Passées À venir

Déconfinement : les annonces et le calendrier

Le Premier ministre Édouard Philippe s’est exprimé mardi 28 avril devant l’Assemblée nationale et a exposé les grandes lignes de son plan de déconfinement. Quelles mesures ont été annoncées dans le cadre du déconfinement progressif qui devrait avoir lieu à partir du 11 mai ? Le point dans cet article.
Sommaire

Hier après-midi, le Premier ministre a annoncé les premières mesures qui permettront, selon lui, d’assurer un déconfinement dont les mots d’ordre seront « protéger, tester, isoler ». Reprise de l’école, du travail, ouverture des commerces, déplacements, transports, sorties, mesures barrières nécessaires pour éviter une « seconde vague » de malades, etc. Le point sur les annonces et le calendrier prévu.

Déconfinement : les annonces et le calendrier


Un déconfinement « progressif »

Le Premier ministre l’a clairement expliqué. Il ne faut pas s’attendre à un retour « à la vie normale »dès le 11 mai. Même si le nombre de malades en soins intensifs baisse, le Covid-19 reste actif et contagieux et il n’existe pas encore de traitement ni de vaccin. La plus grande vigilance et d’importantes mesures de protection restent donc nécessaires pour garantir la protection de la population. Pour Édouard Philippe, la priorité sera donc de « protéger, tester, isoler » pour éviter une deuxième vague de malades. « Nous allons devoir vivre avec le virus, […] ce n’est pas réjouissant, mais c’est un fait », a-t-il déclaré.

Il a aussi préparé la population à un éventuel report du déconfinement : « Je le dis aux Français : si les indicateurs ne sont pas aux rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai, ou nous le ferons plus strictement ». Il pourrait aussi y avoir des formes de déconfinement plus ou moins souples selon les territoires. Le Premier ministre a parlé de départements « verts » ou « rouges » qui seront connus le 7 mai et qui seront catégorisés en fonction des « capacités hospitalières », mais aussi de la mise en place de tests ou de la circulation du virus.

Port du masque : obligatoire ou non ?

Question qui fait grandement débat depuis des semaines, le port du masque va-t-il être obligatoire à partir du 11 mai ? Le ministre a d’abord rappelé les efforts faits pour produire des masques en France et en commander en masse.

Le but est désormais de pouvoir en équiper la population au maximum pour qu’à partir du déconfinement, « le port du masque dans certaines situations » soit obligatoire, comme dans les transports publics.

Il a aussi assuré qu’« il y aurait assez de masques dans le pays pour faire face aux besoins à partir du 11 mai ». En effet, les pharmacies sont de nouveau autorisées à vendre des masques et les buralistes pourront aussi en commercialiser dès le 30 avril. La secrétaire d’État à l’Économie, Agnès Pannier-Runacher, a également annoncé la vente de masques au sein de certaines grandes enseignes de la grande distribution à partir du 4 mai, et dans toutes les enseignes, à compter du 11 mai.

Éducation

En ce qui concerne la réouverture des établissements scolaires, certaines écoles maternelles et primaires rouvriront dès le 11 mai, mais sur la base du volontariat. Les enfants n’auront pas à porter de masques et des mesures sanitaires seront mises en place.

Même chose pour les crèches qui ne pourront accueillir que des groupes de 10 enfants maximum, avec priorité donnée aux enfants de soignants. Les enfants de moins de 3 ans n’auront pas à porter le masque, mais il sera obligatoire pour les personnes qui les encadrent.

Pas de certitude concernant la réouverture des collèges. Certains établissements pourraient ouvrir progressivement à partir du 18 mai (6e et 5e avec 15 enfants maximum par classe), dans les départements « verts » seulement, avec l’obligation de porter un masque pour tout le monde.

Les lycées, au mieux, rouvriront leurs portes début juin, mais tout dépendra de la circulation du virus. La décision ne sera pas prise avant fin mai.

Enfin, les universités ne rouvriront pas avant la rentrée prochaine.



Réouverture des commerces et des entreprises

Les entreprises pourront reprendre leur activité en appliquant également des mesures de protection strictes. Le gouvernement leur demande néanmoins de continuer à privilégier le télétravail, ainsi que les horaires décalés pour éviter les pics d’affluence dans les transports en commun. Chaque employé devra respecter les gestes barrières (distanciation, lavage de main…).

Les grands centres commerciaux pourront ne pas être autorisés à rouvrir même après le 11 mai. En revanche, les autres commerces vont pouvoir rouvrir leurs portes, à condition de respecter un « cahier des charges strict », de mettre en place des mesures de protection (distances à respecter, protection des caissiers, port du masque pour les clients et les commerçants…).

La plupart des marchés alimentaires devraient également pouvoir rouvrir (sauf si le maire s’y oppose) à partir du 11 mai.

En ce qui concerne les cafés et restaurants, Édouard Philippe « donne rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions dans lesquelles nous organiserons une nouvelle phase de déconfinement, et prendrons en particulier des décisions sur l’organisation des cafés, des restaurants, des vacances ».

Sorties, loisirs

Il ne sera pas possible d’accéder aux plages avant le 2 juin. Pour ce qui est des jardins et parcs publics, leur ouverture ne sera possible que dans les départements où la circulation du virus est faible.

Les Français pourront de nouveau aller à la bibliothèque ou visiter de petits musées à compter du 11 mai. En revanche, les grands musées, les salles de cinémas et de théâtre ne pourront rouvrir à cette date.

Les réunions de plus de 10 personnes restent interdites et il est conseillé de continuer à limiter les contacts tant que l’épidémie n’est pas maitrisée. Les rassemblements plus importants (sportifs, évènements musicaux...) ne pourront avoir lieu avant le mois de septembre.

Les cérémonies religieuses dans les lieux de culte ne pourront quant à elles se tenir avant le 2 juin.

Déplacements, transports

Pour les transports en commun, 70 % des transports circuleront à la RATP à partir du 11 mai, le port du masque serait obligatoire. À la SNCF, les trains circuleront, mais les places disponibles resteront limitées pour garantir l’espace entre les voyageurs et décourager les déplacements non obligatoires. « Ce n’est pas le moment de quitter son département pour partir en week-end », a martelé Mr Philippe.

À partir du 11 mai, l’attestation de sortie ne sera plus obligatoire, sauf pour les déplacements supérieurs à 100 km. Le gouvernement souhaite continuer à limiter au maximum les déplacements de population hors de leur département. Les déplacements de plus de 100 km seront réservés aux motifs familiaux impérieux et aux obligations professionnelles.

Tests, isolement des personnes infectées

« À la sortie du confinement, nous serons en capacité de massifier les tests avec 700 000 tests virologiques par semaine au 11 mai », a assuré Édouard Philippe. Ces tests seront remboursés à 100 % par l’Assurance Maladie.

L’isolement des malades, les mises en quatorzaine pourraient également se multiplier pour « casser les chaînes de transmission ». Cet isolement ne sera pas obligatoire, mais fortement conseillé à chaque personne testée positive. Un hébergement hors de chez elle pourra lui être proposé. « L’isolement n’est pas une punition, c’est une mise à l’abri. Il doit donc être expliqué, consenti et accompagné », a précisé le Premier ministre.