contre 86,8 % pour ceux qui touchent un revenu inférieur à ce seuil. Ainsi, l’écart est de 40,1 points de pourcentage, alors qu’il était en 2010 de 17,1 points.

En France, cette différence n’a pas trop évolué. Ainsi, selon les données établies en 2019-2020, 16,8 % des habitants parmi les revenus les plus élevés ne peuvent pas partir en vacances. L’écart entre ces derniers et ceux percevant de faibles revenus est de 40,4 points de pourcentage. En 2010, il était de 38,8 points.

Notons que la Confédération européenne des syndicats souhaite introduire dans la législation européenne un « seuil de décence » qui permettrait de garantir que le salaire minimum ne puisse pas être inférieur à 50 % du salaire moyen et à 60 % du salaire médian. Selon la CES, 24 millions de travailleurs pourraient ainsi être augmentés.