Passées À venir

Des masques en vente dans les grandes surfaces dès le 4 mai

La secrétaire d’État à l’Économie Agnès Pannier-Runacher a annoncé que les enseignes de grande distribution auront toutes des masques « non sanitaires » (en tissu, lavables) à vendre à partir du 11 mai et que certaines enseignes commenceront à en proposer à leurs clients dès le 4 mai. Le point dans cet article.
Sommaire

La vente de masque au public est une condition cruciale pour amorcer un déconfinement le 11 mai tout en donnant à la population les moyens de se protéger du coronavirus, toujours en circulation. Le gouvernement vient d’annoncer que des masques grand public seraient disponibles à la vente dans toutes les grandes surfaces à partir du 11 mai. Certaines enseignes ont déjà annoncé qu’elles en proposeraient à leurs clients dès le 4 mai.

Des masques en vente dans les grandes surfaces dès le 4 mai


Des masques bientôt disponibles dans les enseignes de grande distribution

« J’annonce aujourd’hui un accord avec la grande distribution pour que certaines enseignes commencent à les vendre dès la semaine prochaine et toutes les enseignes à partir du 11 mai », a déclaré la secrétaire d’État à l’Économie Agnès Pannier-Runacher sur BFM Business mercredi 29 avril.

Les masques en tissu lavables et réutilisables seront vendus entre 2 et 3 € selon les modèles, « soit entre 10 et 30 centimes l’usage », a-t-elle précisé. Les masques à usage unique en papier seront quant à eux vendus à prix coûtant.

La FCD (Fédération du commerce et de la distribution) qui représente Auchan, Aldi, Carrefour, Colruyt, Cora, groupe Casino, Intermarché, Leclerc, Lidl, Netto, Supermarché Match, Système U, a confirmé cette annonce dans un communiqué : les enseignes « confirment que des masques grand public (en tissu et réutilisables) et des masques à usage unique seront progressivement mis en vente, dans des magasins et drive, à partir du lundi 4 mai, avec des approvisionnements qui monteront en puissance après le 11 mai ».

Des méthodes de distribution qui diffèrent selon les enseignes

« Le ministère de l’Économie a demandé aux enseignes de la grande distribution alimentaire à ce que soit élaboré un guide des bonnes pratiques pour la mise en vente des masques en magasins, de manière à garantir une diffusion équitable et sereine de ces équipements de protection (notamment le nombre de masques possible par achat). Chaque enseigne précisera les modalités d’achat des masques dans ses magasins », ont précisé le ministère de l’Économie et la FCD.

En ce qui concerne Intermarché et Netto, ils réserveront dans un premier temps « 10 millions de ces masques à [leurs] PME partenaires, fournisseurs, agriculteurs, etc. », puis « 90 millions de masques chirurgicaux à prix coûtant » seront mis à disposition de leurs clients « à partir du 4 mai » a fait savoir Thiery Cotillard, le président d’Intermarché et Netto. « Un système de réservation est mis en place dès ce mercredi 29 avril » pour les clients qui possèdent une carte de fidélité, a-t-il précisé. « Nous avons fait le choix de ne pas les vendre en rayons, car cela serait difficilement gérable ». Les autres clients pourront réserver des masques sur les sites internet des enseignes à partir du 4 mai.

Le groupe Carrefour a quant à lui opté pour une distribution « simple », sans réservation, accessible à tous les clients comme l’a expliqué Alexandre Bompard, le PDG de l’enseigne sur BFM TV mercredi soir. Il précise que « 225 millions de masques » dont 175 millions de « type chirurgical » et 50 millions en tissu ont été « sécurisés ». Ils commenceront à être vendus en caisse dès le 4 mai. Les masques chirurgicaux coûteront moins de 60 centimes, et le prix des masques en tissu réutilisables sera fixé entre 1 et 3 € en fonction des modèles. Vendus par lots de 5 ou 10 unités, les clients ne pourront pas en acheter plus de 2 boîtes à la fois.

Des masques mis à disposition des personnes vulnérables

« Nous mettrons à disposition 5 millions de masques par semaine, réutilisables 20 fois, à la disposition des plus vulnérables, soit l’équivalent de 100 millions de masques à usage unique », a également annoncé Mme Pannier-Runacher.