Passées À venir

Isolement et solitude des personnes âgées : Un sentiment plus marqué dans certains territoires

Selon une étude publiée par l’association « Les petits frères des pauvres », le sentiment de solitude chez les seniors serait plus important dans certains territoires comme les petites villes ou les quartiers dits sensibles. Explications.
Sommaire

Qu’elles habitent en banlieue, en campagne ou dans de petites villes, de nombreuses personnes âgées souffrent d’isolement et de solitude. C’est ce qui ressort d’une étude CSA publiée par l’association « Les petits frères des pauvres ». L’absence de services de proximité dans ces endroits serait l’une des principales causes de ce ressenti.

Isolement et solitude des personnes âgées : Un sentiment plus marqué dans certains territoires


Un sentiment de solitude et d’isolement comparable dans certains territoires

Dans le cadre de cette étude, 1 503 personnes âgées de plus de 60 ans ont été interrogées et 27 % d’entre elles révèlent souffrir de solitude. Parmi elles, 32 % vivent dans des QPV (Quartiers prioritaires de la politique de la ville) et 31 % dans de petites villes de 2 000 à 20 000 habitants.

Au sein des zones rurales, il y a davantage de solidarité, mais le manque de services et de transports de proximité accentue le sentiment de solitude et d’isolement.

Dans les petites agglomérations, il existe également ce manque de services et de transports. Pour ce qui est des relations de solidarité, elles sont aussi faibles que dans les grandes villes.

Quant aux personnes âgées qui vivent en banlieue, leur sentiment de solitude est principalement accentué par la « perception négative » qu’elles ont de « leur environnement ». Cela est vrai chez 45 % des seniors interrogés vivant au sein d’un logement social.

Ainsi, quel que soit le territoire où résident les personnes âgées, il existe un sentiment de solitude comparable.

Les solutions préconisées par « Les petits frères des pauvres »

Dans une société où la population est vieillissante, rien n’est fait pour les aînés qui sont en passe de devenir les « grands oubliés des quartiers », peut-on lire dans le rapport. En effet, l’ensemble des dispositifs mis en œuvre visent principalement les plus jeunes. Et cela ne fait que renforcer le sentiment d’isolement et de solitude des personnes âgées.

L’association « Les petits frères des pauvres » préconise donc la mise en place de politiques destinées à « faciliter les mobilités de proximité » et ainsi lutter contre ce sentiment d’isolement et de solitude chez les aînés :

  • développer les transports à la demande
  • aménager l’espace public, etc.

Les « industries de la compagnie » sont aussi pointées du doigt. De plus en plus de prestations payantes destinées à rompre l’isolement sont proposées aux personnes âgées. Pour l’association, « retisser des liens dans la durée repose à l’évidence sur des rencontres profondes et sincères, sans contrepartie d’ordre commercial ».