Passées À venir

Covid : pourquoi les professeurs ont prévu de faire grève le 13 janvier ?

Un appel à la grève national a été lancé par les syndicats. Quelles sont leurs revendications ? On fait le point.
Sommaire

L’épuisement. C’est sans doute le mot qui ressort le plus de la bouche des professeurs, infirmières et des inspecteurs de l’Éducation nationale. Alors pour exprimer leur « ras-le-bol », 11 syndicats ont appelé à la grève ce jeudi 13 janvier 2022.

Covid : pourquoi les professeurs ont prévu de faire grève le 13 janvier ?

Pourquoi cette grève ?

Ce vendredi 7 janvier, 7 syndicats du secteur ont publié un communiqué afin de « réclamer une autre gestion de l’épidémie ». Notons qu’ils ont depuis été rejoints par un syndicat d’infirmières, un syndicat d’inspecteurs de l’Éducation nationale, par la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) ainsi que 4 syndicats du secteur privé.

Des masques FFP2 parmi les revendications

Et parmi leurs principales revendications, ils réclament une meilleure protection. Car si l’exécutif a annoncé la distribution de masques chirurgicaux d’ici la fin du mois, les syndicats déplorent une « arrivée tardive ». De son côté, les infirmières du Snies Unsa demandent des masques FFP2. Par ailleurs, le Snes-FSU regrette que « les surveillants des collèges et des lycées » n’aient pas accès à ce matériel de protection.

En plus des masques, plusieurs organisations syndicales souhaitent que des capteurs de CO2 soient installés dans les classes et dans les cantines afin d’évaluer la qualité de l’air. Et si Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, a rappelé sur France 2 que c’était aux communes d’acheter ce type d’appareil, Sud-Education veut que les capteurs soient désormais payés par l’État.

Certains syndicats souhaitent changer le protocole sanitaire dans les écoles

Le protocole sanitaire dans les écoles a été assoupli. Désormais, lorsqu’un cas positif est déclaré dans une classe, les élèves de moins de 12 ans et ceux de plus de 12 ans qui justifient d’une vaccination complète devront faire 3 autotests pour continuer à aller en classe. Les plus de 12 ans non-vaccinés devront quant à eux s’isoler durant 7 jours.

De plus, les parents pourront attendre la fin de la journée pour venir chercher leur enfant s’il est cas contact. Pour mémoire, dans le précédent protocole sanitaire, les parents concernés devaient récupérer leur enfant tout de suite.

Et si certains syndicats estiment qu’il s’agit d’un « petit mieux », d’autres souhaitent revenir à la fermeture totale de la classe dès le premier cas positif, aux tests salivaires chaque semaine et à l’isolement des cas contacts au sein d’une même famille.


Et d’autres veulent augmenter le nombre de remplaçants

Selon le ministère de l’Éducation nationale, en date du 6 janvier 2022, 5 631 personnels éducatifs étaient absents, car ils avaient été testés positifs. « Il faut enfin élargir le vivier de remplaçant·es pour pallier les absences en abondant et recrutant les listes complémentaires ainsi qu’en recrutant des titulaires via un collectif budgétaire », précise dans son communiqué Snuipp-FSU.

Le report du bac fait aussi partie des revendications

Enfin, le Snes-Fsu souhaite que les épreuves de spécialités du bac qui auront lieu en mars soient reportées au mois de juin. « Comment penser que les épreuves du bac puissent être préparées sereinement ? », se demande le syndicat dans un communiqué.

Quelle est la position du gouvernement ?

Selon le gouvernement, 10 453 classes étaient fermées ce lundi 10 janvier 2022. « C’est beaucoup et en même temps, c’est 2 % », a précisé Jean Castex au 20 h de France 2.

De son côté, Emmanuel Macron, en déplacement dans les Alpes-Maritimes ce lundi 10 janvier 2022, a reconnu que la situation était « très difficile pour tout le monde ».

Notons également que Gabriel Attal avait dit sur BFM TV ce dimanche 9 janvier 2022 « comprendre qu’il y ait une fatigue ». « Nous assumons de laisser les écoles ouvertes le plus possible et c’est un choix que nous avons fait dès le début de cette crise », a rappelé le porte-parole du gouvernement ce mardi 11 janvier 2022 sur Europe 1.