Passées À venir

Déconfinement phase 2 : ce qu'il faut retenir des annonces d'Édouard Philippe

Édouard Philippe a pris la parole jeudi 28 mai pour exposer la phase 2 du plan de déconfinement. Le point sur les mesures annoncées.
Sommaire

Un nouveau vent de liberté va souffler sur la France à partir de mardi 2 juin. Le Premier ministre Édouard Philippe a dévoilé la phase 2 du plan de déconfinement en direct jeudi 28 mai à 17 heures et « l’interdiction sera l’exception ». La phase 3 débutera quant à elle le 22 juin. Voici ce qu’il faut retenir de ses annonces.

Déconfinement phase 2 : ce qu'il faut retenir des annonces d'Édouard Philippe


Un enjeu économique

Comme l’a précisé le Premier ministre, la France (et le monde), va entrer dans une récession historique. Le virus est toujours présent et toujours aussi virulent. De nouveaux clusters surgissent chaque jour, mais restent maîtrisables.

Les hôpitaux restent sous tension, mais les patients admis en réanimation sont moins nombreux.

La « liberté est la règle », et l’économie doit repartir le plus rapidement possible. Pour ce faire, la phase 2 du plan de déconfinement va s’étaler sur 20 jours, soit du 2 juin au 22 juin.

Même si la vie semble repartir, la vigilance restera malgré tout le maître mot des jours à venir, notamment pour éviter une seconde vague de l’épidémie.

Plus aucun département rouge

La France ne compte plus aucun département rouge. Tous les départements sont classés en vert, à l’exception de l’Île-de-France, Mayotte et la Guyane qui sont passées en orange.

Cela signifie que sur ces territoires, il existe encore des restrictions. Le virus étant encore plus présent qu’ailleurs en France, la prudence reste de mise pour éviter une seconde vague de contaminations.

La fin de la limite des 100 km

Dès le 2 juin, le gouvernement lève la limite des 100 km de restriction autour du domicile principal. Les déplacements seront alors libres dans tout l’hexagone. Toutefois, Édouard Philippe rappelle qu’une attitude responsable reste de rigueur et que les déplacements non urgents méritent d’être différés.

Si les conditions sanitaires le permettent, les destinations de vacances seront petit à petit débloquées.

Les déplacements vers l’outremer resteront soumis à un motif impérieux (sanitaire, familial ou professionnel) et une quatorzaine sera toujours imposée à l’arrivée.

À ce titre, une nouvelle forme de quatorzaine sera expérimentée dans certains territoires avec la réalisation d’un test après 7 jours. Si celui-ci est négatif, alors les conditions de quatorzaine pourraient être levées avant la fin de la période.



Quid des frontières européennes ?

Les frontières intérieures du pays resteront fermées jusqu’au 15 juin, sauf pour les ressortissants français qui souhaiteraient revenir dans l’hexagone.

Le gouvernement est favorable à la réouverture des frontières européennes à partir du 15 juin, et ce, sans quatorzaine. Cependant, un principe de réciprocité sera appliqué. C’est-à-dire que si un État imposait une quatorzaine aux voyageurs français, il en serait de même pour ses ressortissants qui arriveraient en France.

Quant aux frontières avec les pays non européens, une décision collective sera prise aux alentours du 15 juin prochain.

Qu’en est-il des transports ?

Rien de neuf du côté des transports en commun. Le port du masque reste obligatoire et les distanciations physiques de rigueur.

En Île-de-France, l’attestation pour prendre les transports en commun aux heures de pointe reste également obligatoire.

L’aéroport de Paris-Orly sera de nouveau opérationnel pour les vols commerciaux de passagers à compter du 26 juin.

Quels hébergements pour les vacances d’été ?

Les hébergements touristiques, les campings et autres villages de vacances rouvriront dès le 2 juin pour les zones classées en vert et à partir du 22 juin pour les zones classées orange.

Les enfants pourront aussi partir en colonies de vacances. Les inscriptions commenceront dès le 22 juin, comme l’a mentionné le Premier ministre.

Les parcs de loisirs reprennent du service

Dès le 2 juin, les parcs de loisirs seront de nouveau accessibles dans les zones classées en vert. Cela ne sera possible que pour les établissements permettant une distanciation physique raisonnable et le respect des gestes barrières.

Une limite de 5 000 personnes en simultané dans les parcs sera de rigueur.

La réouverture des parcs, jardins, plages et plans d’eau

Les habitants des zones classées vert peuvent profiter des parcs et jardins publics depuis le 11 mai. Dès le 2 juin, les départements classés orange pourront bénéficier des mêmes libertés.

Les plages seront de nouveau ouvertes à compter du 2 juin sur tout le territoire. Elles pourront accueillir du monde, dans le respect des règles en vigueur.

Vous pourrez peaufiner votre « body summer »

Quelques infrastructures sportives vont aussi rouvrir à compter du 2 juin dans les zones classées vert. Cela concerne essentiellement les salles de sport, les gymnases et les piscines. Celles-ci ne devaient pourtant être qu’une vingtaine à expérimenter un protocole sanitaire strict avant d’étendre l’ouverture à l’ensemble des centres aquatiques... Mais finalement, le Premier ministre a annoncé que toutes les piscines du territoire rouvriraient à compter du 2 juin. Pour les zones classées en orange, il faudra attendre le 22 juin prochain.

Les sports collectifs restent interdits jusqu’au 22 juin, sauf pour les professionnels qui pourront reprendre le chemin des entraînements à compter du 2 juin, en suivant un protocole strict.

Les sports de contact, qui par définition, ne permettent pas de respecter les distanciations sociales restent interdits.

Le grand retour des cafés, bars et restaurants

Dans les départements classés vert, il sera désormais possible de retourner prendre un verre dans un bar ou un café et d’aller au restaurant dès le 2 juin. Pour les zones classées en orange, seules les terrasses seront ouvertes.

Un espace d’un mètre entre chaque table doit être respecté et il ne pourra pas y avoir plus de 10 personnes autour d’une table. Le port du masque sera obligatoire pour le personnel et pour les clients lorsqu’ils seront en circulation.

Dans les bars, la consommation debout sera interdite afin de maîtriser les regroupements.

Les cinémas restent fermés, mais pas les musées, monuments, salles de théâtre et de spectacle

Partout dans l’hexagone, il faudra attendre le 22 juin pour aller voir un film.

Les petits musées pouvaient déjà accueillir des visiteurs depuis le 11 mai dernier. Les grands musées, les monuments, les salles de théâtre et de spectacle rouvriront leurs portes à compter du 2 juin dans les départements classés vert.

Le port du masque sera obligatoire et les règles définies par les établissements devront être respectées.

Les rassemblements dans l’espace public toujours limités

Les rassemblements sur l’espace public seront toujours limités à 10 personnes maximum, et ce, jusqu’au 22 juin minimum.

En ce sens, les événements sportifs et culturels sont toujours prohibés. Les salles de jeux, les stades, les discothèques et les hippodromes resteront fermés au moins jusqu’au 22 juin.

La réouverture des lycées et l’annulation de l’épreuve orale de français

À partir du 2 juin, l’ensemble des écoles et des collèges pourront rouvrir. Cependant, en zone orange, les élèves de 6e et de 5e seront prioritaires. Ceux de 4e et 3e seront admis au cas par cas.

Pour les lycées généraux, technologiques et professionnels, les établissements situés en zone verte rouvriront. En zone orange, seuls les élèves ayant besoin d’une certification professionnelle pourront être accueillis.

Le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé l’annulation de l’épreuve orale de français. Celle-ci sera remplacée par les notes obtenues au cours des deux premiers trimestres, et donc validée en contrôle continu.

L’application « StopCovid » opérationnelle

Édouard Philippe a soutenu l’intérêt de l’application Stopcovid. Il précise qu’il ne s’agit pas d’une arme contre le Covid-19, mais d’un moyen efficace pour lutter contre la pandémie.

Celle-ci sera disponible au téléchargement à compter du 2 juin et pourrait, selon lui, s’avérer utile contre un éventuel retour de l’épidémie.