Passées À venir

« J'apprends à nager » : Dispositif reconduit en 2020 et étendu aux adultes

Le dispositif « J’apprends à nager », destiné à favoriser l’apprentissage de la natation est étendu aux adultes dès 2020. Ce qu’il faut savoir sur ces cours.
Sommaire

Le programme « J’apprends à nager » propose de financer des cours de natation pour les enfants. Roaxana Maracineanu, ministre des Sports, a annoncé vouloir reconduire le dispositif en 2020 et l’étendre aux adultes, notamment aux séniors. Explications.

« J’apprends à nager » : Dispositif reconduit en 2020 et étendu aux adultes


Qu’est-ce que le dispositif « J’apprends à nager » ?

Initiative gouvernementale, « J’apprends à nager » vise à enseigner les bases de la natation aux enfants de 4 à 12 ans. Il s’inscrit directement dans le plan interministériel « aisance aquatique ». Il s’agit d’un dispositif s’adressant initialement aux enfants issus des quartiers prioritaires et des zones rurales.

Quels sont les objectifs ?

Pour le gouvernement, en entrant en 6e, un enfant doit savoir lire, écrire, mais aussi nager. « J’apprends à nager » va donc permettre aux enfants d’appréhender le milieu aquatique dès 4 ans, par le biais de cours quotidiens sur 1 ou 2 semaines.

Le but est que les enfants entrant au collège puissent pratiquer des activités nautiques et aquatiques sans risque et ainsi, prévenir les noyades.

Comment s’inscrire ?

Dès avril 2019, deux classes parisiennes ont testé le programme. À partir de 2020, une centaine d’établissements proposeront le plan à leurs élèves.

Pour adhérer au dispositif « J’apprends à nager » hors circuit scolaire, il suffit de voir la disponibilité des clubs aux alentours. La liste des piscines proposant la prestation est disponible sur le site de la Fédération française de Natation. Le dispositif ne peut être appliqué qu’en fonction des places disponibles dans les clubs participants.



Comment se déroulent les cours ?

Il s’agit de participer à 10 heures de cours proposées sous forme de séances de 30 minutes ou 1 heure, en fonction de l’âge. Celles-ci sont entièrement financées par le programme.

Selon les tranches d’âge, les groupes sont constitués de 15 enfants maximum pour les 6 à 12 ans et de 10 enfants maximum pour les 4 et 5 ans.

Le programme reconduit en 2020

Vendredi 11 octobre, la ministre des Sports a annoncé la reconduction du dispositif en 2020, avec une petite nouveauté : celui-ci sera également étendu aux adultes et principalement aux séniors. Pour cela, l’Agence Nationale du Sport (ANS) dispose d’une enveloppe de 3 millions d’euros.

Les enfants restent les plus vulnérables, avec 600 accidents liés aux noyades pour les moins de 13 ans en 2018, dont 51 décès d’après les chiffres énoncés par Santé publique France. Cependant, les personnes de plus de 65 ans sont également concernées, avec 346 accidents, dont 137 décès.

Un dispositif controversé

Bien que l’idée soit bonne, de nombreuses sources syndicales et professionnels du milieu aquatique estiment que ce plan est impossible à mettre en place. Le manque d’infrastructures et de créneaux disponibles pourraient en effet, être un frein à cette initiative. D’autre part, il y a une réelle pénurie de maîtres-nageurs sur tout le territoire, ce qui pourrait également entraver l’enseignement.

Le secrétaire général de la FMNS (Fédération des maîtres-nageurs sauveteurs), Jean-Michel Lapoux estime que Roxana Maracineanu s’y prend mal : « Sa grande idée, c’est l’aisance aquatique : mettre les enfants dans l’eau dès 3 ans. Mais c’est impossible matériellement. On n’a déjà pas assez d’infrastructures pour les 6-10 ans… Et avant 5-6 ans, ils ne peuvent pas synchroniser leurs bras et leurs jambes. Donc on fait disparaître la peur de l’eau sans leur apprendre à nager vraiment, ils font juste la nage du petit chien. Tout ce qu’on va réussir à faire, c’est avoir encore plus de noyés. On plonge dans l’absurde ! ».