Passées À venir

Démarchage téléphonique : Une pétition pour mettre fin aux appels indésirables

Les associations de consommateurs lancent une pétition afin de demander l’arrêt du démarchage téléphonique commercial en France. Ce « fléau » doit cesser pour limiter les escroqueries envers les personnes les plus fragiles. Explications.
Sommaire

Vous avez certainement déjà été harcelé jusqu’en début de soirée par des entreprises de démarchage. Certains reçoivent jusqu’à 20 appels indésirables par jour. Un véritable fléau qui peut mettre à mal certaines personnes vulnérables. Les associations de consommateurs s’unissent pour tenter de mettre fin à cette pratique.

Démarchage téléphonique : Une pétition pour mettre fin aux appels indésirables


Le lancement d’une pétition

Selon Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir, certains Français reçoivent jusqu’à 20 appels indésirables par jour. Ceux-ci sont émis par des démarcheurs. Alors, afin d’enrayer ce fléau, l’association s’est associée avec d’autres organismes défendant les droits des consommateurs en lançant une pétition : « Démarchage téléphonique : interdisons ce fléau ».

En somme, les associations de consommateurs et familiales demandent purement et simplement aux autorités d’interdire cette pratique.

La problématique Bloctel

Il y a 4 ans, le gouvernement avait réagi en mettant en place la liste Bloctel. Cette démarche aurait pu être une solution utile, cependant, cette liste présente trop de « passe-droits » et ne fonctionne pas de façon optimale. De ce fait, elle reste inefficace. En effet, tout citoyen ne faisant pas la démarche pour stopper le démarchage est considéré comme consentant. Cependant, lorsque celle-ci est faite, la loi permet un grand nombre de dérogations… De plus, les sanctions ne sont pas dissuasives.

Le démarchage téléphonique est le seul moyen de prospection individualisé pour lequel le consentement par défaut est légion. Selon Alain Bazot, l’État a sa part de responsabilité dans ce fléau qui excède de plus en plus les Français. « Il faut inverser la règle ». Pour lui, seules les personnes ayant fait la démarche pour autoriser le démarchage devraient recevoir les appels et non l’inverse. Cette pratique, appelée « Opt-in » est déjà appliquée pour les courriers est les SMS et devrait donc s’étendre aux appels de commerciaux.

Un harcèlement commercial qui doit cesser

L’UFC-Que Choisir a été rejoint par de nombreuses autres associations de consommateurs, mais également par des associations familiales. Tous font bloc face à ce qu’ils appellent le « harcèlement commercial ». Un grand nombre d’entreprises pratique aujourd’hui ce type de démarchage, à savoir les assureurs, les mutuelles, les opérateurs d’énergie, les installateurs de panneaux solaires, etc.

De leur côté, les consommateurs sont excédés par ces pratiques, notamment les personnes âgées qui reçoivent un nombre incalculable d’appels et qui leur demandent bien souvent un effort pour répondre. De même, de nombreux travailleurs ne peuvent profiter de leur soirée après leur journée de travail, car certains démarcheurs appellent jusqu’à 21 h ! La tranquillité des foyers est mise à mal.

Enfin, les personnes vulnérables sont des proies faciles pour les démarcheurs. Une quantité de litiges a été remontée suite à de la vente de produits de toutes sortes après un démarchage téléphonique. Les entreprises pratiquant le démarchage téléphonique sont aussi celles qui sont pointées du doigt par les fameux litiges.